condition

condition

n.f. [ du lat. condicere, fixer par accord ]
1. Situation d'un être vivant, de l'homme dans le monde, dans un contexte donné : La condition humaine destinée, sort
2. Litt. Situation sociale ; rang dans la société : Des gens de toutes conditions de toutes les classes sociales
3. État général physique ou moral : Être en bonne condition physique forme
4. (Au pl.) Circonstance extérieure à laquelle sont soumises les personnes et les choses : Cet appareil n'est garanti que dans des conditions normales d'utilisation dans ce cas la conjoncture, le climat
5. Circonstance dont dépend l'accomplissement d'une action : Le travail est la condition du succès.
6. Base d'un accord ; qualité ou élément exigés pour qu'il y ait acceptation : Cette candidate remplit les conditions requises pour ce poste exigence clause, convention, stipulation
À condition de (+ inf.),
à charge de, sous réserve de : Vous pouvez attraper votre train à condition de vous dépêcher.
À condition que ou à la condition que (+ subj.),
pourvu que, si : Je t'emmènerai au cinéma à condition que tu fasses d'abord ton travail.
Mettre qqn en condition,
le préparer, l'entraîner physiquement ou psychologiquement.

conditions

n.f. pl.
Modalités de paiement ; tarif : En payant comptant, vous obtiendrez des conditions intéressantes prix

CONDITION

(kon-di-sion ; en poésie de quatre syllabes) s. f.
La classe à laquelle appartient une personne dans la société par sa fortune, par sa qualité, par ses emplois, par sa profession. Condition sociale. L'inégalité des conditions.
Je ne me sentais pas de condition qui m'obligeât à faire un métier de la science [DESC., Méth. 1, 13]
Tous gens sont ainsi faits ; Notre condition jamais ne nous contente ; La pire est toujours la présente [LA FONT., Fab. VI, 11]
Le luxe et la vanité n'ont plus de bornes, et chacun se fait de ses propres vices les vertus de sa condition [FLÉCHIER, dans RICHELET]
En vous ôtant un gendre on vous en donne un autre Dont la condition répond mieux à la vôtre [CORN., Poly. V, 2]
Cet orgueil qui nous pousse à nous agrandir au-dessus de nos conditions et de nos forces [FLÉCH., Serm. II, 36]
Hommes qui avaient vécu dans les plus basses conditions [FÉN., Tél. XVIII]
En quelque condition qu'on soit [ID., ib. V]
Un homme simple, obscur et d'une médiocre condition [ID., ib. VII]
Un roi vous semble heureux, et sa condition Est douce au sentiment de votre ambition [ROTR., Vencesl. I, 1]
Tu lui diras qu'à la vérité je n'ai pas dit qui c'était, mais qu'il t'a semblé que je parlais pour un autre, pour quelqu'un de condition égale à la mienne [un bourgeois] [MARIVAUX, le Préjugé vaincu, sc. 2]
Dans le langage de l'histoire, la condition des personnes et des terres. Dans le moyen âge il y a trois conditions, les nobles, les vilains, les serfs ; il y a des terres de condition noble et de condition roturière. En termes de droit, faire la condition meilleure, pire, étendre ou restreindre les droits ou l'objet du droit d'une personne. Le créancier ne peut rendre sa condition meilleure au détriment du débiteur. Dans le langage général.
N'être pas de pire condition, être traité aussi bien que.... Croyez-vous que Dieu soit de pire condition que l'homme ? [PASC., Culte.]
Souvent le consul victorieux n'était pas de meilleure condition que le peuple qu'il avait vaincu [ST-ÉVREM., II, 11]
Le roi ne doit pas être à cet égard de pire condition que ses sujets [VAUBAN, Dîme, p. 78]
En droit, la condition des personnes, l'état civil ou l'ensemble des droits. Condition juridique, la condition de l'étranger, du mineur, de l'enfant naturel.
La manière d'être, en parlant des choses. La condition des choses de ce monde est d'être sujettes au changement.
La condition d'un mariage avantageux est aussi souhaitable suivant le monde qu'elle est vile et préjudiciable selon Dieu [PASC., Extrait d'une lettre à Mme Périer, 1659]
Terme de philosophie. Principe des conditions d'existence, principe que les sciences ont substitué à celui de la finalité et qui consiste à considérer comment les choses sont ou se font et non pourquoi elles sont ou se font. Fondements, bases, éléments. Conditions constitutives, statiques, physiologiques, industrielles. En droit, conditions essentielles, les éléments essentiels des contrats, des obligations : le consentement, la capacité, l'objet, la cause. Ensemble de rapports. Conditions de température, de salubrité, dans un pays donné.
Qualité requise. Conditions de capacité, de moralité. Cet ouvrage n'a pas les conditions demandées, n'est pas dans les conditions voulues. Bonne ou mauvaise condition. Marchandise de bonne condition. Terme d'hippiatrique. Le traitement bon ou mauvais que subit le cheval. En condition, terme qui désigne l'état du cheval qui, ayant été soumis à l'entraînement, est apte à courir. Ce cheval est mis en condition.
Absolument, noblesse. Ceux qui comptent plusieurs degrés, sans illustration extraordinaire, forment l'homme et la femme de condition.
C'est ici que le sang et la condition Ne nous permettent pas une lâche action [ROTR., Antig. III, 5]
Il s'est mis dans la tête de vouloir faire l'homme de condition [MOL., les Préc. 1]
Nous connaissons des personnes de condition qui ont appréhendé des morts domestiques [PASC., Lett. 4]
Le besoin de loger les pensionnaires de condition [BOSSUET, Lett. abb. 274]
La locution complète était condition noble ; l'usage a supprimé noble, en gardant le même sens.
Service de domestique. Être, entrer en condition. Chercher condition. Hors de condition.
Il ne cherchera pas à le mettre en condition jusqu'à votre retour [SÉV., 307]
Faire plusieurs conditions, servir dans plusieurs maisons différentes, et, par extension, changer de condition, de position.
Mme de Brinon est à Maubuisson, où elle s'ennuiera bientôt ; cette personne ne saurait durer en place ; elle a fait plusieurs conditions et changé de plusieurs couvents [ID., 507]
Le sens propre, qui vient de la féodalité, était : personne de condition, personne soumise à une condition, c'est-à-dire affranchie avec la condition de fournir un certain service.
Condition, situation, état. La condition matérielle du peuple, des laboureurs. Sa condition a empiré. Les empereurs romains améliorèrent la condition des esclaves. Améliorer la condition morale, intellectuelle et physique du plus grand nombre. Position avantageuse ou désavantageuse dans une affaire. Votre condition est bien meilleure que la mienne.
Clause, charge, obligation qu'on impose ou qu'on accepte. Condition expresse, tacite, onéreuse.
Combats pour m'affranchir d'une condition Qui me livre à l'objet de mon aversion [CORN., Cid, V, 1]
La mort de Jésus-Christ ne suffit point sans le baptême ; il le faut d'eau, d'esprit ou de sang ; c'est à cette condition qu'il a mis l'utilité que nous en devons recevoir [SÉV., 441]
Il ne veut pas imposer les conditions de la paix avec hauteur [FÉN., Tél. X]
Nous réglâmes ensemble plusieurs conditions [ID., ib. X]
Quelles conditions elle veut imposer [RAC., Baj. I, 4]
Et faisons qu'à ses fils il ne puisse dicter Que les conditions qu'ils voudront accepter [ID., Mithr. I, 5]
Ses prêtres.... à deux conditions se peuvent racheter [ID., Athal. V, 2]
Absolument.
Je vous la veux montrer, mais à condition [LA FONT., Cand.]
Faire ses conditions, stipuler d'abord et formellement ses avantages. Vendre une chose sous condition, la garantir ; l'acheter sous condition, l'acheter avec faculté de la rendre si elle n'est pas ce qu'elle doit être.
Je vous assure de son service sous condition [SÉV., 84]
Vendre à condition, c'est vendre à la charge de reprendre la chose si elle ne satisfait pas l'acheteur. Baptiser sous condition, administrer le baptême à un enfant, dans le doute qu'il l'ait déjà reçu, ou qu'il soit vivant, ou que sa conformation soit monstrueuse et n'en fasse pas un homme ; et figurément et familièrement, il a été baptisé sous condition, se dit par plaisanterie d'un homme très laid ou très sot. Condition sine qua non (mots latins qui signifient : sans laquelle non), condition formelle et indispensable. En droit, conditions d'un legs, conditions d'un contrat, les clauses qui le déterminent. La donation est révoquée pour cause d'inexécution des conditions. Condition de droit, clause que la loi supplée dans un engagement. Plus spécialement, événement futur et incertain qui modifie une obligation et auquel l'existence de cette obligation est soumise. Obligation à terme ou sous condition. Condition nulle, illicite. Faire une donation sous la condition que le donateur survivra au donataire. Condition positive, celle qui consiste dans un événement qui arrivera ; négative, dans un événement qui n'arrivera pas ; suspensive, qui suspend l'existence de l'obligation ; résolutoire, qui éteint l'obligation en rétablissant les choses dans leur état primitif. À condition que, locut. conjonct. qui régit l'indicatif, ou le subjonctif, ou le conditionnel, et signifie pourvu que. Je vous donne cet argent à condition que vous partirez demain, ou que vous partiez demain. Il vous a donné cet argent à condition que vous partiriez ou que vous partissiez.
À condition qu'ils régneraient suivant ces maximes [FÉN., Tél. V]
On dit aussi à condition de, avec l'infinitif. J'ai reçu de l'argent, à condition de partir demain.
Terme de commerce. Lieu destiné à la dessiccation des soies. Établissement pour connaître le poids des soies.

SYNONYME

  • 1° CONDITION, ÉTAT. La condition a surtout rapport au rang qu'on tient dans les différents ordres qui forment l'économie de la république. L'état a plutôt rapport au genre de vie, à l'occupation dont on fait profession, GIRARD.
  • 2° DE CONDITION, DE QUALITÉ., De condition est plus compréhensif que de qualité ; tout homme qui appartient à la noblesse est de condition ; au contraire de qualité ne se dit que des personnes dont les aïeux ont eu quelque illustration, ou qui avaient un titre de duc, marquis, comte, etc.
    Une personne de qualité ravit mon âme [MOL., Escarbagn. sc. 16]
    On ne traite point de la sorte les femmes de qualité [ID., ib. sc. 21]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Se il avenoit que aucuns clers ou lais, de quel condition que il fust [, Ordonn. somptuaire de Phil. le Hardi]
    Par condicion que le seignor le done [le fief] à son dreit heir [, Ass. de J. I, 222]
    Par ces deus cas dessus dis poés voz entendre de toz autres cas qui poent avenir de convenences qui sunt fetes par condicions [BEAUMANOIR, XXXIV, 4]
    S'aucuns convenence soz condition ou autre marcié [ID., XXXIV, 58]
    On peut bien, selonc nostre coustume, fere lais [legs] par condition [ID., XII, 54]
  • XIVe s.
    Personnes de condition [personnes assujeties à un service] [DU CANGE, conditionati.]
    Vous faites tout aussi vos condicions, Comme celui qui dit : au plus fort nous tenons [, Guesclin. 21456]
    Et se tu veus dire que tu ne les mie subgès de fortune, Et que ta grant attraction [descendance] Afranchist ta condition... [MACHAULT, p. 96]
  • XVe s.
    Par telle condition que le jeune enfant prendroit à femme l'une des jeunes filles du roi d'Angleterre [FROISS., I, I, 171]
    La reine, qui estoit vieille et de diverses conditions, n'estoit pas bien contente de lui, pour ce qu'il estoit amoureux d'aucunes autres jeunes dames du pays plus qu'il n'estoit d'elle [MONSTREL., liv. I, ch. 171]
    Son gentil maintien et son arc doré donnoient enseignes de ses inclinations et conditions amoureuses [, Bouciq. I, ch. 2]
    Quant ung prince ensuyt vertu et bonnes conditions et fuyt les vices [COMM., Prol.]
    La plus part des gens taschent à leur complaire [aux princes] et à leurs complexions et conditions [ID., ib.]
    Et disoient sa condition [de Louis XI] estre telle que s'il n'avoit debat par le dehors contre les grans, qu'il falloit qu'il l'eust avec ses serviteurs et officiers et que son esprit ne pouvoit estre en repos [ID., III, 1]
    Qui eust peu prendre partie des conditions du roy nostre maistre et partie des siennes [du duc de Bourgogne], on en eust bien fait ung prince parfaict [ID., III, 3]
    Par condition qu'ils voulussent attendre à conclurre la ligue de quinze jours [ID., VII, 15]
  • XVIe s.
    On y retrouvera aucuns traicts de mes conditions et humeurs [MONT., Au lecteur, p. X]
    C'est la condition de vostre creation [ID., I, 85]
    Gents de basse condition [ID., I, 90]
    Cet homme estoit simple et grossier, qui est une condition propre à rendre veritable le tesmoignage [ID., I, 233]
    Il leur vendit la retraicte à ses terres, en condition que.... [ID., I, 298]
    Ilz leur ottroyerent la paix soubs equitables et raisonnables conditions [AMYOT, Marcel. 9]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. condicio ; espagn. condicion ; ital. condizione ; du latin conditionem, de condere, fixer, établir, de cum, et dere pour dare, donner (voy. DATIF).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • CONDITION. Ajoutez :
  • Terme de turf. Un cheval est en condition lorsque, au moment de l'épreuve, il réunit toutes les qualités de forme et de vigueur qu'on est en droit d'exiger de lui.

condition

CONDITION. n. f. Nature, état ou qualité d'une chose ou d'une personne. La condition des choses humaines est d'être périssables. La condition humaine. Les misères de notre condition.

Il se dit quelquefois des Qualités d'un objet par rapport à sa destination. Cet ouvrage n'a pas les conditions requises, exigées, demandées. Un livre, un exemplaire dans de bonnes conditions, Un livre, un exemplaire dans un bon état de conservation.

La condition des soies, des laines, des cotons, L'essai et l'examen de ces textiles aux divers points de vue de l'humidité, du poids, de la solidité, etc. Par extension, il se dit de l'Établissement où se fait cet essai. Des conditions publiques existent à Lyon, à Paris et dans toutes les villes de France où l'on fait le commerce de la soie.

Il signifie aussi État d'une personne considérée par rapport à sa naissance. Être de grande condition, de condition élevée, de médiocre condition, de basse condition, de condition servile. L'inégalité des conditions. La mort égale toutes les conditions.

Il désigne encore la Profession, l'état dont on est, la fortune qu'on possède. Chacun doit vivre selon sa condition. Toutes les conditions ont leurs désagrements.

Il se prend aussi pour Domesticité, et, en ce sens, on le dit souvent absolument. Il est en condition. Entrer en condition.

Il signifie aussi État de la situation où l'on se trouve. Je ne suis pas en bonne condition pour vous rendre service. Il était dans une triste condition. Améliorer sa condition.

Il signifie en outre Parti avantageux ou désavantageux que l'on fait à quelqu'un dans une affaire. Être en bonne, en mauvaise condition.

Il se dit encore des Clauses, charges, obligations, moyennant lesquelles on fait quelque chose. Condition avantageuse. Condition onéreuse. Condition nécessaire. Condition tacite. Condition expresse. Accepter, obtenir des conditions. Les conditions d'un marché, d'un engagement. Cahier des charges, clauses et conditions auxquelles aura lieu la vente. Il voulait les obliger à se rendre sans condition. Vous lui imposez une condition bien dure. Satisfaire aux conditions imposées. Je ferai ce que vous demandez, mais à une condition. Je vous ai accordé cela à telle condition. Faire ses conditions avant d'accorder une chose.

Vendre une chose sous condition, à condition, la donner sous condition, La garantir, s'engager à la reprendre si elle n'est pas de la qualité qu'il faut. Acheter à condition.

Baptiser sous condition, se dit de la Manière d'administrer le baptême à un enfant, lorsqu'on doute s'il a été baptisé, s'il est vivant, ou lorsque sa conformation est tellement monstrueuse qu'on ne sait pas s'il est homme.

D'une façon générale, en Philosophie et dans le langage commun, il signifie Ce sans quoi un être ou un objet ne pourrait exister. La santé est une condition du bonheur. Voilà les conditions auxquelles un État peut subsister. Les conditions du succès sont les suivantes. Certaines conditions sont nécessaires pour assurer la liberté civile et politique. Une condition peut être nécessaire sans être suffisante, pour que tel ou tel phénomène se produise.

Dans la même acception on dit, en termes de Mathématiques, que Telles conditions sont nécessaires pour que telle ligne ou telle surface soit déterminée, ou pour que telle relation ait lieu.

Condition sine quâ non, Formule latine qui s'emploie en parlant d'une Condition sans laquelle rien ne se fera ou ne sera considéré comme ayant été fait. C'est la condition sine quâ non.

À CONDITION DE, loc. prép. À CONDITION QUE, loc. conj. Pourvu que. Il a reçu cette somme, à condition de partir demain. Je ferai ce voyage, à condition que vous viendrez avec moi.

condition

Condition, Conditio.

Basse condition, Ignobilitas.

Un homme de basse condition ou estat, Vnus de multis, Infimus homo, Homo vltimae professionis.

Quand on est issu de parens de basse condition, Obscuritas.

Qui n'est point de servile condition, Liber.

De mesme qualité, nature, ou condition, Eodem loco. B.

Condition qui n'est point plus avantageuse à l'un qu'à l'autre, AEqua conditio.

Sous, ou par telle condition, Sub conditione, His legibus, Pactis legibus, Istac lege.

Contre sa condition, Aduersus ingenium suum. B. ex Terent.

Retourner à sa condition, Ad ingenium redire. B. ex Terent.

Celuy soit de meilleure condition et plus avantagé, qui est le premier à donner, Potior sit, qui prior ad dandum est.

Estre de pire condition, Deteriore conditione esse.

Li les conditions, Leges perlege.

Une clause et condition apposée en un contract de vendition de choses immeubles, Lex mancipij.

Mettre en avant, et jetter entre deux quelques conditions de paix, seulement pour amuser ses ennemis jusques à ce qu'on soit preparé, Postulatum interponere.

Assigner et bailler une condition fort inique par dessus les autres, Legem iniuriae alicui praecipuam definire.

S'accorder à quelque condition qu'on voudra, Cuilibet conditioni obtemperare.

La condition se continuë, Manet conditio.

Conditions d'un homme bonnes ou mauvaises, Mores.

Changer de conditions, Mutare, Immutare mores, Decedere de suo more.

condition


CONDITION, s. f. [Kondi-cion, en vers ci-on.] 1°. La natûre, l'état, la qualité d'une chôse ou d'une persone. "La condition des chôses d'ici-bas est sujète à beaucoup de misères. "Cette marchandise n' est pas de la condition, ou n'a pas les conditions requises. — La condition des Princes est souvent plus triste que celle des particuliers. = 2°. Etat d'un homme considéré par raport à sa naissance. Suivant l'Ab. Girard, le 1er (condition) a plus de raport au rang qu'on tient dans les diférens Ordres, qui forment l'économie de la République; le second (état) en a davantage à l'ocupation ou au genre de vie dont on fait profession. "Les richesses nous font aisément oublier le degré de notre condition, et nous détournent quelquefois des devoirs de notre état. — Être de grande, de médiocre, d'honête, de basse condition. "Cela est au-dessus de sa condition: il est de condition à pouvoir aspirer à cette charge. — On dit absolument, homme de condition, pour dire, de naissance. = 3°. Domesticité, place de domestique. Bonne ou mauvaise condition. "Il est en condition. "Il cherche condition (sans article): il a changé de condition: il est hors de condition: "Le Barbier me trouva une condition, et me fit laquais d'un Chevalier de Malthe. Volt. = 4°. Clauses, charges, obligations, moyènant lesquelles on fait quelque chôse. Condition douce, avantageûse, ou onéreûse, facheûse. "Aposer une condition, des conditions à un contrat. — * Bossuet dit, à même condition, pour aux mèmes conditions: "S'ils étoient sujets comme les aûtres et à même condition. — On ne le dirait pas aujourd'hui. = 5°. Parti avantageux ou désavantageux qu'on fait à quelqu'un. "Dans cette afaire, votre condition est meilleûre que la miène. "Je vous ferai une condition si bone que vous ne refuserez pas le marché.
   Rem. 1°. * Condition, s'est dit aûtrefois pour qualité de l'âme. "Il (Voiture) étoit parfaitement bon ami, et c'est cette condition de son coeur, autant que celles de son esprit, qui lui en a acquis un si grand nombre. Préface.
   2°. condition dit moins que qualité, et homme de qualité, est en notre Langue quelque chôse de plus que, homme de condition. = 3°. Je ne suis pas de pire condition que vous: j'ai droit à prétendre les mêmes avantages, est une expression du st. fam.
   À~ condition que, conjonction, régit ordinairement le subjonct. et quelquefois le futur ou le conditionel présent. "Je le lui acorde, à condition qu'il n'en abûse pas, ou qu'il n'en abusera pas. Je lui avois pardonné, à condition qu'il n'en abusât, ou n'en abuseroit pas. Voy. À~ charge que, au mot CHARGE. — À~ condition que suit les mêmes règles. = Sous condition que, a les mêmes régimes. = Mais dit-on, à condition de avec l'infinitif? J'en doute fort. * Le bel esprit est un luxe: il est libre à chacun de l'aficher, mais à condition de voir l'afiche tournée en ridicule, si elle est téméraire. Nécr. des homm. Illust. Art. Roi.

Synonymes et Contraires

condition

nom féminin condition
1.  Situation sociale.
Traductions

condition

Bedingung, Klausel, Vorbehalt, Anforderung, Zustandcondition, stipulation, proviso, requirement, terms, provision, term, statusconditie, voorwaarde, bepaling, toestand, stand, afkomst, eis, gesteldheid, rang, mits, omstandigheden, vereisteהתניה (נ), תנאי (ז), תְּנַאי, הַתְנָיָהbeding, bedinging, bepalingcondicióbetingelse, kravkondiĉocondición, estado, requisitoehto, kunto, vaatimuscondizione, requisito, stato, requisitiwarunek, wymógcondição, cláusula, requisitokondition, krav, villkorπροϋπόθεση, απαίτηση, κατάστασηحال, مَطْلَبpožadavek, stavstanje, zahtjev状態, 要求조건, 필요 조건krav, tilstandтребование, условиеความต้องการ, สภาวะgereksinim, koşulđiều kiện, yêu cầu条件, 需求състояние條件 (kɔ̃disjɔ̃)
nom féminin
1. ce qui est nécessaire, indispensable à qqch Quelles sont les conditions ?
si Il réussira à condition de travailler. J'accepte à condition que tu sois là.
2. circonstances, situation les conditions atmosphériques
3. état dans lequel se trouve qqn être en bonne condition physique
4. rang social une personne de condition modeste

condition

[kɔ̃disjɔ̃]
nf
(exigence ou stipulation)condition
à une condition → on one condition
Je le ferai à une condition → I'll do it, on one condition ...
sous condition que → on condition that
à condition de → provided that
à condition que → provided that
Je viendrai à condition qu'il me le demande → I'll come provided he asks me to.
sans condition [reddition] → unconditional; [accepter, se rendre] → unconditionally
(= état) → condition
en bonne condition → in good condition
condition physique → condition, physical condition
mettre en condition (SPORT) → to get fit (PSYCHOLOGIE, PSYCHIATRIE) → to condition, to condition mentally conditions
nfpl
(= tarif, prix) → terms
des conditions incitatives → attractive terms
(= circonstances) → conditions
dans ces conditions, je n'insisterai pas → in that case, I won't insist
conditions de vie → living conditions
les conditions de travail → working conditions