cinabre

cinabre

n.m.
Couleur rouge vermillon.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

CINABRE

(si-na-br') s. m.
Sulfure rouge de mercure. Cinabre d'antimoine, le sulfure rouge de mercure provenant de la décomposition du deutochlorure de mercure par le sulfure d'antimoine. Pline et Galien appelaient cinabre le minium ou oxyde de plomb rouge.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Comme au cinabre ou sublimé [, Traité d'alch. 297]
  • XVIe s.
    La mauvaise vapeur et qualité du soulphre et vif-argent, dont ledit cinabre est composé [PARÉ, XXVI, 14]

ÉTYMOLOGIE

  • Cinabaris, du grec.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

cinabre

CINABRE. n. m. T. de Chimie. Combinaison naturelle ou artificielle de mercure et de soufre dont on fait le vermillon. Cinabre naturel ou natif. Cinabre artificiel.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

cinâbre


CINâBRE, s. m. [2e lon. 3ee muet.] Combinaison de soufre et de mercûre, qui forme un corps solide d'un beau rouge. Il y en a un naturel, et un aûtre artificiel.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

cinabre

cinnaber

cinabre

Zinnober

cinabre

cinabro