chenu, ue

Recherches associées à chenu, ue: grisonner

CHENU, UE

(che-nu, nue) adj.
Tout blanc de vieillesse. Une tête chenue.
Hommes, enfants, les personnes chenues Lamentent pêle-mêle aux places et aux rues [GARN., M. Ant. IV]
Pour moi, je cède au temps, et ma tête chenue M'apprend qu'il faut quitter les hommes et le jour [MAINARD, dans RICHELET]
Ce vieillard chenu qui s'avance, Le temps dont je subis les lois [VOLT., Ép. XLV]
La vieillesse.... Sous mes faux cheveux blonds déjà toute chenue [BOILEAU, Épît. X]
Vos ans chenus [GARN., les Juives, III]
Fig. Couvert de neige.
Quoique les Alpes chenues Les couvrent de toutes parts [MALH., II, 2]
Montagnes.... Dessus vos têtes chenues, Je cueille au-dessus des nues Toutes les fleurs du printemps [FÉN., XXI, 289]
[Superbes monts] Vous qui sur vos cimes chenues Voyez, dans le vague des airs, Les tonnerres et les éclairs [GODEAU, Poésies, ps. 148, dans RICHELET]
Par analogie.
Il ne va point fouiller aux terres inconnues, à la merci des vents et des ondes chenues [RACAN, Pastorales.]
Qui compterait plutôt les arènes menues Que baigne l'Océan de ses vagues chenues [GODEAU, Poés. Égl. v.]
Arbre chenu, arbre dont la cime est dépouillée.
Fig. Hors d'usage.
Les mêmes choses avaient besoin d'être récrites dans le français nouveau qui devenait bien vite vieux et chenu [VILLEMAIN, Préf. du Dict. de l'Acad. 1835]
Dans le langage populaire, chenu se dit pour excellent, fort, riche, à cause que ce qui est vieux s'est amélioré. Voilà du vin qui est chenu. Cet emploi est ancien dans Paris, Leroux en parle dans son Dict. comique. Substantivement. C'est du chenu.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Et Blancandrins i vint au canu peil [, Ch. de Rol. XXXVII]
    De Charlemagne qui est canuz et vielz [, ib. X]
    Fiers est li reis à la barbe canue [, ib. CCLXVII]
  • XIIe s.
    Toz fu li poilz chenus [, Ronc. p. 11]
    De Charlemaine qui fu chenus et blans [, ib. p. 26]
    Salomon [il] en apele et Buevon le chenu [, Sax. XXVIII]
    Assez i ad trové e joeuenes et chanuz [, Th. le mart. 38]
  • XIIIe s.
    Grant duel [deuil] font pour Bertain li joene et li chenu [, Berte, CI]
    Mès foi que doi Deu et saint Jorge, J'ai tote chenue la gorge [, Ren. 16008]
    Et Tybert [le chat].... Si ot toz les grenons chanuz, Et les denz trenchanz et aguz, Et les ongles grans por grater [, ib. 1955]
    Toute sa teste estoit chenue, Et blanche cum s'el fust florie [, la Rose, 346]
    Dans Pierres li ermites à la barbe canue [, Ch. d'Ant. VIII, 1134]
    Et amenoient avec eulx un homme de grant vieillesce tout chanu [JOINV., 242]
    Et si n'estoit mie pelée La penne qui d'ermine fu ; D'un sebelin noir et chenu Fu li manteax au col coulez [, Fabliaux mss. p. 238, dans LACURNE]
  • XVe s.
    Comme ung chat, suis vieil et chenu [CH. D'ORL., Rond.]
  • XVIe s.
    Je rendz graces à Dieu de ce qu'il m'a donné pouvoir veoir mon anticquité chanue reflourir en ta jeunesse [RAB., Pant. II, 8]
    Non autrement qu'on voit parmy les nues Les haults sourcils des grands Alpes chenues [DU BELL., III, 5, recto.]
    La foy chenue, alors non violable, Tiendra le lieu des punissantes loix [ID., III, 6, verso.]
    Mesme en ces tant jeunes ans, Ceste vertu tant chenue [ID., III, 15, verso.]
    Ces choses n'ont d'appuy qu'en la barbe chenue et rides de l'usage [MONT., I, 118]
    [Léandre] dedans l'escume chesnue S'enivra du flot amer [YVER, p. 577]
    Depuis qu'il fu devenu vieil et chenu [AMYOT, Caton, 10]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. canut ; ital. canuto ; du latin canutus, dérivé de canus, pour casnus ; sanscrit, kas, briller : ce qui est blanc est brillant (voy. CANDEUR).