chemin

chemin

n.m. [ lat. camminus, du gaul. ]
1. Voie de terre aménagée pour aller d'un lieu à un autre : Suivre un petit chemin balisé sente [litt.], sentier allée
2. Direction à suivre pour aller quelque part : La ligne droite est le plus court chemin d'un point à un autre trajet route
3. Distance à parcourir pour aller d'un point à un autre : Quel chemin cet autobus emprunte-t-il ? itinéraire, parcours, trajet
4. Moyen employé pour atteindre un but ; voie : Elle a pris le chemin du succès route
5. Manière dont se présente qqch : Votre affaire est en bon chemin bien engagée, sur la bonne voie
6. Longue bande décorative ou protectrice : Chemin de table, d'escalier.
Chemin de croix,
suite des quatorze tableaux représentant les scènes de la Passion du Christ, de son arrestation à sa mort.
Chemin de ronde,
passage établi derrière ou sur une muraille fortifiée.
Faire du chemin,
parcourir un long trajet ; fig., faire une belle carrière, progresser : Elle a fait du chemin depuis l'université, elle est maintenant grand reporter réussir se propager, se répandre
Faire son chemin,
réussir dans la vie.
Ouvrir ou montrer ou tracer le chemin,
être à l'origine de, donner l'exemple de : Il a ouvert le chemin de la médecine moderne.

CHEMIN

(che-min) s. m.
Toute voie qu'on peut parcourir pour aller d'un lieu à un autre. Se détourner de son chemin. Un chemin facile. Enseigner, montrer à quelqu'un son chemin.
Hamilton se trouvant sur son chemin.... il le prit dans son carrosse [HAMILT., Gramm. 9]
Quelque chemin qu'il tienne, il trouve des combats [MALH., V, 2]
Le reste m'a suivi par un autre chemin [RAC., Baj. V, 8]
Prends ton chemin vers Suse [ID., Esth. I, 1]
Les rois d'Assyrie apprirent le chemin de la terre sainte [BOSSUET, Hist. I, 7]
Et si l'envoyé moscovite à Vienne n'avait adroitement fait évader ces malheureux par divers chemins, ils étaient tous livrés à leurs ennemis [VOLT., Charles XII, 3]
Le bon chemin, le chemin qui conduit où l'on veut aller ; le mauvais chemin, celui qui n'y conduit pas ; et figurément, bonne conduite, mauvaise conduite.
Qu'il est aimable ! qu'il prend un bon chemin ! [SÉV., 555]
Elle crut en avoir assez fait pour le mettre dans le bon chemin [HAMILT., Gramm. 4]
Elle se peut vanter d'être dans le bon chemin de la convalescence [SÉV., 318]
Par voie et par chemin, par tous les chemins qui s'offrent. Courir par voie et par chemin, aller de tous les côtés, beaucoup courir.
L'ambitieux, ou, si l'on veut, l'avare, S'en va par voie et par chemin [LA FONT., Fab. VII, 12]
Le chemin du paradis, un chemin étroit, un défilé où l'on ne va qu'un à un. Sur les chemins, en route, en voyage.
Sur les chemins que t'est-il arrivé ? [MOL., Amph. II, 1]
Être en chemin, aller vers ; se mettre en chemin, partir, se rendre à sa destination.
Sans oser répliquer, en chemin se remirent [LA FONT., Fab. IV, 12]
Le roi est en chemin avec toute son armée [SÉV., 140]
Elle ne peut pas se mettre en chemin [ID., 13]
Cette nuit en longueur me semble sans pareille ; Il faut, depuis le temps que je suis en chemin.... [MOL., Amph. I, 2]
Louise, une fleur à la main, Avec Lisbeth sa douce amie, Un jour s'était mise en chemin [MILLEV., La fleur du souvenir.]
Passer son chemin, continuer son chemin.
Passez votre chemin, la fille, et m'en croyez [LA FONT., Fab. III, 1]
Cet homme est toujours par chemin, se dit d'un homme qui est toujours hors de chez lui. Tenir le chemin de, aller vers.
Gentilshommes, cavaliers, fantassins qui tous tenaient le chemin de la cour [ANQUET., Ligue, I, 246]
Figurément, il tient le chemin de la ruine. Absolument. Il ne tient point de chemin, il va à travers champs. Prendre le chemin de, se diriger vers. L'armée prit le chemin de l'Italie.
Voilà le beau monde qui prend le chemin de nous venir voir [MOL., Préc. ridic. 12]
Figurément. Prendre le chemin de, tendre à, être sur la voie de.
Ne vous souvient-il pas d'un certain mois de septembre que vous trouviez qui ne prenait point le chemin de faire jamais place au mois d'octobre ? [SÉV., 63]
Si ma tante prenait le chemin de languir, je partirais [ID., 137]
Votre santé prend le chemin de se rétablir [ID., 333]
Il prend le chemin d'aller bien loin [ID., 548]
M. de Luxembourg prend le chemin de garder sa Flandre [ID., 219]
Nous ne prenons guère le chemin de nous rendre sages [MOL., Impr. 3]
Ouvrir le chemin d'un pays, en procurer l'accès.
Ouvrez-moi seulement les chemins d'Arménie [CORN., Nic. V, 6]
Fig.
Le chemin est encore ouvert au repentir [RAC., Baj. II, 1]
Ce qui ouvre le chemin à toute illusion [BOSSUET, Or. 10]
Ce qui ouvrait le chemin à l'impénitence [ID., Var. 1]
Couper le chemin, intercepter le passage.
Il fait signe aux siens de couper le chemin à Adraste [FÉN., Tél. XX]
Fig.
À tous nos démêlés coupons chemin de grâce [MOL., Mis. II, 1]
Pour couper tout chemin à nous rapatrier [ID., le Dép. IV, 4]
Croiser le chemin, venir dans un chemin par une traverse ; et figurément, faire obstacle, déranger.
N'admirez-vous pas la bizarre disposition des choses et de quelle manière elles viennent croiser notre chemin ? [SÉV., dans le Dict. de DOCHEZ.]
Familièrement. N'y pas aller par quatre chemins, s'expliquer sans détours et sans ménagements. Trouver une pierre ou des pierres en son chemin, rencontrer des obstacles à ses desseins.
Dans un sens analogue : Il est bien barbare de trouver ce devoir sur mon chemin, lorsque je suis prête à vous aller voir [SÉV., 133]
Fig. et ironiquement. Mener quelqu'un par un chemin où il n'y a pas de pierres, le mener rondement, le traiter durement. Fig. Il me trouvera en son chemin, ou je le trouverai en mon chemin, je trouverai occasion de le contre-carrer.
Il ne faisait pas bon se trouver sur son chemin [HAMILT., Gramm. 8]
Fig. Je lui ferai voir bien du chemin, c'est-à-dire il n'en est pas avec moi où il en croit être, je lui opposerai des difficultés auxquelles il ne s'attend pas. Fig. Prendre le chemin de l'école ou des écoliers, le chemin ou le moyen le plus long. Montrer le chemin aux autres, leur donner l'exemple.
Il est ravi de montrer le chemin aux autres [SÉV., 524]
S'arrêter en beau chemin, à mi-chemin, s'arrêter en voie de succès.
De là, ils vont plus avant, et ne le laissent pas en si beau chemin [BALZ., 7me disc. s. la cour.]
Ils ne demeurèrent pas en si beau chemin [BOSSUET, Var. 3]
Ne vous arrêtez pas en si beau chemin [ID., Bén. 2]
Il faut ne pas porter en soi-même une conscience et des scrupules qui vous arrêtent à moitié chemin [STAËL, Allemagne, I, ch. 2]
Mœurs. L'affaire est en bon chemin. Aller le droit chemin, procéder avec droiture et franchise. Aller toujours son chemin, continuer, poursuivre son affaire, sans se laisser arrêter ni influencer.
J'irai toujours mon chemin [SÉV., 549]
Il n'en faut pas moins aller son chemin en foi [BOSSUET, Lett. abb. 196]
Familièrement. Aller son petit bonhomme de chemin, mener ses affaires adroitement et sans éclat. Chemin de carrière, le puits par lequel on descend dans une carrière, ou l'ouverture que l'on fait dans une montagne pour en tirer de la pierre ou du marbre. Terme de manége. Entamer le chemin, commencer à galoper. Manger le chemin, avancer trop rapidement.
En particulier, route construite pour aller d'un lieu à un autre. Chemin battu, frayé. Les chemins sont affreux dans ce pays.
Il suivait tout pensif le chemin de Mycènes [RAC., Phèd. V, 6]
Je vous écrirai des chemins [en route] [SÉV., 288]
Je vous écrirai par les chemins [ID., 215]
Je fuyais avec lui le fer des assassins Qui de Rome sanglante inondaient les chemins [VOLT., Triumv. II, 4]
Grand chemin, grande voie de communication.
Pour assassiner le monde et pour voler sur les grands chemins [PASC., Récit.]
Fig. Suivre le grand chemin, le chemin battu, s'en tenir aux moyens connus, aux usages établis.
En quelque lieu qu'il aille, il ne peut jamais aller par le grand chemin [BALZ., le Barbon.]
Je vais le grand chemin que mon oncle m'apprit [RÉGNIER, Sat. IX]
Je me trouve fort bien d'aller mon grand chemin [SÉV., 223]
Nos pères qui vivaient dans un siècle peu fin, Ne voulaient qu'amour et simplesse, Et sur le fait de la tendresse Allaient toujours leur grand chemin [LAFARE, Ballade.]
Aller son grand chemin, en parlant d'une chose qui s'accomplit sans peine.
... tels traités allaient leur grand chemin [LA FONT., Troq.]
Aller son grand chemin, n'entendre point de finesse à ce qu'on fait, à ce qu'on dit. Familièrement. Le grand chemin des vaches, le chemin des vaches, les chemins où l'on va par terre ; et figurément, l'usage commun et ordinaire. Familièrement. Vieux comme les chemins, fort vieux, très connu.
Tout décrépit que vous êtes, on ne dira pas que vous êtes vieux comme un chemin [ID., Lett. Choiseul, 16 mars 1768]
Puis il faut vous dire que je suis découragé, affligé, malade, vieux comme un chemin [VOLT., Lett. d'Argental, 26 sept. 1773]
Chemin de traverse, chemin qui coupe à travers la campagne et s'écarte du grand chemin. Chemin vicinal, chemin qui sert aux communications de voisinage. Chemin de déblai ou d'exploitation rurale, chemin qui fait communiquer la ferme aux pièces d'un domaine. Chemin ferré, chemin formé d'un mélange de cailloux ou d'éclats de pierre et de sable graveleux, et bordé de grosses pierres. Chemin de fer, voie formée de deux rails ou bandes de fer parallèles, sur lesquelles roulent des wagons. Chemin de halage, chemin sur le bord d'un cours d'eau, pour le passage des chevaux qui halent les bateaux. Chemin de ronde ou des rondes, chemin entre le rempart et la muraille d'une place forte. Chemin couvert, chemin qui règne sur le bord extérieur des fossés d'une place et où l'on est à couvert du feu des assiégeants.
L'espace à parcourir, la distance parcourue. Vous allongez votre chemin. Cette flèche a parcouru beaucoup de chemin.
Je ne crois pas qu'elle soit encore à moitié chemin de son petit château [HAMILT., Gramm. 9]
Moi qui suis éloigné de tant de chemin du lieu où je me souhaite [VOIT., Lett. 33]
Faire du chemin, marcher. Nous fîmes beaucoup de chemin dans la forêt, avant de nous retrouver. Faire du chemin, gagner du terrain, avancer, au propre et au figuré. Pendant notre conversation la voiture, le bateau avait fait du chemin.
Ses charmes faisaient leur chemin dans le cœur du roi [HAMILT., Gramm. 6]
On fait souvent plus de chemin qu'on ne veut, quand on se permet des agaceries [ID., Gramm. 8]
L'esprit fait assez de chemin [SÉV., 449]
Elle vous aime par avance, vous trouverez bien du chemin de fait [ID., 307]
Mme de Beauvais avait assuré que je faisais chemin dans son esprit [de la reine] [RETZ, III, 379]
Je croyais avoir fait un peu de chemin dans son cœur [d'Atala] [CHATEAUB., Atala, 245]
En chemin faisant, ou, simplement, chemin faisant, pendant le trajet. Nous devisions chemin faisant. Et fig. Par la même occasion.
Je vais y laisser cette lettre en chemin faisant, [SÉV., 218]
En chemin, pendant qu'on chemine ; et fig. Pendant ce temps-là.
Jouis. - Je le ferai. - Mais quand donc ? - Dès demain. - Hé ! mon ami, la mort te peut prendre en chemin [LA FONT., Fabl. VIII, 27]
En chemin de, en voie de. Il est fort riche et en chemin de le devenir bien davantage. Faire la moitié du chemin, faire des avances.
Assurez-vous que votre frère fera la moitié du chemin [MASS., Car. Pardon.]
Tromper le chemin, se désennuyer par quelque chose, tout en cheminant.
Eux discourant, pour tromper le chemin, De chose et d'autre, ils tombèrent enfin Sur ce qu'on dit de la vertu secrète De certains mots.... [LA FONT., Orais.]
Faire son chemin, parvenir aux emplois, à la fortune ; locution des gens de cour, d'après de Caillières, 1690. Cet homme-là fera son chemin.
Le cœur me dit que votre bonne fortune a encore beaucoup de chemin et beaucoup de choses à faire [VOIT., Lett. 119]
Il a cru mieux faire son chemin par la voie de la magistrature [MASS., Car. Vocation.]
Je ne désespère pas de lui voir faire un chemin digne de son mérite [J. J. ROUSSEAU, Hél. II, 9]
Familièrement. Ce chemin va à la ville, on va à la ville par ce chemin. Un chemin qui irait au pont serait très commode. Terme de marine. Espace parcouru par le navire, et, quelquefois, vitesse de navire. Ce bâtiment fait beaucoup de chemin. Nous avons fait six lieues chemin nord, c'est-à-dire du côté du nord.
Fig. Voie, moyen.
Et prennent à l'empire un chemin éclatant [CORN., Héracl. IV, 1]
Vous vous mettez fort mal au chemin de régner [ID., Nic. III, 1]
Mais puisque pour ôter l'Espagne à nos tyrans, Nous prenons, vous et moi, des chemins différents [ID., Sertor. II, 2]
Et trouver à l'empire un chemin glorieux [ID., Hér. II, 7]
Et vous m'avez au crime enseigné le chemin [ID., Cinna, V, 2]
Et vois quel est ce digne effort Qui peut mettre ta conscience Au chemin d'une bonne mort [ID., Imit. I, 23]
Et le plus sûr chemin pour aller vers les cieux, C'est d'affermir nos pas sur le mépris du monde [ID., ib. I, 1]
Éloigna de son fils tous ceux de qui le zèle Pouvait du trône encor lui rouvrir le chemin [RAC., Britan. IV, 2]
Par un chemin plus doux Vous lui pourrez plus tôt ramener un époux [ID., ib. III, 3]
Aricie a trouvé le chemin de son cœur [ID., Phèd. IV, 6]
[Qui] Sait si bien découvrir les chemins de mon cœur [ID., Bér. IV, 4]
Childéric, le plus méprisable de tous les princes, lui en ouvrit le chemin [du trône] [BOSSUET, Hist. I, 11]
Croyez-vous que son esprit ait retrouvé le chemin de me plaire ? [SÉV., 44]
Il voulait s'ouvrir le chemin à la royauté [FÉN., Tél. XII]
Cette heureuse hardiesse leur avait ouvert le chemin aux grandes choses [PASC., Préf. Vide.]
Il ne s'écartera pas du chemin que tant d'illustres personnages lui ont frayé [PATRU, Plaidoyer 4, dans RICHELET]
La foi est le chemin à l'intelligence [BOSSUET, Serm. quinq. 1]
Chemin de velours, chemin sur une pelouse ; et figurément, voie facile, agréable, pour parvenir à quelque chose.
Au paradis allant au petit pas, On y parvient, quoi qu'Arnaud nous en die ; La volupté, sans cause il l'a bannie ; Veut-on monter sur les célestes tours ? Chemin pierreux est grande rêverie ; Escobar sait un chemin de velours [LA FONT., Ballade sur Escobar.]
Tapis long et étroit que l'on étend sur les parquets d'un appartement ou dans les vestibules d'une porte à l'autre.
Terme de dévotion. Chemin de la croix, suite de tableaux représentant les divers actes de la passion. Sorte de petite procession avec prières. Livre contenant ces prières. Pratique de dévotion individuelle.
Le chemin de Saint-Jacques, la voie lactée. Terme d'hippiatrique. Un cheval montre le chemin de Saint-Jacques quand, étant au repos, l'un des membres antérieurs est très en avant de la ligne d'aplomb, de façon que l'appui se fait sur la pince, et que le talon ne repose pas sur le sol ; attitude qui indique de la souffrance dans les parties postérieures des membres.
Voûte sous laquelle le verrier met le bois pour chauffer le four. Voie ou jeu d'une scie. Trace d'un diamant sur la meule. Terme de tonnelier. Solives de sapin dont on se sert pour conduire d'un bateau les tonneaux de vin à terre.
Terme de construction. Disposition de règles sur un plafond ou sur un mur, pour traîner les moulures Espèce de filet de plâtre dressé à la règle pour conduire le calibre.

PROVERBES

  • Bonne terre, méchant chemin, c'est-à-dire les bonnes terres qui sont grasses retiennent l'eau.
  • En tout pays il y a une lieue de méchant chemin, c'est-à-dire il n'y a point d'affaires où l'on ne trouve des difficultés.
  • À chemin battu il ne croît point d'herbe, c'est-à-dire il n'y a pas grand profit à faire dans un trafic connu de tout le monde.
  • Tous chemins vont, tout chemin mène à Rome, on peut de diverses manières arriver au même but.
    Ils s'y prirent tous trois par des routes diverses : Tous chemins vont à Rome ; ainsi nos concurrents Crurent pouvoir choisir des sentiers différents [LA FONT., Fabl. XII, 27]
  • Bien dépenser et peu gagner, c'est le chemin de l'hôpital.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Tant chevaucherent es veies e chemins [, Ch. de Rol. XX]
    Veer [voir] povez les granz chemins puldrus [, ib. CLXXIV]
  • XIIe s.
    Droit vers Espaigne [il] a son chemin tenu [, Ronc. p. 88]
    Et nous repairerons notre chemin antif [, Sax. XXIV]
    Mais ne voleient pas le dreit chemin errer [, Th. le mart. 49]
    Si s'en leverent tuit ki Adonias i out mandez ; e chascuns tinct sun chemin [, Rois, 226]
  • XIIIe s.
    Celui qui cele part la mist ens au chemin [, Berte, LV]
    Droit à la mie nuit, au chemin nous metons [mettons-nous] [, ib. LXXVII]
    À tant fet et à tant erre, Qu'il entre en un chemin ferré [, Ren. 764]
    Quant on tailla les quemins [BEAUMANOIR, XXV, 2]
    Que on gart se che doit estre sentiers ou quariere ou voie ou quemins plus grans apelés quemins royal [ID., XXV, 3]
    Tant a alé dans Pieres par les chemins ferrés, Que il vint à Paris, qui est riches cités [, Ch. d'Ant. I, 701]
    Et le roy si fist moult volentiers, et puis si se mist au chemin [JOINV., 228]
    Vint le roy à [avec] toute sa bataille sur un chemin levé [ID., 226]
  • XIVe s.
    Nulz n'est en bon chemin, que l'on bien ne desvoie [, Girart de Ross. V. 788]
  • XVe s.
    Partez-vous-en et allez vostre chemin chacun en son pays [FROISS., II, III, 8]
    Tant subtila, visa et imagina [Mahieu] qu'il trouva le chemin [ID., II, II, 52]
    Et disent les Londriens que vous allez le droit chemin pour perdre votre lignage et le royaume d'Angleterre [ID., III, IV, 63]
    Disant : oyseaulx, je vous voy en chemin De tout plaisir et joye desirée [CH. D'ORL., Bal. 67]
    Il fallut que il s'en retirast le droit chemin vers Bretaigne [COMM., I, 15]
    Tant y a de mauvais chemins [ID., II, 11]
  • XVIe s.
    Durant le chemin, faictes.... [MONT., I, 71]
    Les chemins y cheminent comme animaulx, et [je] vis que les voyaigiers demandoyent, où va ce chemin ? [RAB., Pant. V, 26]
    Je y recogneu pareillement le vieulx quemin de Peronne à Saint-Quentin [ID., ib.]
    Pour la manutention de l'exercice de la religion catholique, nous sommes resolus d'espendre notre sang, à l'exemple du chef d'icelle, nostre seigneur Jesus-Christ, qui nous en a fait le chemin le premier [D'AUB., Hist. II, 227]
    Le roy commençoit à se mettre à leur queue, non de si près qu'il peut rompre les chemins aux soldats ou empescher la facilité des estappes.... [M. DU BELL., 508]
    .... Que si Pyrrhus se faschoit de vivre, il avoit assez de chemins ouverts pour aller à la mort [AMYOT, Pyrrh. 71]
    Il faict bon aller son grand chemin et non tergiverser [BRANT., Pescayre.]
    Combien avons-nous veu depuis force huguenots s'estre convertis et faits bons catholiques ! Les chemins en rompent [ID., Capit. fr. t. III, p. 172, dans LACURNE]
    Les chemins allans de bonnes villes à autres doivent avoir soixante pieds, et les chemins des viscomties estant es villages et allans de l'un à l'autre doivent avoir trente pieds [, Coustum. génér. t. II, p. 876]
    Avec le florin, la langue et le latin, Par tout l'univers l'on trouve le chemin [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 244]

ÉTYMOLOGIE

  • Nivernais, semin ; bourguig. chemi ; champenois, chemî ; picard, camin ; provenç. cami ; espagn. camino ; portug. caminho ; ital. cammino ; du celtique : kymri, cam, pas ; camen, chemin ; bas-breton, kamm, pas ; gaél. cam, pas ; irland. ceim, pas.

chemin

CHEMIN. n. m. Voie, route pratiquée pour communiquer, pour aller d'un lieu à un autre. Chemin battu, frayé. Chemin uni. Chemin pierreux, raboteux, fangeux. Chemin creux. Chemin de traverse. Chemin vicinal, Celui qui va d'une commune à l'autre et qui est sous la dépendance directe de l'autorité municipale. Chemin rural, Chemin appartenant à la commune et affecté à l'usage du public, mais qui n'a pas été classé comme Chemin vicinal.

Chemin de fer, Chemin dont la voie est formée par deux lignes parallèles de barres de métal ou rails, sur lesquelles roulent les trains. La voie, les rails, les stations, la gare d'un chemin de fer. Prendre le chemin de fer. Il se dit aussi de l'Entreprise même d'un chemin de fer. Le directeur, les administrateurs, les employés, les actionnaires d'un chemin de fer. Les employés de chemins de fer.

Chemin de halage, Chemin situé sur le bord d'une rivière ou d'un canal et servant au passage des chevaux ou des hommes qui tirent les bateaux.

Chemin de douane. Voyez DOUANE.

En termes de Fortification, Chemin de ronde, Autrefois Sorte de corridor maçonné construit le long et au-dehors du parapet, au-dessus du fossé. Aujourd'hui, il désigne la Partie du terre-plein située immédiatement le long de la banquette. Chemin couvert, Partie de la contrescarpe entre le parapet et le fossé et où les défenseurs étaient à couvert du feu des assiégeants.

Chemin de la croix, Le chemin que JÉSUS- CHRIST parcourut en portant sa croix, de Jérusalem au Calvaire. Il se dit, figurément, d'une Suite de quatorze bas-reliefs ou tableaux placés dans une église ou dans un lieu de pèlerinage et représentant les diverses scènes de la Passion. Faire le chemin de la croix, S'arrêter et prier devant chacun des tableaux ou bas-reliefs indiquant les diverses stations du chemin de la croix. On dit plus souvent dans ce sens Un chemin de croix. Faire son chemin de croix.

Il se dit, par extension, de Toute ligne ou voie qu'on parcourt, ou qu'on peut parcourir, pour aller d'un lieu à un autre. La ligne droite est le plus court chemin d'un point à un autre. Il a fait plusieurs fois le chemin d'ici à Lyon. Demander, perdre, retrouver son chemin. Il a repris le chemin de son village. Nous fîmes le chemin à pied, à cheval, en voiture. Vous ne prenez pas le bon chemin. Il se détourna de son chemin. Prendre le chemin le plus long. Je l'ai rencontré en chemin. Passer son chemin. À mi-chemin. À moitié chemin. Poursuivez votre chemin. Faire beaucoup de chemin. Il y a bien du chemin d'ici là. Deux heures de chemin. Rebrousser chemin. Rester en chemin. Nous l'avons rencontré chemin faisant, en chemin. Le chemin est plus long par eau que par terre.

Par extension, Chemin d'escalier, Bande de tapis posée sur les marches d'un escalier.

Chemin de table, Bande d'étoffe ou de broderie disposée sur la table pour y recevoir le service de dessert.

Figurément, il signifie Moyen, conduite qui mène à quelque fin. Il veut faire fortune, mais il n'en prend pas le chemin. Il aspire aux dignités, mais on n'y arrive pas par ce chemin. La guérison de ce malade est en très bon chemin. Mettre une affaire en bon chemin. Ce jeune homme n'est pas dans le bon chemin. Le chemin de la vertu, de la perfection.

Il a su trouver le chemin de son coeur, Il a su toucher cette personne, il a su s'en faire aimer.

Fig., Chemin de velours, Chemin sur une pelouse. Il se dit familièrement, dans une acception plus figurée, d'une Voie facile, agréable pour parvenir à quelque chose. Il est arrivé à la fortune par un chemin de velours.

Fam., Vieux comme les chemins, Fort vieux.

Prov. et fig., À chemin battu il ne croît point d'herbe, Il n'y a point de profit à faire dans un négoce dont trop de gens se mêlent.

Fig., Suivre le chemin battu, S'attacher aux usages établis. Il n'y a rien de si sûr que de suivre le chemin battu.

Prov., Tous chemins vont à Rome, ou Tout chemin mène à Rome, Divers chemins mènent au même endroit; et, figurément, Divers moyens conduisent à la même fin.

Fig. et fam., Il ne faut pas y aller par quatre chemins, Il faut s'expliquer franchement, il ne faut pas chercher tant de détours. Il n'y va pas par quatre chemins, Il tranche hardiment la question.

Fig. et fam., Je le mènerai par un chemin où il n'y aura pas de pierres, Je le poursuivrai vivement, je ne lui ferai point de quartier. On dit aussi, dans le même sens, Je lui ferai voir bien du chemin.

Prov. et fig., Trouver une pierre en son chemin, des pierres dans son chemin. Voyez PIERRE.

Fig., Prendre le chemin de l'école, le chemin des écoliers, Prendre le chemin le plus long.

Fig., Montrer le chemin aux autres, Faire quelque chose que les autres font ensuite; ou Faire quelque chose à dessein que d'autres le fassent.

Fig., S'arrêter en beau chemin, à mi-chemin, Abandonner une entreprise dont la réussite paraissait assurée. Ne vous arrêtez pas, il est dommage de s'arrêter en si beau chemin.

Fig. et fam., Faire son chemin, Parvenir, obtenir de l'avancement, s'enrichir, etc. Il a su faire son chemin. Il a bien fait son chemin. On dit de même Il a bien fait du chemin en peu de temps.

Fig. et fam., Aller le droit chemin, Procéder avec sincérité, avec loyauté, sans nul artifice. Dans un sens opposé, Prendre des chemins de traverse, Agir d'une façon dissimulée, prendre des moyens détournés.

Fig. et fam., Aller son grand chemin, N'entendre point de finesse à ce qu'on fait, à ce qu'on dit. Aller son chemin, aller toujours son chemin. Aller son petit bonhomme de chemin, Ne pas se détourner de la conduite qu'on a commencé à tenir. Quelque chose qu'on lui dise, il va toujours son chemin.

Fig. et par menace, Il me trouvera en son chemin, ou Qu'il ne se trouve pas dans mon chemin, sur mon chemin, Je le traverserai dans ses desseins.

chemin

Chemin, Via, Aditus, Veha.

Chemin, ou Ruë, Via.

Aisé chemin, Facilis et plana via.

Beau chemin où on ne se heurte point, Via inoffensa.

Chemin de Paradis, Sacra via.

Chemin à quartier, Itinera deuia.

Villages qui ne sont pas sur les chemins, Pagi diuij. Bud. ex Cicerone.

Court chemin, Breuis via.

Le chemin d'enhaut, Via superna. B.

Chemin ouvert à delivre, Expeditum iter.

Chemins couverts de gens tuez, Obruta itinera strage.

Chemin plus descouvert, Via patentior.

Chemin pavé, Via strata.

Un grand chemin, Limes.

Le grand chemin royal, Via militaris.

Chemin commun et passant, Le grand chemin, Via publica.

Chemin passant et fort frequenté, Celebris via, Via commeabilis. B.

Le grand chemin à pied et à cheval, Via militaris.

Chemin frayé, Callis.

Chemin frayé et hanté, Via trita, Iter tritum.

Chemin par terre, Terrestre iter, Terrenum iter.

Un chemin chaud, AEstuosa via.

Un chemin chaud, et plein de poussiere, AEstuosa et puluerulenta via.

Chemin tout d'une façon, qui n'est point haut et bas, Simplex et directum iter.

Le chemin par où passoit le sel, Via salaria.

Chemin propre à se cacher, Via latebrosa.

Chemins publiques qui sortent parmy les terres et se vont rendre aux Villages, Viae vicinales.

¶ Le chemin qu'on fait en un jour, Iter diei.

¶ Mauvais chemin, Inepta via.

Mauvais chemin dont on ne se peut retirer, Viae inexplicabiles continuis imbribus.

Un meschant chemin et desrompu, Deterrima via.

Chemin qui n'est point hanté, Deuium iter.

Chemin par lequel on n'a point accoustumé de passer, Iter insuetum.

Chemin par lequel on ne peut passer, Iter inexplicabile.

¶ Chemin qui va à l'opposite, Via aduersa.

Un chemin qui va de costé le droit chemin, Obliqua via.

Chemin traversant les terres, Limes, limitis.

Chemin qui meine çà et là, Via anceps.

Chemins pierreux et mal aisez, Asperae viae.

Chemin qui n'est point pavé, Via immunita.

Chemin gasté et estouppé, Iter collapsum.

Chemin fermé et empesché, Iter interceptum, interclusum, obsessum.

Chemin champestre, Campestre iter.

Un chemin mal aisé à tenir, à cause qu'il en y a plusieurs aupres l'un de l'autre, Perplexum iter.

Les destroits des chemins, Angusta viarum.

Chemin roide, et où il convient aller en montant, Via alta atque ardua.

Jaçoit qu'il y eust un chemin entre-deux, Quamquam via interiacente,

Pource qu'ils n'avoient point d'autre chemin pour passer, Propterea quod iter haberent nullum aliud.

Lieux sans chemin, Auia vel inuia loca.

¶ Il n'y a pas grand chemin de l'un à l'autre, Non longis inter se passibus absunt.

¶ Accoustrer un chemin tellement qu'on y puisse passer, Viam munire.

Faire chemin, Limitare.

Faire beau chemin, Viam tranquillam concinnare.

¶ Qui sçait les chemins, Prudens locorum.

Qui ne sçavent par quel chemin ils doivent aller, et le monstrent aux autres, Qui sibi semitam non sapiunt, alteri monstrant viam.

¶ Tout ce qu'on porte avec soy pour passer le chemin, soit viande ou argent, Viaticum.

¶ Se mettre en chemin, Iter ingredi, Dare se in viam, Viae se committere.

Estre en chemin, In via esse, In itinere, Inter vias.

Prendre sur le chemin les lettres qu'aucun porte à un autre, Literas intercipere.

Ordonner de son chemin et distribuer, Itinera componere.

Aller son chemin, Viam carpere, Pergere iter.

Qui va son chemin sans penser à rien, Homo simpliciter oberrans.

Va t'en ton chemin, Tu abi tacitus tuam viam.

¶ Abbreger ou accourcir son chemin, Viam corripere, Iter reprimere.

Avancer chemin, Progredi viam.

Faire quelque espace de chemin, Emetiri iter.

Pour un peu de chemin qu'ils avoient fait, Pro paulula via.

Expedier le chemin d'une lice et abbreger, Spatium corripere.

Gaigner autant de chemin, Compendium viae sequi.

Il croisa chemin, In Latinam viam transuersis tramitibus transgressus est, vel obliquis tramitibus. B. ex Liuio.

¶ Il dresse son chemin vers Apulie, Petere Apuliam intendit.

Addresser son chemin droit en quelque lieu, Iter aliquo conferre.

Il prend son chemin vers le rocher, Ad saxum capessit; Sub. iter.

A-il prins son chemin par cy, ou par là? Vtrum hac, an illac iter instituit?

Tourner son chemin droit à Leucas, Flectere Leucatem.

Tourner son chemin quelque part, Diuertere.

Nous tournerons chemin et costoyerons vers, etc. Deflectemus in Thuscos.

Aller par beaucoup de chemins et de voyes, Multas inire vias.

Tenir le chemin par où est allé un autre, Ire itineribus alicuius.

¶ Chemin fourvoyant, destourné, et loing du grand chemin, Deuium iter.

Chemin duquel on ne retourne point sauve, Irredux via.

¶ Aller hors du chemin, Declinare de via.

Se destourner du chemin, Diuertere via, Declinare se extra viam.

Se destourner du chemin pour aller voir aucun, Deflectere ex itinere ad aliquem.

Voluptez mettent hors et destournent du chemin de vertu, Voluptates animum a virtute detorquent.

Qui est hors de quelque chemin passant, et en est bien loing, Deuius.

Flechir de son chemin, Deflectere de curriculo.

Se jetter hors du droit chemin, De recto deflectere.

¶ Enseigner le chemin, Iter indicare.

Monstre moy quel chemin de vivre je dois prendre, Quam viam ingrediar definias.

Ils ne nous ouvrent point le chemin, Nullas dant vias nobis ad significationum scientiam.

Quel chemin tiendray-je? Quam insistam viam?

Tu es au droit chemin, Rectam instas viam.

¶ Poursuyvre un chemin, Persequi viam, Iter moliri.

J'acheveray mon chemin, Quo profecturus sum, ibo.

Parfaire son chemin, Conficere iter.

¶ Clorre et tenir le chemin et garder qu'on ne passe, Impedire iter, Intercipere, Itinera obsidere.

Rompre le chemin à quelqu'un par où il devoit retourner, Perimere reditum alicui.

Fermer les chemins qu'on ne puisse aller vers aucun, Aditus ad aliquem intercludere.

Fermer les chemins et garder que l'on ne puisse fuyr, Fugam intercludere.

Rendre le chemin en sa premiere largeur, Viam aperire.

¶ Tout d'un chemin, Eadem opera.

¶ Lieu qui meine en deux chemins, où il y a deux voyes, Biuium.

Il y a trois chemins, pour, etc. Tres viae sunt ad Mutinam.

Je voy combien il faut de journées pour faire ce chemin, Video quot dierum via sit.

J'ay veu les chemins tout pleins de gens de guerre, Ire vidi milites plenis viis.

¶ Moy estant defailly de force à cause du chemin, Quum de via vel e via languerem.

¶ Ton chemin, Iter tuum.

¶ Le chemin plus court, et abbregé pour parvenir à vertu, Via ad gloriam compendiaria.

chemin


CHEMIN, s. m. [Che-mein; 1re e muet.] Au propre, voie, route, espace par où l' on va d'un lieu à un aûtre. Le chemin de Lyon à Paris. Aler, pâsser son chemin, se mettre en chemin, avancer chemin, faire bien du chemin; rebrousser chemin, etc. = Au figuré, moyen, conduite qui mène à quelque fin, à quelque terme: "Il veut faire fortune, il n'en prend pas le chemin: le chemin du Ciel, du Salut, le chemin de l'enfer, de la perdition: la vertu est le vrai chemin de la gloire et du bonheur, etc.
   Rem. Il est peu de mots, qui entrent dans un plus grand nombre d'expressions, presque toutes du st. fam. — Aler son droit, ou son grand chemin: ou simplement, aler son chemin, agir avec droitûre, simplement, sans façon.
   On l'emporte souvent sur la duplicité,
   En alant son chemin avec simplicité.
       Méchant.
"Je logerai chez la bonne Marbeuf, quoiqu'elle ne soit pas trop bien avec ce Duc et cette Duchesse (de Chaulnes)..... j'irai toujours mon chemin; je ne suis mal avec persone. Sév. = Prendre le chemin de l'école; faire un circuit pour arriver en un endroit. — Trouver quelqu'un en son chemin, le trouver toujours oposé à nos desseins. "Il est cruel de trouver ce devoir sur mon chemin, lorsque je suis prête à vous aler voir. Sév.Trouver une pierre en son chemin, trouver un obstacle dans son entreprise~. — Faire voir du chemin à quelqu'un, lui doner de l'embârrâs, du fil à retordre. = Avoir du chemin à faire, avant de... Avoir du temps à passer, des dificultés à surmonter, pour pouvoir y réussir. " Rien de plus riant que cette méthode nouvelle; mais nous avons, vous et moi, bien du chemin à faire, avant que de la goûter sincèrement. Marm.Prendre le chemin de, avec l' infinit. "M. de Luxembourg prend le chemin de garder sa Flandre. "Celui qui sait atendre le bien qu'il souhaite, ne prend pas le chemin de se désespérer, s'il ne lui arrive pas. La Bruyère.
   Faire son chemin, s'avancer dans la voie de la fortune, des grades, des honeurs.
   Fuir Paris ce seroit m'égorger de ma main,
   Quand je puis m'avancer, et faire mon chemin.
       Gress.
Mde. de Sév. dit, dans le même sens, aler son chemin: "je me réjouis que Sanzei soit Capitaine: Il ira son chemin. — Faire vaut mieux en ce sens.
   N'aler pas par deux chemins; parler et agir franchement et rondement. — Aler par le grand chemin, ou par le chemin batu, suivre les principes comuns dans la doctrine ou dans la conduite. — Bârrer, ou croiser le chemin à quelqu'un, former des opositions à ses desseins, lui susciter des obstâcles. "N'admirez-vous pas la bizârre disposition des chôses de ce monde, et de quelle manière elles viènent croiser notre chemin. Sév. Nous croiser le chemin, aurait été mieux. — Couper chemin à; arrêter. Couper chemin à l'énemi, à la maladie. — Au propre, on dit: Couper le chemin. — Fermer les chemins à quelqu'un, l'empêcher de faire ce qu'il voulait. Demeurer en beau chemin: quiter lorsqu'il n' y a plus de dificultés. "Nous avons trop bien comencé, pour rester en si beau chemin. — Non sûrement, je ne resterai pas en chemin, car je me sauve. Marin, Farce.
   Dans le propre, on dit, se mettre en chemin; comencer un voyage. "Il se mit en chemin, sans avoir égard à son grand âge. Miss. du Lev.Passer son chemin; continuer de marcher, sans s'arrêter. "Je passai mon chemin, d'un air refrogné. Mariv. "Le fameux Cynique de la Grèce eut bientôt quité ce toneau, d'où il bravoit les préjugés et les Rois, si les Athéniens eussent passé leur chemin sans le regarder. — Avancer chemin, faire diligence pour arriver: "Cependant Eugene avançoit chemin. Rollin. "Le vent contraire nous obligeoit de louvoyer, pour avancer chemin, à la faveur du flot. Let. Édif.Se ranger du chemin de quelqu'un, s'arrêter, pour le laisser passer. "Ils avoient condamné à mort un certain Veturius, parce que lui seul n'avoit pas voulu, dans la place de Rome, se ranger du chemin d'un Tribun. Le Gendre. Je doute de la bonté de cette expression. — Rebrousser chemin, revenir sur ses pâs. "Il se détermina à rebrousser chemin. Let. Édif.
   * Rem. On dit ordinairement, rencontrer quelqu'un sur son chemin, ou, dans son chemin. Vertot dit, dans le même sens, à son chemin. "Appius saluoit les moindres Plébéïens qu'il rencontroit à son chemin. C'est encôre, à mon avis, une expression au moins douteûse. — * On dit aussi, prendre sa route par une Ville. Le P. de Charlevoix a dit, par analogie, prendre son chemin: "Le P. Xavier prit son chemin par cette Ville.
   CHEMIN FAISANT, adv. Il doit se raporter au sujet de la phrâse (au nominatif du verbe).
   Malgré ses cris, la Tourière l'emporte,
   Il la mordoit, dit-on, de bone sorte,
   Chemin faisant,        Ververt.
Quelques Auteurs disent, en chemin faisant, et Mde de Sévigné le dit toujours de la sorte. Le Dict. de Trév. le dit ainsi. Voyez EN PASSANT, au mot PASSANT, adjectif. — Le P. d'Orléans non-seulement dit, en chemin faisant, mais il le fait raporter au régime du verbe. "En chemin faisant, Robert et Philipe se joignirent à eux (au Roi d'Aragon et à Lauria.) Suivant la construction, il semble que c'est Robert et Philipe, qui faisaient chemin; et dans le sens de l'Auteur, indiqué par les phrâses précédentes, c'est le Roi d'Aragon et Lauria. Il y a donc faûte de locution et vice de construction. — Il falait dire, ils furent joints, chemin faisant, par Robert et Philipe. — Le P. Sicard dit tantôt, chemin faisant, et tantôt, en chemin faisant. — Le Rich. Port. ne met que le 1er, d'après l'Acad.
   Chemin battu, chemin détourné, employés au figuré. "Il y a, pour ârriver aux dignités, ce qu'on apèle la grande voie, ou le chemin batu: il y a le chemin détourné, ou de traverse, qui est le plus court. La Bruy.
   CHEMIN COUVERT. Terme de Fortification. * Fontenelle dit d'un Berger:
   Par des chemins couverts, en secret, il se coule.
Il veut dire, par des chemins cachés: mais, quand les termes sont consacrés pour un objet, il faut éviter de s'en servir pour un aûtre.
   PAR VOIE ET PAR CHEMIN, adv. Voyez VOIE.

Synonymes et Contraires

chemin

nom masculin chemin
1.  Voie menant d'un lieu à un autre.
2.  Trajet parcouru.
3.  Voie pour atteindre un but.
Traductions

chemin

Weg, Bahn, Chaussee, Strecke, Pfadway, path, road, route, lane, course, passage, pathway, trackpad, weg, baan, route, paadje, loper [trap, tafel], landweggetje, richtingדרך (ז), כביש (ז), מעבר (ז), משעול (ז), נתיב (ז), נתיבה (נ), נָתִיב, מִשְׁעוֹל, כְּבִישׁbaan, padcamí, carretera, viacesta, pěšina, silnicevej, bane, sporirejo, vojocamino, vía, ruta, carril, senderoteepolku, tie, kuja, suuntaútvegurcammino, corsia, pista, strada, via, percorso, sbagliatoviavei, smal vei, stidroga, trasa, ścieżkacaminho, estrada, rumo, via, ruela, veredadrumдорога, переулок, путь, тропаväg, bana, gång, stråt, smal väg, stigbarbara, njiayol, dar yol, patikaاِتِّـجَاه, زُقَاقٌ, سَبِيلٌκατεύθυνση, μονοπάτι, πάροδοςput, staza小道, 道길, 좁은 길ตรอก, ทาง, ทางเดินđường, đường đi, làn đường小路, 路徑 (ʃəmɛ̃)
nom masculin
1. petite route de campagne prendre un chemin de montagne
2. itinéraire prendre un autre chemin
3. figuré voie qui mène à un but prendre le chemin de la guérison

chemin

[ʃ(ə)mɛ̃] nm
(où l'on marche)path
Je suis descendu à la plage par un petit chemin → I went down a little path to the beach.
chemin de campagne → country lane
(= itinéraire, trajet) → way
Quel est le chemin le plus court pour aller à l'aéroport? → What's the quickest way to the airport?
en chemin, chemin faisant → on the way
Je mangerai mon sandwich en chemin → I'll eat my sandwich on the way.
(fig) faire un bout de chemin avec qn (= travailler avec qn) → to work with sb (= avoir une relation suivie avec qn) → to have a relationship with sb
faire un bout de chemin ensemble
Nous avons fait un bout de chemin ensemble et c'est ce qui compte le plus → We were together for a while, and that's what is most important.
mesurer le chemin parcouru → to measure the progress made
ramener qn sur le droit chemin, remettre qn dans le droit chemin → to get sb back on the straight and narrow
rentrer dans le droit chemin → to get back on the straight and narrow
rester sur le droit chemin → to keep on the straight and narrow
chemin de fer nmrailway (Grande-Bretagne), railroad (USA)
par chemin de fer → by rail
les chemins de fer → the railways (Grande-Bretagne), the railroad (USA)
chemin de terre nmdirt track
chemin de traverse nmshortcut