colérer

COLÉRER (SE)

(ko-lé-ré) v. réfl.
Se mettre en colère. Qu'il ne se colère pas si fort.
La colère t'emporte. - On se colère à moins [HAUTEROCHE, Nobles de province, II, 3]
Ce mot a vieilli ; il peut pourtant être encore employé.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Les Italiens ont plus souvent porté les marques des François colerés, que les François n'ont porté les marques des Italiens desesperés [DESPER., Contes, CXXI]
    Puis, se colerant en lui mesme, de ce que.... [ID., ib. CIII]
    Mais bien a il semblé à plusieurs leger, prompt et soudain à se cholerer, de sa nature [AMYOT, Flam. 33]
    Archias adonc commencea à se cholerer et à le menacer en courroux [ID., Démosth. 42]

ÉTYMOLOGIE

  • Colère 1.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • COLÉRER. Ajoutez : - REM. Corneille avait employé se colérer :
    Ne te colère point contre mon insolence [CORN., Mélite, IV, 6]
    Mais, le mot lui ayant été signalé comme suranné, il mit dans les éditions suivantes : N'entre point en courroux contre mon insolence. Pourtant il l'a laissé dans Clitandre, I, 4 : Modère ces bouillons d'une âme colérée.

colerer

Colerer. v. n. pass. Se colerer, se mettre en colere. Ne vous colerez pas si fort. Il est vieux.