colportage

(Mot repris de colportages)
Recherches associées à colportages: colporteur

colportage

n.m.
1. Action de colporter des marchandises ; métier de colporteur.
2. Action de colporter des propos : Il est champion du colportage de rumeurs.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

COLPORTAGE

(kol-por-ta-j') s. m.
Action de colporter ; métier de colporteur. Les règlements sur le colportage.

ÉTYMOLOGIE

  • Colporter.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

colportage

COLPORTAGE. n. m. Action de colporter. Le colportage des livres.

Il se dit absolument de l'Action de colporter des imprimés, des estampes. La loi sur le colportage. La commission du colportage.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

colportage


COLPORTAGE, s. m. COLPORTER, v. a. et n. COLPORTEUR, s. m. [Kolpor-taje, , teur: 3e é fer. au 2d.] Colporteur, se dit de ceux qui portent des marchandises dans des paniers, ou de petites caisses pendues à leur cou, et qui vont les vendre par les rûes, ou dans les villages. On le dit plus particulièrement de ceux qui crient par les rûes les Édits, Arrêts, Relations; et de ceux qui vont vendre des Livres dans les maisons. = Colportage, est le métier de Colporteur. = Colporter, c'est faire ce métier. Il est ordinairement neut. Il gagne sa vie à colporter. Quelquefois il est act. "Il est défendu de colporter des Livres imprimés sans privilège: il l'est bien davantage encôre de colporter de mauvais Livres.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

colportage

רוכלות (נ), תגרנות (נ), רוֹכְלוּת