cheptel

cheptel

[ ʃɛptɛl] n.m. [ du lat. capitale, le principal d'un bien ]
Ensemble du bétail d'une exploitation agricole, d'une région, d'un pays : Cet éleveur doit abattre son cheptel atteint d'une grave maladie.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

cheptel

(ʃɛptɛl)
nom masculin
ensemble des gros animaux d'une ferme un cheptel de cinquante vaches
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

CHEPTEL

(che-tèl) s. m.
Convention ou bail d'un maître avec son fermier, lorsqu'il lui donne un certain nombre de bestiaux pour les nourrir et les soigner, avec partage du profit. Cheptel à moitié, cheptel où chacune des deux parties fournit le bétail par moitié. Cheptel de fer, cheptel dans lequel le preneur doit, à l'expiration, rendre une valeur égale. Fig.
Un roi ainsi élevé [aux écoles publiques] jamais ne penserait nous tenir à cheptel de Dieu ni d'aucune puissance [P. L. COUR., I, 306]
Par extension, les bestiaux mêmes formant le fonds du cheptel. Le preneur doit ses soins à la conservation du cheptel.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Dunc il rendra le chatel [, Lois de Guill. 4]
  • XIIIe s.
    Car nus n'i saura jà tant metre, Qu'il n'i perde tout le chaté [, la Rose, 10833]
    Car quant cil a mis en l'estable Son destrier, il le puet revendre, Et chetel ou gaain reprendre [, ib. 10822]
    Se vous aviez le chaté Oultre [plus que] sa valeur achaté [, ib. 8245]
    Les unes des demandes sont sor muebles et sor catix, et les autres sor heritages [BEAUMANOIR, VI, 18]
    Se li remanans de son heritage n'est pas si grans qu'il soufisse à la soustenance de ses enfans, et li mueble et le catel sont grant.... [ID., XII, 17]
    J'ai vescu de l'autrui chatei Que hom m'a creü et prestei [RUTEB., I]
    Chatiex est ce que aucuns espargne ou qu'il desert par son servise que l'en li done [, Digeste, f° 176]
  • XVe s.
    À tel charge avoir, y convient employer si chier chatel, comme la vie, le sang, les membres et l'avoir [CHRIST. DE PISAN, Charles V, II, ch. 4]

ÉTYMOLOGIE

  • Norm. chatel, biens mobiliers ; picard, chastel, objet quelconque en la possession d'une personne ; génev. chédal, le bétail ; prov. captal, capdal ; du latin capitale, capital, l'avoir (voy. CAPITAL et ACHETER à l'ÉTYMOLOGIE).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CHEPTEL. Ajoutez :
    Cheptel mort, les bâtiments et les instruments de culture. On mentionne souvent dans les baux le cheptel vif et mort.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

cheptel

CHEPTEL. n. m. T. de Jurisprudence. Bail de bétail, ou Contrat par lequel l'une des parties donne à l'autre des bestiaux pour les garder, les nourrir et les soigner, sous les conditions convenues entre elles. Bail à cheptel. Cheptel simple. Cheptel à moitié. Donner des bestiaux à cheptel. L'expiration du cheptel.

Cheptel de fer, Celui où le fermier s'engage à fournir, à l'expiration du contrat, du bétail d'une égale valeur.

Il se dit aussi du Bétail même donné à cheptel. Le preneur doit les soins d'un bon père de famille à la conservation du cheptel. Fournir un cheptel. L'estimation du cheptel.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5
Traductions

cheptel

מקנה (ז), משק חי (ז), מִקְנֶה, מֶשֶׁק חַי

cheptel

bestiame

cheptel

Herde

cheptel

beslag

cheptel

стадо

cheptel

stádo

cheptel

besætning

cheptel

무리

cheptel

ฝูง

cheptel

[ʃɛptɛl] nmlivestock
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005