contempération

CONTEMPÉRATION

(kon-tan-pé-ra-sion) s. f.
Terme de théologie. Exact tempérament de la grâce.
Dieu fait, disent-ils, que nous choisissons par les préparations et par les attraits qui nous mettent en de certaines dispositions et nous inclinent aussi doucement qu'efficacement à une chose plutôt qu'à une autre ; voilà ce qu'on appelle l'opinion de la contempération [BOSSUET, Lib. arb. 7]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Les vins que les chrestiens avoient et qui de Pouille et de Calabre leur venoient, estoient secs et chauds, et hors de la contemperation françoise ; dont plusieurs les comparerent [le payèrent] ; car en fievre et en chaleur en cheurent [FROISS., liv. IV, p. 84, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Voy. CONTEMPÉRÉ.