consacré, ée

Recherches associées à consacré, ée: consécration

CONSACRÉ, ÉE

(kon-sa-kré, krée) part. passé.
Qui a reçu une consécration. Un temple consacré à Jupiter.
Tremblant, saisi d'effroi, j'ai plongé dans son flanc Ce glaive consacré qui dut verser son sang [VOLT., Fanat. IV, 4]
Cessez de mutiler tous ces grands monuments, Ces prodiges des arts consacrés par le temps [ID., Orphel. II, 5]
Croyez-vous m'abuser ? Couverts de noms sublimes, Ces crimes consacrés en sont-ils moins des crimes ? [C. DELAV., Vêpr. sicil. V, 5]
Hostie consacrée, celle sur laquelle le prêtre a prononcé les paroles sacramentelles, selon le rite convenable. La terre consacrée, le cimetière chez les catholiques.
Destiné à, réservé pour. Un temps consacré à la lecture.
Elle tombe à genoux vers ces lieux retirés, à la nuit, au silence, à la mort consacrés [VOLT., Sémir. I, 2]
Thèbes depuis longtemps aux horreurs consacrée [ID., Œdipe, I, 1]
Les fonds consacrés à cette dépense.
Sanctionné. Une expression consacrée par l'usage.