complaisant, ante

COMPLAISANT, ANTE

(kon-plè-zan, zan-t') adj.
Qui a de la complaisance ou des complaisances....
S'il m'eût vaincu, votre esprit complaisant Lui faisait de ma tête un semblable présent [CORN., Pomp. III, 2]
Et, comme c'est m'aimer que me faire présent, Je suis toujours alors d'un esprit complaisant [CORN., le Ment. IV, 1]
Les uns, parce qu'ils sont méchants et malfaisants, Et les autres, pour être aux méchants complaisants [MOL., Mis. I, 1]
Vos désirs lui seront complaisants Jusques à lui laisser et mouches et rubans ? [ID., Éc. des mar. I, 2]
Mais au moins sois complaisante aux civilités qu'on te rend [ID., Pr. d'Él. II, 4]
Il se rend complaisant à tout ce qu'elle dit, Et pourrait bien avoir douceur de cœur pour elle [ID., Tart. III, 1]
Les dieux à vos désirs toujours si complaisants [RAC., Iphig. I, 1]
Elle était impérieuse avec ses enfants, mais complaisante à son mari [PERROT, Tacite, 253]
Qui se complaît à soi-même.
Il vaut mieux ne pas jeûner et en être humilié que jeûner et en être complaisant [PASC., P. div. 180]
Substantivement, il se prend ordinairement en mauvaise part. Un grand et ses complaisants.
Le caractère de celui qui veut hériter de quelqu'un rentre dans celui du complaisant [LA BRUY., VI]
En un sens particulier, celui, celle qui favorise les galanteries d'une autre personne.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Le fil de nos discours nous obligeoit à parler non seulement des empereurs, rois, primats et potentats souverains, mais aussi des delicieux mignons, favoris et complaisans à tout faire, et des administrateurs à tout entreprendre [SULLY, dans le Dict. de DOCHEZ.]

ÉTYMOLOGIE

  • Complaire ; ital. compiacente.