cocote

COCOTE1

(ko-ko-t') s. f.
Terme enfantin pour désigner une poule. La cocote a pondu. La cocote appelle ses petits.
Petit carré de papier plié de manière à présenter une ressemblance éloignée avec une poule. Faire des cocotes. Une compagnie, une file de cocotes.
Fig. Terme d'amitié donné à une petite fille : ma cocote ; et quelquefois à une grande fille, dans un sens un peu libre : c'est une belle cocote, une grande cocote.
Dénomination populaire d'une légère inflammation du bord des paupières.

ÉTYMOLOGIE

  • Coq, par l'intermédiaire d'une forme cocot ; ce qui donne de l'appui à l'étymologie conjecturée pour coco 2.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. COCOTE. Ajoutez :
    Fille galante.
    Une certaine Adeline qui représente aux Italiens [y est figurante], et plusieurs autres cocotes de même espèce [, Cahier des plaintes et doléances, etc. p. 16, 1789, dans CH. NISARD, Parisianismes, p. 67]
    S'il a le moyen d'avoir des laquais et d'entretenir une cocote ? [, Lett. du P. Duchêne, 164e lettre, p. 4]
    J'étais à côté d'une très jolie cocote qu'on m'a dit être actrice au théâtre de la Nation [, ib. Lettre 177, p. 2]

COCOTE2

(ko-ko-t') s. f.
Espèce de casserole en fonte dont on se sert dans la cuisine.

ÉTYMOLOGIE

  • Ce mot vient-il d'un diminutif de coque, au sens vague de récipient ?

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    2. COCOTE. - ÉTYM. Ajoutez : L'emploi de la fonte pour ustensiles de cuisine n'étant pas fort ancien, il est possible que cocote soit un mot de fantaisie, suggéré d'ailleurs par coquemar.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877