condamnable

(Mot repris de condamnables)

condamnable

[ kɔ̃danabl] adj.
Qui mérite d'être condamné : Un acte condamnable blâmable, répréhensible ; irréprochable, louable

condamnable

(kɔ̃danabl)
adjectif
irréprochablelouable qui mérite d'être condamné, critiqué un acte condamnable

CONDAMNABLE

(kon-da-na-bl') adj.
Qui mérite d'être condamné, d'être blâmé. Action condamnable. Il est condamnable d'avoir ainsi parlé.
Ah ! d'un si grand service oubli trop condamnable [RAC., Esth. II, 3]
Vous voulez voir encor cet objet condamnable [VOLT., Tancr. II, 5]

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ils seroyent condamnables si ils y parvenoyent au detriment public ou particulier [LANOUE, 86]

ÉTYMOLOGIE

  • Condamner

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CONDAMNABLE. Ajoutez : - REM. Malherbe a écrit condemnable : Il est des choses répréhensibles qui ne sont pas condemnables, Lexique, éd. L. Lalanne.

condamnable

CONDAMNABLE. (Dans ce mot et dans les deux suivants, on ne prononce pas l'M.) adj. des deux genres. Qui mérite d'être condamné. Action, opinion, maxime condamnable. Il est condamnable dans sa conduite.

condamnable


CONDAMNABLE, adj. CONDAMNATION, s. f. CONDAMNER, v. a. [Kondâ-nable, et non pas condamenable: on ne prononce point l'm: Kondâna-cion, en vers ci-on, kondâné; 1re et 2e. lon. 3e dout. au 1er.] Condamnable, est ce qui mérite d'être condamné. Condamnation, jugement par lequel on condamne, ou, l'on est condamné. Condamner, c'est doner un jugement contre quelqu'un. "Action, maxime, opinion condamnable: Il est très-condamnable dans sa conduite. Prononcer condamnation: il n'atend que sa condamnation. — Condamner à mort, à la mort, aux galères, au bannissement, aux dépens, etc.
   I. Condamnable, ne se dit que des persones et des chôses, qui ont un raport immédiat à la persone. On l'a vu par les exemples cités.
   II. Passer condamnation, au propre, c'est consentir à ce que la partie adverse obtiène un jugement à son avantage; au figuré, c'est convenir qu'on a tort. Il se dit, ou avec la prép. sur: "Je passe condamnation sur ce point, mais je soutiendrai toujours l'aûtre; ou absolument et sans régime. "Donat n'osa plus se montrer au Concile après le premier jour: c'étoit passer condamnation et s'avouer calomniateur. Berault, Hist. de l'Égl. = Subir condamnation, c'est aquiescer à une sentence dont on pourrait apeler.
   2°. Condamnation, avec le régime de la prép. de, ou les pronoms possessifs, se dit de celui qui est condamné, et non du Juge qui condamne: "Il a donc un sens passif, et non actif. — Le Gendre s'exprime mal quand il dit: "Socrate avoit peu de sujet de regretter un reste de vie; qui ne pouvoit être que fort malheureûse après la condamnation du Peuple Athénien. — Il devait dire, après le jugement si injuste du peuple, ou bien, après sa condamnation, si injustement prononcée par le Peuple.
   III. Rem. 1°. Rollin écrit condanner avec 2 n: cette ortographe est contre l'étymologie, condemnare; contre l'usage et contre la prononciation; car la double n rend la syllabe qui précède brève, et l'a est long. — Richelet écrit aussi condannable, condannation, condanner. On peut lui apliquer la même remarque. = 2°. Condamner régit à devant l'infinitif. On le condamna à périr sur un échafaut. Il a été condamné au banissement, et à faire amende-honorable. — Ferrière lui fait régir de: "Il fut condamné d'être pendu. C'est un faux régime. = On lit aussi dans le Dict. Hist. Art. Diane de Poitiers, "Son père fut condamné d'avoir la tête tranchée. Malgré la cacophonie de, à avoir, il faut le dire ainsi, ou prendre un aûtre tour de phrâse. — L'Acad. ne met point d' exemple du régime des verbes: c'est un oubli. = Être condamné, régit par, ou de pour le régime de la persone. "Il a été condamné par le Présidial. "Il est condamné de tout le monde.
   O Ciel! si notre amour est condamné de toi,
   Je suis la plus coupable, épuise tout sur moi.
Remarquez que par vaut mieux dans le sens propre, et de, quand condamner a le sens de blâmer, désaprouver.
   3°. Condamner se dit quelquefois des chôses: Condamner une porte, une fenêtre, la fermer de telle manière qu'on ne puisse plus l'ouvrir: en interdire l'usage. Il n'y a que le verbe, qui ait cette signification. On ne dit point, cette porte est condamnable, ni, prononcer la condamnation d'une fenêtre.

Synonymes et Contraires

condamnable

adjectif condamnable
Traductions

condamnable

בר-עונשין (ת), ראוי לגנאי

condamnable

reprehensible

condamnable

verwerflich

condamnable

forkastelig

condamnable

[kɔ̃dɑnabl] adj [action, opinion] → reprehensible