constamment

constamment

adv.
D'une manière constante ; sans interruption : Je vous le répète constamment sans cesse ; continuellement

CONSTAMMENT

(kon-sta-man) adv.
Avec constance.
Combien de fois le peuple Romain avait-il porté constamment la défaite des armées ! [PERROT, Tac. 135]
Recevoir constamment la mort [ID., ib. 475]
....Préparons-nous à montrer constamment Ce que doit une amante à la mort d'un amant [CORN., Hor. IV, 4]
Qui vit avec honneur doit mourir constamment [ROTR., Hercule m. V, 1]
Instruire ains les gens à porter constamment de pareils accidents [MOL., Femmes sav. V, 1]
Parlons de sa mort, s'il se peut, aussi constamment qu'elle est morte [FLÉCH., Mme de Montausier.]
Seigneur, je ne vous demande pas cette raison orgueilleuse qui cherche dans la gloire de souffrir constamment toute la consolation de ses peines [MASS., Av. Afflict.]
Il sait souffrir constamment et meurt en paix [J. J. ROUSS., Ém. I]
On ne pense pas toujours constamment d'un même sujet ; l'entêtement et le dégoût se suivent de près [LA BRUY., XII]
Invariablement, sans interruption. Il a été constamment heureux ce soir-là, il gagna constamment au jeu.
Certainement, assurément. Cette nouvelle est constamment vraie.
Quand il cite pour un maître celui qui constamment est un ignorant [LA QUINTINYE, Jardins, I, 4]
Vieux en ce sens.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    User des biens regléement, et les savoir perdre constamment [MONT., I, 176]
    Son innocence la faisoit constamment parler [MARG., Nouv. LXX.]

ÉTYMOLOGIE

  • Constant, et le suffixe ment.

constamment

CONSTAMMENT. adv. D'une façon constante, toujours. Les astres suivent constamment la route qui leur fut tracée. Il a été constamment heureux. On l'a vu constamment se dévouer au bien public. On le prend abusivement dans le sens de Très souvent. Il est constamment malade.

Il signifiait autrefois Avec constance, persévérance. S'attacher constamment à quelque chose. Suivre constamment un dessein. Dans cette acception, il a vieilli. On dit plutôt Avec constance.

constamment

Constamment, Statim, Perseueranter, Constanter.

constamment


CONSTAMMENT, adv. CONSTANCE, s. f. CONSTANT, ANTE, adj. [1re lon. 2e br. au 1er lon. aux trois aûtres.] Constamment a deux sens, qui n'ont aucun raport l'un avec l'aûtre. 1°. Avec constance et fermeté, soufrir constamment; ou avec persévérance, suivre constamment un dessein; s'atacher constamment à une chôse. = 2°. Certainement, assurément: Cette nouvelle est constamment vraie: "Constamment il l'a écrit. Bossuet. — Constamment c'est un fait, était le mot et le refrein d'un grand Nouvelliste.
   CONSTANCE a aussi les deux sens de fermeté et de persévérance. "Il a eu, il a montré bien de la constance dans ses maux, dans ses malheurs: soufrir avec constance. — Poursuivre un dessein avec constance: la constante dans l'amitié, dans le bien, est une vertu bien râre. Voy. Stabilité.
   CONSTANT a les trois significations de constamment. — Qui a de la fermeté et de la constance dans les maux, les adversités. "Constant dans les revers et les disgrâces; âme constante dans les plus grands maux. — Persévérant, qui ne change pas. Constant dans la Foi, dans l'amitié; constant en amour, ou dans ses amours. Volonté ferme et constante; esprit constant. — Indubitable, certain. Cela est constant, passe pour constant; il est constant que, etc. En cette acception, il ne se dit point des persones. On ne dit point qu'un homme est constant à Paris, pour dire qu'il y est certainement. Ainsi Fontenelle n'est pas à imiter, quand il dit: "Les Démons étant constans par le Christianisme, pour dire, que leur existence est certaine.
   CONSTANT se dit des chôses dans le sens de ferme, solide. État constant et immuable; fortune solide et constante; constante prospérité. "Tout change dans ce monde: il n'y a rien de constant.
   CONSTANT, ferme, inébranlable, inflexible, (synon.) Les trois derniers ajoutent au premier une idée de courage avec ces nuances diférentes, que ferme désigne un courage qui ne s'abat point, , inébranlable un courage qui résiste aux obstacles, et inflexible un courage qui ne s'amollit point. Un homme de bien est constant dans l'amitié, ferme dans les malheurs; et lorsqu'il s'agit de la justice, inébranlable aux menaces, et inflexible aux prières. Encycl.
   Rem. 1°. Constant, ferme, durable, stable, suit ordinairement le nom qu'il modifie. Quelquefois pourtant, sur-tout en vers, il peut le précéder.
   Si la fortune le traverse,
   Sa constante vertu s'exerce
   Dans ces obstacles passagers.
       Rousseau.
  Telle est de l'univers la constante harmonie.
      L. Racine.
Constante prospérité est aussi bien en prôse que prospérité constante; mais constante vertu, et encôre plus constante fortune, auraient quelque chôse de dur. — Le masculin sur-tout n'aime pas à marcher devant un nom terminé en e muet. Constant Prince ne vaudrait rien, constant homme écorcherait les oreilles.
   2°. Constance et constant régissent l'infinitif avec la prép. à: "Sa constance à soutenir les revers, fait l'admiration de tout le monde. "Il est constant à poursuivre ses prétentions.
   3°. Il est constant que régit l'indicatif, lorsque le sens est afirmatif, et le subjonctif, quand le sens est négatif ou interrogatif: "Il est constant que vous l' avez dit: "Ce n'était pas peut-être une chôse si constante parmi le peuple, que les oracles fussent rendus par les Divinités. Fonten. "Est-il aussi constant que vous le dites, que cette Doctrine soit erronée, etc.

Traductions

constamment

dauernd, immer, stätig, stets, ständigconstantly, alwaysconstant, voortdurend, onophoudelijk, permanent, steedsבלי חרף (תה״פ), ממושכות (תה״פ), תמיד (תה״פ), תָּמִיד, בְּלִי חֶרֶףσταθερά, διαρκώςبِاسْتِمْرَارneustálekonstantconstantementejatkuvastistalnocostantemente絶えず계속kontinuerligstaleconstantementeпостоянноkonstantเกิดขึ้นตลอดเวลาsürekliliên tục不断地постоянно不斷 (kɔ̃stamɑ̃)
adverbe
toujours, de façon répétée être constamment dérangé

constamment

[kɔ̃stamɑ̃] advconstantly
Elle se plaint constamment → She's constantly complaining.