conscience

conscience

[ kɔ̃sjɑ̃s] n.f. [ lat. conscientia, connaissance ]
1. Perception, connaissance plus ou moins claire que chacun peut avoir du monde extérieur et de soi-même : C'est quelqu'un de sérieux, qui a conscience de ses responsabilités sens, sentiment j'en suis conscient, je m'en rends compte
2. Sentiment intérieur qui pousse à porter un jugement de valeur sur ses propres actes ; sens du bien et du mal : Elle a fait son devoir et peut rentrer chez elle la conscience en paix esprit se confesser, avouer
Avoir bonne, mauvaise conscience,
n'avoir rien, avoir qqch à se reprocher : Il a mauvaise conscience d'être parti sans tenter une réconciliation.
Avoir la conscience large ou élastique,
être peu scrupuleux.
Cas de conscience
Conscience professionnelle,
soin avec lequel on exerce son métier.
En conscience,
honnêtement, franchement.
En son âme et conscience,
selon son intime conviction : Les jurés jugent en leur âme et conscience.
Examen de conscience,
recherche sincère et honnête de ses fautes, de ses torts.
Liberté de conscience,
liberté du culte.

CONSCIENCE

(kon-si-an-s') s. f.
Sentiment de soi-même ou mode de la sensibilité générale qui nous permet de juger de notre existence : c'est ce que les métaphysiciens nomment la conscience du moi.
Sitôt que nous avons la conscience de nos sensations [J. J. ROUSS., Ém. I]
C'est alors qu'il prend la conscience de lui-même [ID., ib. 2]
La conscience est le sentiment intime, immédiat, constant de l'activité du moi dans chacun des phénomènes de sa vie morale [, Dict. des sci. phil. Conscience]
On pourrait définir la conscience le sentiment du moi dans tous les phénomènes de la vie morale [, ib.]
Double conscience, phénomène qui s'observe chez les somnambules, et qui consiste en ce qu'ils ont deux existences dont chacune ignore l'autre : dans la veille, ils ne se souviennent pas de ce qu'ils ont fait pendant leur sommeil somnambulique, et, pendant le somnambulisme, ils ne se souviennent pas de ce qu'ils ont fait pendant la veille, quoiqu'ils rattachent très bien ensemble tous les actes qui se passent respectivement dans chacun de ces deux états.
Témoignage ou jugement secret de l'âme, qui donne l'approbation aux actions bonnes et qui fait reproche des mauvaises ; ou, autrement, mode d'émotion de l'ensemble des instincts bienveillants et désintéressés, ensemble qui porte aussi le nom de sens moral. La voix de la conscience.
Ne nous flattons donc point, voyons sans indulgence L'état de notre conscience [LA FONT., Fabl. VII, 1]
Il parle contre sa conscience [FÉN., Tél. III]
Paul, patriarche de Constantinople, déclara sur la fin de sa vie qu'il avait combattu les images [qu'il avait été iconoclaste] contre sa conscience [BOSSUET, Hist. I, 11]
À ce dernier moment la conscience presse [CORN., Nicom. IV, 2]
Elle lui pardonna son crime, le livrant pour tout supplice à sa conscience [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Selon divers besoins il est une science D'étendre les liens de notre conscience, Et de rectifier le mal de l'action Avec la pureté de notre intention [MOL., Tart. IV, 6]
M. Bucquet réunissait toutes ces qualités ; il y joignait ce courage qui sait préférer le sentiment de la conscience à l'opinion de ceux même qu'on estime [CONDORCET, Bucquet.]
Aucun des ministres déplacés ne fut exilé ; l'ambitieux est assez puni par la perte de son pouvoir ; l'homme vertueux jouit en paix, dans une retraite libre, de sa renommée et du témoignage de sa conscience [CONDORCET, Maurepas.]
S'il est contraire à la morale d'agir contre sa conscience, il ne l'est pas moins de se faire une conscience d'après des principes faux et arbitraires ; l'obligation de faire sa conscience est antérieure à l'obligation de suivre sa conscience [MIRABEAU, Collection, t. V, p. 302]
Vous [les quakers] n'avez pas pris Dieu à témoin, mais vous avez attesté votre conscience, et une conscience pure n'est-elle pas aussi un ciel sans nuage ? [ID., ib. t. V, p. 364]
Ordonnez, rien ne coûte à son obéissance, Et du soin de vous plaire il fait sa conscience [M. J. CHÉNIER, Tibère, I, 4]
Pénétrer dans la conscience, savoir ce qui est dans le cœur d'autrui.
Les juges, qui ne pénètrent pas dans les consciences, ne jugent que par le dehors de l'action, au lieu que nous regardons principalement à l'intention [PASC., Prov. VII]
Opprimer les consciences, empêcher par la force et l'intimidation la manifestation des sentiments religieux ou moraux.
Les consciences hardies opprimèrent les consciences faibles, et l'époque de ce grand phénomène fut celle d'une grande servitude [RAYNAL, Hist. phil. IX, 29]
La conscience publique, l'ensemble des opinions morales d'une société, d'un peuple, d'une époque, qui font approuver ou blâmer.
Quelles que soient ces lois, il faut toujours les suivre et les regarder comme la conscience publique, à laquelle celle des particuliers doit se conformer toujours [MONTESQ., Lett. pers. 129]
Sur mon honneur et sur ma conscience, serment que prononce le chef du jury avant de lire le verdict. Sur ma conscience, en ma conscience, en conscience, sorte de serment familier. Avoir une chose sur la conscience, se la reprocher.
Vous ne pouviez les porter longtemps sur la conscience [MASS., Avent, Délai de la conv.]
Familièrement. Avoir sur la conscience, répondre de.
M. de la Garde aura sur la conscience tous ces mariages [SÉV., 314]
Vous voulez donc que je mette sur ma conscience le paquet de cette femme ? [ID., 62]
Je mets sur votre conscience tout le bien que vous dites de moi [ID., 233]
J'en ai la conscience nette, je n'ai point cela à me reprocher. Avoir les mains pures et la conscience nette, être irréprochable. Dire tout ce qu'on a sur la conscience, donner un libre cours à des plaintes qu'on croit fondées et qu'on retenait. Décharger sa conscience, soulager sa conscience, dire une pensée intime que l'on croit devoir dire. Avoir de la conscience, être homme de conscience, être incapable de forfaire à l'honneur, à la probité.
Je serais assez lâche pour vous déshonorer ? Non, non, j'ai trop de conscience pour cela [MOL., Fest. de P. II, 3]
Quand ils sont gens de conscience [PASC., Prov. 6]
Nous avons considéré, à l'égard des valets, la peine qu'ils ont, quand ils sont gens de conscience, à servir des maîtres débauchés [PASC., ib.]
N'avoir point de conscience, être sans conscience, ne se faire scrupule de rien. Avoir la conscience large, avoir peu de scrupules.
L'un et l'autre avaient la conscience assez large [SCARR., Rom. com. ch. 13]
Mariage de conscience, mariage que l'on fait pour satisfaire à sa conscience, pour régulariser une union irrégulière.
Oh ! puisque c'est un mariage de conscience, je n'ai plus rien à vous dire [DANCOURT, Chevalier à la mode, I, 3]
Faire conscience de, avoir conscience de, avoir scrupule de, ne pas vouloir.
Et de m'ôter mon bien que l'on ait conscience [RÉGNIER, Sat. III]
Je fais conscience de la regretter [VOIT., Lett. 71]
Qui n'a pas honte de manquer de parole aux hommes, ne fait pas conscience de tromper les dieux [VAUG., Q. C. 424]
Alix fit conscience De n'avoir pas mieux gagné son argent [LA FONT., Quipr.]
On a dit aussi, avec la négation, ne pas faire de conscience.
N'en faites point de conscience [LA FONT., Cord.]
Dans le même sens, se faire une conscience.
Vous vous feriez une conscience de faire payer ce que vous ne pouvez leur apprendre [à vos disciples] [FÉN., Socrate.]
Se faire une affaire de conscience, regarder comme un devoir.
Ils se font une affaire de conscience de souffrir toutes sortes de religions [MONTESQ., Esp. XXV, 15]
C'est conscience de, il y a conscience à faire telle chose, c'est-à-dire on la ferait si la conscience ne s'y opposait, on serait coupable de la faire.
Ton cœur.... tiendrait ses lâchetés à quelque conscience [RÉGNIER, Épît. III]
Mais au moins, monsieur, ne m'allez pas tromper ; il y aurait de la conscience à vous, et vous voyez que j'y vais de bonne foi [MOL., Fest. de P. II, 2]
C'est une conscience Que de vous laisser faire une telle alliance [ID., Tart. II, 2]
C'est conscience à ceux [de tromper ceux] qui s'assurent en nous, Mais c'est pain bénit, certe, à des gens comme vous [ID., Éc. des mar. I, 4]
Il y avait de la conscience à laisser tromper le pauvre Savoyard [HAMILT., Gramm. 3]
Il fait trop cher mourir, ce serait conscience ; Jamais de mon vivant je n'aimai la dépense [REGNARD, Légat. IV, 5]
En sûreté de conscience, à l'abri des reproches que peut faire la conscience.
Les services qu'ils peuvent rendre en sûreté de conscience [PASC., Prov. 6]
En conscience, selon les lois de la probité, les règles de la conscience.
Dites-moi en votre conscience [RÉGNIER, Sat. VIII]
Relever ses cheveux, dire : en ma conscience [ID., ib.]
En conscience, quels desseins peut avoir un homme entre le sentiment du mal et l'appréhension de la mort ? [BALZ., liv. II, lett. 3]
Agissez en conscience dans le rapport que vous faites [BOSSUET, Lett. abb. 87]
On ne peut pas se déclarer en conscience [ID., ib. 31]
On ne peut pas en bonne conscience enseigner diversement [ID., Var. IV]
Il dit que le pauvre peut voler le riche en conscience [PASC., Prov. 12]
Vous êtes obligés, en conscience, de dire.... [ID., Prov. 2]
Je ne crois pas que je doive croire en conscience ce que vous m'en dites [SÉV., 512]
En bonne conscience signifie aussi avec franchise. Par acquit de conscience, proprement pour le seul effet d'acquitter la conscience, et, par suite, négligemment, sans intérêt. Il a fait cela par acquit de conscience.
Terme de religion. Le sentiment des fautes commises. Faire son examen de conscience. Directeur de conscience.
On ne les envoie à la mort qu'après leur avoir donné le moyen de pourvoir à leur conscience [PASC., Prov. 14]
On se fait aisément de fausses consciences ; on étouffe tous les remords du péché [BOURD., Pensées, t. I, p. 16]
Ils [les jésuites] ont assez bonne opinion d'eux-mêmes pour croire qu'il est utile et comme nécessaire au bien de la religion, que leur crédit s'étende partout et qu'ils gouvernent toutes les consciences [PASC., Prov. 5]
On est obligé de reprocher à ces peuples d'avoir été trop soumis, puisqu'ils ont mis sous le joug leur foi même et leur conscience [BOSSUET, Reine d'Anglet.]
Retirée à la campagne, séquestrée du monde, elle s'occupa trois ans entiers à régler sa conscience et ses affaires [ID., Anne de Gonz.]
Cas de conscience, difficulté sur ce que la religion permet ou défend en certaines circonstances.
Vous avez très bien résolu le cas de conscience [BOSSUET, Lett. abb. 22]
Quand vous avez entrepris de décider les cas de conscience d'une manière favorable et accommodante [PASC., Prov. 13]
Se faire un cas de conscience de quelque chose, s'en faire scrupule. Liberté de conscience, liberté de ne pas professer la religion dominante dans un pays et de suivre en secret celle à laquelle on appartient ; elle diffère de la liberté des cultes qui permet d'exercer le culte auquel on est attaché. Conseil de conscience, conseil qui était autrefois établi pour régler les affaires ecclésiastiques.
La région du cœur considéré comme le siége de la conscience ; ne s'emploie, en ce sens, que dans les locutions suivantes : Mettre la main sur la conscience, s'examiner de bonne foi.
Mais, monsieur, mettez la main à la conscience, est-ce que vous êtes malade ? [MOL., Mal. im. I, 5]
Que chacun mette la main à la conscience [BOSSUET, Préf. rel.]
Mets la main sur ta conscience [ID., Nécess. 1]
Mettons la main sur nos consciences [ID., Soumiss. 2]
Mettez la main à la conscience, n'ai-je pas plus de droits que lui [le duc de Chevreuse] ? [SAINT-SIMON, 299, 119]
Elliptiquement. La main sur la conscience, en toute sincérité. Dites-nous, la main sur la conscience, si vous avez quelque chose à vous reprocher. Familièrement. Se mettre quelque chose sur la conscience, mettre quelque chose dans son estomac, l'avaler. Mettez ce verre de vin sur votre conscience. Partie ronde que le serrurier applique contre sa poitrine, quand il fait tourner un outil muni d'une mèche.
En un sens restreint, soin minutieux. J'ai fait ce travail en conscience. J'y mets de la conscience.
Terme d'imprimerie. Travail à la journée, sans autre mesure que la conscience de l'ouvrier. Mettre un compositeur en conscience. Les compositeurs qui travaillent en conscience. C'est ordinairement la conscience qui corrige les tierces. Le lieu où ils travaillent.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Sa cunscience le remorst [, Rois, 216]
  • XIIIe s.
    Tu as feite moult bele fin, se ta concience est tex come la semblance [, Merlin, f° 70]
    La coscience le roi de France fut apaisie [, Chron. de Rains, p. 234]
    Cui conscience ne reprent [, ib. p. 235]
    Et dit au conte [l'évêque] : ne troublez pas vostre conscience quant le patriarche ne vous absout [JOINV., 271]
  • XIVe s.
    Que dieux lui doint voloir, conscience et advis De moi ce pardonner qu'envers lui ai mespris [, Guesclin. 797]
    Car telle conscience avoit ou [au] chevalier, Jà n'essauchast le tort, ains le volt abaissier [, Baud. de Seb. VIII, 162]
    Et que tu t'armes volentiers ; Car c'est tes souverains mestiers ; N'autre honneur, n'autre science Qu'armes, dames et conscience [MACHAULT, p. 117]
    Que tout cil qui ne puent [peuvent] estre en religion corporelment soient en religion spirituelment ; hé biaus sire Dieu ! où sera ceste religion fondée, ceste abeie plantée ? Je di qu'ele sera fondée et plantée en une place qu'on appelle conscience [, Li enseignemens de l'ame, dans Hist. litt. de la Fr. t. XXIV, p. 375]
  • XVe s.
    Sire, vous ne pouvez, à conscience, bonnement faire ce voyage, si l'Eglise n'est à un [FROISS., III, IV, 17]
    Il ne peut estre que en un tel ost que le roi d'Angleterre menoit, qu'il n'y ait des vilains garçons et des malfaiteurs assez et gens de petite conscience [ID., I, I, 272]
    Il [l'archevêque de Cantorbie] le [Jean Balle] faisoit grand conscience de le faire mourir [ID., II, II, 106]
    À leur despartement ils trouverent quatre nefs anglesches chargées de pourveances et de chevaux, qui s'estoient tenues au dessus de la bataille : si eurent bien conscience, quel temps ni quel tempeste qu'il fist, de prendre ces quatre vaisseaux et de les attacher aux leurs et emmener après eux [ID., I, I, 196]
    ....Fouls est et fole Qui conchie [salit] sa conscience ; Tien toudis vraie ta parole [E. DESCHAMPS, Il faut toujours tenir.]
    Doulce amye, plaise vous de entendre à moy ; dire vous veulx ma conscience [vous dire ce que je pense] [, Perceforest, t. V, f° 54]
    Il luy suffist qu'elle ait Dieu, conscience et verité pour soy, et qu'elle prouffite au bien commun [GERSON, Harangue au roi Charles VI, p. 19]
    Il mourut assez soudainement [Mahomet II] ; touteffois il fist testament, lequel j'ay veu, et fist conscience d'ung impost que nouvellement il avoit mis sur ses subjectz [COM., VI, 13]
    Il faut de ce bon vin laver sa conscience [BASSELIN, LII]
  • XVIe s.
    Aucuns en mangent avec ceste conscience [croyance, scrupule] comme si elles estoient dediées aux idoles, et leur conscience infirme est violée [CALV., Instit. 962]
    Puis quand il eut prins sur sa conscience Broc de vin blanc, du meilleur qu'on eslise [MAROT, III, 64]
    Mais dictesmoy en conscience, N'apprend-on sagesse ou science Qu'en livres françois seulement ? [ID., IV, 155]
    D'un default naturel on en faict un default de conscience [MONT., I, 34]
    Ma conscience ne falsifie pas un iota [ID., I, 103]
    Plutarque faisoit conscience de vendre un bœuf qui l'avoit longtemps servy [ID., II, 135]
    Il me confessera, s'il parle en conscience, que.... [ID., II, 227]
    Veu le grand nombre de personnes qui ont eu la conscience plus large que la manche d'un cordelier [LANOUE, 97]
    En telle guerre on n'auroit la conscience agitée d'aucun remord [ID., 455]
    On void quelques huguenots qui font conscience de rire [ID., 497]
    La vraye vertu se contente à par soy de la conscience d'avoir bien fait [AMYOT, Préf. VI, 31]
    Par maniere de descharge et acquit de conscience [ID., Numa, 18]
    Tout estoit plein de ceux qui de peur faisoient conscience [D'AUB., Hist. I, 143]
    Je n'avois pas bien dormy la nuit, et sans mentir j'eusse voulu ma conscience couchée à part [ID., Conf. II, 9]
    Sachans qu'ilz ne pourroyent innover les choses sans l'œuvre des grands, ils les voulurent gaigner, leur proposant liberté de conscience [de faire ce qu'ils voudraient] [CONDÉ, Mémoires, p. 641]
    Conserver les pauvres fideles de ce royaume en la liberté de conscience qu'il a pleu au roi leur permettre par ses edits [ID., ib. p. 646]
    Et ayant trempé une rostie dedans [un breuvage], la mangea et jetta sur sa conscience tout ce qui estoit au verre [, Straparole, 6e nuit, Fab. I]
    Quand la bourse s'estrecist, la conscience s'eslargist [, Contes d'Eutrapel, p. 442, dans LACURNE]
    On peut user une fois l'an de sa conscience [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 363]
    Qui n'a conscience n'a honte ne science [ID., ib. p. 397]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. conciencia, cossiencia ; espagn. conciencia ; ital. coscienza ; du latin conscientia, de cum, et scientia, science.

conscience

CONSCIENCE. n. f. Sentiment intime par lequel l'homme se rend témoignage à lui- même de ce qu'il fait de bien et de mal. Conscience délicate. Conscience scrupuleuse. Conscience timorée. Conscience bourrelée. Conscience tranquille. Scrupule de conscience. Le cri, les reproches de la conscience. Le tribunal de la conscience. Descendre dans sa conscience. Faire une chose pour l'acquit de sa conscience. Cela peut se faire en sûreté de conscience, en toute sûreté de conscience. Agir, parler contre sa conscience, selon sa conscience. Capituler, transiger avec sa conscience. Capitulation de conscience. On l'emploie plus spécialement en matière de religion. Examen de conscience. Directeur de conscience. Diriger les consciences.

Liberté de conscience, Liberté pour chacun de croire ce qu'il veut et de conformer ses actes à ses croyances.

Cas de conscience, Voyez CAS.

Par extension, Se faire un cas de conscience d'une chose, Répugner à la faire, par humanité, par loyauté, par délicatesse, etc.

Se faire conscience d'une chose, Se faire scrupule d'une chose, parce qu'on croit qu'elle est contre les bonnes moeurs, contre la raison, contre la bienséance. Je me fais conscience de vous importuner si souvent de la même chose. On dit dans le même sens C'est conscience de faire telle chose. C'est conscience de le laisser dans l'erreur où il est.

Avoir de la conscience, être homme de conscience, Être attentif à ne rien faire qui puisse blesser la conscience. On dit, dans le sens contraire, Être sans conscience, n'avoir point de conscience.

Avoir la conscience large, N'être guère scrupuleux sur ce qui concerne la probité, le devoir.

Avoir la conscience nette, N'avoir rien à se reprocher.

Je mets cela, je laisse cela sur votre conscience ; Je m'en remets, je m'en rapporte à votre conscience ; Vous aurez cela sur la conscience, Si vous agissez ainsi, vous aurez à vous le reprocher. Il a certaine chose sur la conscience, Il a certaine chose à se reprocher.

Fig., Mettre la main sur la conscience, Examiner de bonne foi si l'on a fait tort à quelqu'un, si l'on a commis quelque injustice. On dit de même à une personne qu'on presse d'avouer la vérité, de parler franchement : Dites-moi, la main sur la conscience, ce que vous pensez de cela.

Dire tout ce qu'on a sur la conscience, Ne rien cacher de ce qu'on sait, de ce qu'on a sur le coeur.

En conscience, en bonne conscience, En vérité, franchement, selon les règles de la conscience. Je vous le dis en conscience. Ce marchand vend en conscience, il ne surfait point. En bonne conscience, pouvez-vous me demander ce prix? Vous êtes obligé en conscience à cela, de faire cela.

J'ai fait ce travail en conscience, Je l'ai fait tel qu'il doit être fait. J'y mets de la conscience, Je ne néglige rien pour m'en acquitter dignement.

Sur mon honneur et ma conscience, devant Dieu et devant les hommes, la déclaration du jury est : oui, l'accusé, etc. ; non, l'accusé, etc. Formule qui précède la déclaration du chef d'un jury.

La conscience publique, Le sentiment qu'un peuple a du bien et du mal. Un acte pareil est une insulte à la conscience publique. La conscience du genre humain, Le sentiment que tous les hommes ont du bien et du mal.

Il se dit, en termes de Philosophie, de la Connaissance que nous avons de notre propre existence et des phénomènes de sensibilité et d'activité qui se succèdent en nous. Les faits de conscience.

Il se dit aussi de la Connaissance que nous avons de nous-mêmes par le sentiment intime. Les hommes ont la conscience de leur liberté. Avoir la conscience de son talent.

En termes d'Imprimerie, il se dit du Travail fait à l'heure pour lequel on s'en rapporte à la conscience de l'ouvrier. Une journée de conscience. Mettre un compositeur en conscience. Ce compositeur travaille à la conscience.

conscience

Conscience, Dire en sa conscience, Bona fide dicere.

A ma conscience, Selon ce que je pense, Ex animi sententia.

Homme de bonne conscience, Religiosus.

Loyauté et bonne conscience, Religio et fides, B.

Une exemplaire d'une droite et bonne conscience, Exemplar antiquae religionis.

Il n'y a lieu descouvert qui tienne l'homme si de court, que fait sa conscience, Theatrum virtutis, conscientia.

Acquiter sa conscience, Exoluere religione, B. ex Liuio.

Charger sa conscience, Impio facinore se obligare.

Descharger sa conscience, Exoluere religione, Bud. ex Liuio.

Charger la conscience d'autruy, Obligare religione, vel obstringere.

Charger la conscience d'aucun, Luy faire faire quelque meschanceté, Obligare aliquem scelere.

Penser à sa conscience, Inquirere in sese, B.

Examiner sa conscience, Inquirere in seipsum, Quaestionem de sese habere, B.

Examine ta conscience, Introspice in mentem tuam, eamque omni cogitatione pertracta, et percontare ipse te, Cic.

Faire conscience de quelque chose, In religionem venire quid factum aut infectum esse, Liu. lib. 22.

Qui ne fait conscience de rien, Omni religione solutus, Bud.

Juger selon sa conscience, Arbitratu suo iudicare, B.

Mais que ma conscience soit sauve, Quod sine peccato meo fiat, B. ex Cic.

Estre seur de sa conscience, Conscientiae fide non moueri.

Fidelement et en conscience porter tesmoignage, Religiose testimonium dicere.

Faire tout en conscience, Ne faire par vaine gloire, mais seulement se contenter du tesmoignage de sa conscience, Omnia ad conscientiam referre, non ad ostentationem.

¶ Faire conscience de quelque chose, Impediri religione, Religiosum habere, In religionem vertere, Religioni habere rem aliquam, Religionem habere, aut adhibere.

J'en fay conscience, Religio est mihi.

C'est conscience de faire cela, Religiosum est id facere.

Aucuns firent conscience de passer plus outre le mesme jour, Quosdam etiam religio cepit vlterius eodem die conandi.

Je ne fay point conscience de faire cela, Religio mihi non est quominus hoc faciam.

Remors de conscience, Labes conscientiae.

N'oser faire quelque chose au moyen du serment, ou autre empeschement, concernant la conscience, Religione teneri.

conscience


CONSCIENCE, s. f. CONSCIENCIEUX, EûSE, adj. CONSCIENCIEûSEMENT, adv. [Kon-sian-ce, sieû, cieû-ze, cieû-zeman: en vers, ci-eû, etc. 1re et 2e lon. 3e e muet au 1er, lon. aux aûtres, 4e e muet aux 2 dern.] La Conscience est cette lumière intérieûre, ce sentiment intérieur, par lequel l'homme se rend témoignage à lui-même du bien et du mal qu' il fait. "Bonne conscience, ou conscience erronée. Remords de conscience; le ver rongeur de la conscience. "Agir, parler contre ou selon sa conscience, etc. Troubler, alarmer les consciences; câs de conscience.
   Rem. Conscience entre dans plusieurs expressions du discours familier. — Avoir de la conscience, ou être homme de conscience; être atentif à ne rien faire qui puisse blesser la conscience. On dit, au contraire, n'avoir point de conscience, être sans conscience. — Avoir la conscience large, ne pas regarder de trop près à ce qui concerne le devoir. — Faire conscience de... s'en faire scrupule. "Je fais conscience de vous importuner si souvent de la même chôse. — Avoir la conscience de avec le même régime: "Aurez-vous la conscience de m'abandoner? "Je n'osois pas répéter les mêmes termes; j'avais la conscience d'en prendre d' autres. Mariv. — Je mets, je laisse tout cela sur votre conscience, je m'en remets, je m'en raporte à votre conscience; vous aurez cela sur votre conscience; si vous agissez en cela contre votre conscience, vous en répondrez à Dieu. — Dire tout ce qu'on avait sur sa conscience, c. à. d. sur le coeur. — Se mettre sur la conscience, dans l'estomac:
   Notre vieux Curé chaque jour
   Se mettoit sur la conscience
   Un chapon de sa basse-cour.
       Car. In-promptu.
On exhorte populairement les faussaires et les menteurs à mettre la main sur la conscience: "Alons, Mr. le Marquis, la main sur la conscience, dit le soi-disant Curé de Kokerbourn. Tart. Épist. "Alons, la main sur la conscience, vous n'aimez pas plus Mlle. Amélie qu'une aûtre. Th. d'Educ.
   En conscience, adv. En vérité, selon les règles de la conscience. Il peut se placer à la tête de la phrâse: en conscience, je ne puis vous le doner à moins; ou après le verbe: je l'ai fait en conscience; vous êtes obligé, en conscience, de réparer ce tort que vous m'avez fait, etc. Quand il est à la tête de la phrâse c'est une espèce de serment. — On dit aussi en ma conscience, sur ma conscience. Ces expressions sont bâsses et populaires. Ceux qui atestent si souvent leur conscience, n'ont pas ordinairement la conscience délicate.
   CONSCIENCIEUX: Trév. écrit conscientieux, et Richelet consientieux: Pourquoi ce t? Est-ce pour l'étymologie latine, conscientia; mais la française, conscience, doit prévaloir. — Qui a la conscience délicate. "Homme consciencieux, femme consciencieûse: il faut être consciencieux, mais non pas scrupuleux. = Consciencieûsement; d'une manière consciencieûse; en conscience. "Agir consciencieûsement.

Synonymes et Contraires

conscience

nom féminin conscience
1.  Faculté de juger de ses propres actes.
3.  Siège des sentiments personnels.
cœur -littéraire: âme.
4.  Connaissance de soi et du monde.
5.  Représentation mentale de la réalité.
Traductions

conscience

Gewissen, Bewußtseinconscience, consciousness, awareness, conscientiousness, lucidity, realizationbewustzijn, geweten, besef, bezinning, plichtsgevoelמצפון (ז), מצפוניות (נ), תודעה (נ), מַצְפּוּן, תּוֹדָעָהbesef, besinning, geweteconsciènciasvědomí, vědomí, povědomíbevidsthed, samvittighedkonscienco, konscioconciencia, conocimiento, consciente, sentidoomatunto, tietoisuus, tajuntacoscienza, consapevolezza, coscienza a posto, pancia a forare意識, 良心Świadomość, sumienieconsciência, conhecimento, foro íntimo, sentimento de siСознание, совестьmedvetande, samveteσυνείδηση, επίγνωση, συναίσθησηضَمِير, وَعْيsavjest, svijest양심, 의식bevissthet, samvittighetการรู้สึกตัว, ความรู้สึกผิดชอบชั่วดีbilinçlilik, vicdanlương tâm, sự tỉnh táo意识, 良心съзнание意識 (kɔ̃sjɑ̃s)
nom féminin
1. savoir se rendre compte de
2. faculté de juger ce qui est bien et mal agir selon sa conscience
sentiment d'avoir bienmal agi J'ai bonne conscience.
3. fait de travailler avec soin et honnêteté
4. s'évanouir

conscience

[kɔ̃sjɑ̃s] nf
(morale)conscience
avoir bonne conscience → to have a clear conscience
se donner bonne conscience → to ease one's conscience
avoir mauvaise conscience → to have a guilty conscience
avoir la conscience tranquille → to have a clear conscience
en conscience, en toute conscience → in all conscience
avoir qch sur la conscience → to have sth on one's conscience
(en locution: sensorielle)consciousness
perdre conscience → to lose consciousness
reprendre conscience → to regain consciousness
(intellectuelle)awareness; (psychologique)consciousness
avoir conscience de → to be aware of, to be conscious of
prendre conscience de → to become aware of
Ils ont fini par prendre conscience de la gravité de la situation → They eventually became aware of the seriousness of the situation.
prendre conscience de la nécessité de faire qch → to become aware of the need to do sth
une prise de conscience → an awareness
la prise de conscience de qch → the growing awareness of sth
conscience collective nfcollective consciousness
conscience professionnelle nfconscientiousness