charnure

(Mot repris de charnures)

CHARNURE

(char-nu-r') s. f.
L'ensemble des parties charnues du corps. Avoir une charnure ferme, molle.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    La charneure clere brune ; mais la chiere ot assez pale [CHRIST. DE PISAN, Charles V, I, ch. 17]
  • XVIe s.
    Sa charneure sentoit bon et il avoit l'aleine très doulce [AMYOT, Alex. 6]
    Il avoit la charnure blanche et molle [ID., César, 21]
    Un corps, pour amplifier en charnure ou gresse, n'est pas dit s'augmenter [PARÉ, Introd. 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. carnadura ; du bas-lat. carnatura, du latin carnatus, bien en chair, de caro, carnis, chair (voy. CHAIR).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

charnure

CHARNURE. n. f. La chair, les parties charnues, considérées selon les différentes qualités qu'elles peuvent avoir. Il ne se dit qu'en parlant des Personnes. Charnure ferme. Charnure molle.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

charnure

La charnure d'une personne, Tori.

Toutes herbes qui ont comme grosses et enlevées charnures en leurs racines, ou autrement, Herbae torosae.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606