connaisseur, euse

CONNAISSEUR, EUSE

(ko-nê-seur, seû-z') s. m. et f.
Celui, celle qui se connaît à quelque chose.
Une dispute élevée entre nous Sur ce problème, attendait la sentence D'un connaisseur, d'un juge tel que vous [MALFIL., Narcisse, ch. III]
Je voudrais que vous eussiez entendu tout ce qu'il nous a dit de la beauté de sa compagnie, ces hommes faits exprès et choisis par vous qui êtes la bonne connaisseuse, ces chevaux jetés dans le même moule [SÉV., 502]
Votre femme fait la connaisseuse [ID., 349]
Il y en a tel dont il ne faut que la seule fréquentation pour vous donner bruit de connaisseuse [MOL., Préc. 10]
Il est vrai qu'elle [la pièce] n'est pas approuvée par les connaisseurs [MOL., Critique, 7]
La plupart des connaisseurs demeurent d'accord de cela [RAC., Brit. Préface]
Et sur le mérite et les mœurs On pourrait défier les plus fins connaisseurs De vous souhaiter quelque chose [DESHOULIÈRES, dans RICHELET]
Adj. Il porta un œil connaisseur sur ces tableaux.
Terme qui s'est introduit dans les beaux-arts, pour signifier celui qui juge de leurs productions avec une connaissance parfaite.
C'est alors un connaisseur équitable qui se promène dans une galerie de peinture [DIDER., Essai sur la vertu.]
En ce sens, P. L. Courier a dit connaisseur en parlant d'une femme :
Mme Pepe veut passer pour connaisseur en peinture et en musique [P. L. COUR., Lett. I, 29]
Mais cela ne vaut rien, et il faut dire connaisseuse.
Terme de chasse. Se dit d'un veneur qui juge bien le cerf au bois et qui le reconnaît par le pied.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Cil baillis qui loa cele election fut quenesseor ou elliseor [, Liv. de just. 42]
  • XVe s.
    Ce duc Charles estoit de long souvenir et de longue retenance, connaisseur d'amis et d'ennemis pour rendre en temps [G. CHASTELAIN, dans le Dict. de DOCHEZ.]
  • XVIe s.
    Et pour tromper l'ennui des civiles fureurs, [Charles IX] Aima chiens et chevaux, cognoisseurs et coureurs [, Rons. 656]

ÉTYMOLOGIE

  • Connaître ; provenç. conoissere, conoissedor ; espagn. conocedor ; ital. conoscitore. Le provençal conoissere est le nominatif, conoissedor, le régime ; le vieux français a eu de même conoissere et conoisseor, bien que nos exemples ne nous donnent pas ces deux cas.