constipé, ée

CONSTIPÉ, ÉE

(kon-sti-pé, pée) part. passé.
Constipé par une nourriture trop échauffante.
Nous ne devons pas tant nous dépiter d'être un peu constipés, c'est ce qui m'a fait vivre quatre-vingt et un ans, et c'est ce qui vous fera vivre beaucoup plus longtemps [VOLT., Lett. Mme du Deffant, 19 avril 1775]
Fig. et dans le style burlesque, un air constipé, un visage de constipé, se dit pour un air contraint et embarrassé, chagrin.
Aussitôt me fit une mine Qui représente le portrait D'un constipé sur un retrait [SCARRON, Poésies div. Œuvres, t. VII, p. 151, dans POUGENS]
Phébus, voyant sa mine constipée, Dit : Quelle est donc cette muse écloppée Qui vient ici racler du violon En manteau court ? [J. B. ROUSS., Rondeau.]