contraire


Recherches associées à contraire: antonyme

contraire

adj. [ lat. contrarius ]
1. Qui s'oppose radicalement à qqch ; qui va à l'encontre de : « Froid » et « chaud » sont des mots de sens contraires antinomique, opposé ; analogue, identique conforme
2. Qui va dans le sens opposé : Tourner une manivelle dans le sens contraire à celui des aiguilles d'une montre inverse des vents de face
3. Qui est incompatible avec qqch ; qui nuit à qqn ou qqch : Un aliment contraire à la santé néfaste, nocif ; bénéfique, propice
n.m.
1. Ce qui s'oppose totalement à qqch : La douceur est le contraire de la violence inverse opposé
2. Mot qui a un sens opposé à celui d'un autre : Ce dictionnaire indique les synonymes et les contraires antonyme ; synonyme
Au contraire,
exprime une opposition forte : Il a cru me mettre dans l'embarras, j'étais ravi au contraire.
Au contraire de,
à l'inverse de : Au contraire de l'année dernière, je passerai toutes mes vacances à l'étranger contrairement à

CONTRAIRE

(kon-trê-r') adj.
Qui est l'opposé de. Le froid et le chaud sont contraires.
Qui est dans une direction opposée. La mer soulevée par des vents contraires.
Son cœur était comme la mer qui est le jouet de tous les vents contraires [FÉN., Tél. VII]
Terme de marine. Vent contraire, celui qui oblige à orienter les voiles au plus près et à courir des bordées. Terme de botanique. Synonyme d'opposé. Terme de conchyliologie. Synonyme de senestre.
Qui contrarie, qui combat, qui diffère du tout au tout. Deux arrêts, deux propositions contraires. La preuve contraire est toujours admise.
Et chacun s'est rangé du contraire parti [RÉGNIER, Sat. XVII]
Et l'inclination jamais n'a démenti Le sang qui t'avait fait du contraire parti [CORN., Cinna, V, 1]
J'ai vu, dans sa naissance et votre dignité, Pareille aversion et contraire fierté [ID., Sert. V, 1]
Un certain homme avait trois filles Toutes trois de contraire humeur [LA FONT., Fab. II, 20]
J'eus soin de vous nommer, par un contraire choix, Des gouverneurs que Rome honorait de sa voix [RAC., Brit. IV, 2]
Il se venge hautement en prenant le contraire parti [MOL., Crit. de l'Éc. des f. 6]
.... Allons par des ordres contraires Révoquer d'un méchant les ordres sanguinaires [RAC., Esth. III, 8]
Emporté malgré moi par de contraires vœux, Je frémis et j'ignore encor ce que je veux [VOLT., Orphel. III, 6]
Si les sages mortels à qui je dois la vie N'avaient fait à mon cœur un contraire devoir [ID., ib. IV, 4]
Ah ! Dieu nous envoyait, par un contraire choix, Pour annoncer son nom, pour faire aimer ses lois [ID., Alz. I, 1]
Les hommes ne sont contraires à la raison que lorsqu'ils trouvent que la raison leur est contraire [DU MARSAIS, Raison, Œuvres, t. VI, p. 21]
Du peuple et du soldat en de contraires vœux Les partis opposés se divisent tous deux [D'AVRIGNI, J. d'Arc, IV, 7]
Être contraire à soi-même, avoir des volontés qui se contrarient.
J'ai songé comme vous qu'à la Grèce, à mon père, à moi-même, en un mot, je devenais contraire, Que je relevais Troie et rendais imparfait Tout ce qu'a fait Achille et tout ce que j'ai fait [RAC., Androm. II, 4]
Terme de logique. Propositions contraires, celles qui sont opposées dans la qualité seulement ; comme tout homme est mortel, aucun homme n'est mortel. Elles diffèrent des contradictoires qui sont opposées dans la qualité et la quantité : tout homme est mortel, quelque homme n'est pas mortel. Cette dernière proposition est particulière, tandis que les autres sont universelles. Terme de musique. Mouvement contraire, mouvement de deux parties qui marchent ensemble, l'une en montant, l'autre en descendant.
Il y a trois mouvements, le mouvement direct, le mouvement oblique et le mouvement contraire [CATEL, Traité d'harmonie, p. 4]
Terme de palais. Les parties sont contraires en faits, quand, sur les faits dont on leur permet de faire preuve, elles énoncent des assertions opposées. Terme de droit romain. Action contraire, action qui naît accidentellement d'un fait postérieur au contrat, par opposition à l'action directe qui naît directement du contrat. Le dépositaire, l'emprunteur, le mandataire se faisaient indemniser, au moyen de l'action contraire, des frais ou du tort que leur avait causé l'objet du dépôt, du prêt, du mandat.
Nuisible. Le café vous est contraire. Défavorable. Avoir la fortune contraire. C'est un homme qui m'a toujours été contraire.
Je sais par quel motif vous m'êtes si contraire [CORN., Nic. V, 10]
Quoi ! se pourrait-il faire Qu'à l'œuvre de ses mains Rome devînt contraire ? [ID., ib. V, 5]
Depuis qu'à mon amour cessant d'être contraire.... [RAC., Brit. V, 1]
Vous seul jusqu'ici contraire à vos désirs.... [ID., ib. II, 2]
Ce vent qui était contraire à Hazaël le contraignit d'attendre [FÉNEL., Tél. VI]
Comme un homme dolent que le glaive contraire A privé de son fils [MALH., I, 4]
Ils n'ont pas même de quoi établir le néant auquel ils espèrent après cette vie, et ce misérable partage ne leur est pas assuré ; ils ne savent s'ils trouveront un Dieu propice ou contraire [BOSSUET, Anne de Gonz.]
S. m. L'opposé. La vérité se cache souvent sous les apparences de son contraire.
On les considérait [le monde et l'Église] comme deux contraires, comme deux ennemis irréconciliables [PASC., Comp. des chrét.]
Les contraires ne paraissent jamais mieux que lorsqu'on les oppose à leurs contraires [BOURD., Pensées, t. II, p. 384]
Enfin, quoi que je fasse ou que je veuille faire, La bizarre [la rime] toujours vient m'offrir le contraire [de ce que je veux dire] [BOILEAU, Sat. II]
Elle [la vanité] se cache souvent sous les apparences du contraire [LA BRUY., XI]
Je connais mille gens qui font le contraire [SÉV., 116]
Le chevalier s'avisa de faire tout le contraire [HAMILT., Gramm. 5]
Ma bouche mille fois lui jura le contraire [RAC., Brit. II, 3]
Terme de philosophie. Les contraires, sorte d'opposés, comme le froid et le chaud.
Au contraire de, loc. prépositive. Contrairement à. Aller au contraire d'une chose, s'y opposer, y contredire.
J'ai jugé au contraire de ce que vous jugez [PASC., Prière.]
Le pur amour, au contraire de l'autre, pousse sans cesse l'âme hors d'elle-même dans le sein de Dieu [FÉN., XVII, 259]
Le feu se répand en tous sens, au contraire des autres éléments [VOLT., Newt. II, concl.]
Tout au contraire d'Euripide [RAC., Préf. d'Androm.]
Mon tant bon ami sir John, sur les pamphlets pense et me conseille au contraire de M. Arthus Bertrand [P. L. COUR., Pampl. des pamph.]
Au contraire, tout au contraire, bien au contraire, loc. adv. Tout autrement ; loin de là. Je ne lui suis point opposé ; au contraire, je le sers de tout mon pouvoir.
Je vous l'ai conseillé, j'en pressai l'entreprise. - Tout au contraire, sire, elle m'en a reprise [ROTR., Antig. IV, 4]
L'autre animal tout au contraire, Bien éloigné de nous mal faire [LA FONT., Fab. VI, 5]
Un homme est plus fidèle au secret d'autrui qu'au sien propre ; une femme au contraire garde mieux son secret que celui d'autrui [LA BRUY., III]
Je vis bien que je déplaisais ; mon camarade, au contraire ; il était de la famille [P. L. COUR., Lett. I, 212]
Elle cassa tous les actes rendus au contraire [MAUCROIX, Schisme, livre II, dans RICHELET]
Au contraire, réciproquement, vice versa.
Pourquoi les astres circulent-ils d'occident en orient [ce qui est leur mouvement réel] plutôt qu'au contraire ? Ils ont l'hiver quand nous avons l'été, et au contraire [VAUGEL., Q. C. 411]
Terme de pratique. Défenses au contraire, réserve que l'on fait d'alléguer en temps et lieu des raisons contraires aux prétentions d'une autre personne.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Je t'en mouvrai un tel si grant contraire [chagrin, peine] [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Mais prend batisme, je' l te di sans contraire [, Ronc. p. 145]
    Au Mans [ils] erent [étaient] remès [restés] plein d'ire et de contraire [, Sax. XXX]
    ... Forment vous doit desplaire De ce roi orguillox qui manda tel contraire [chose contrariante] [, ib.]
    Puis seromes ensemble pour faire au roi contraire [, ib.]
  • XIIIe s.
    Que trestout leur malices leur retourne à contraire [, Berte, LXIX]
    Vous li cuidiés grant bonté faire, Et il vous quiert honte et contraire [, la Rose, 2946]
    Vésci Guillaume de Lorris, Cui Jalousie sa contraire Fait tant d'angoisse et de mal traire, Qu'il est en peril de morir [, ib. 10563]
    Demande qui est contraires à soi meismes est de nule valeur [BEAUMANOIR, VI, 26]
    De la dite pez furent moult contraire ceulz de son conseil [JOINV., 292]
  • XIVe s.
    Et aucune foiz avient tout au contraire [ORESME, Eth. 22]
    Et se ilz font tout le contraire, Lors serons-nous très bien à heure Et à tamps de leur courre seure [, Liv. du bon Jeh. 1909]
    Es maladies un contraire se garit par un autre contraire [, Ménagier, I, 9]
  • XVe s.
    Si [Jean Lyon] n'osoit dire du contraire [FROISS., II, II, 52]
    Si s'avisa que par dons il attrairoit si le roi de France, qu'il n'auroit aucune volonté de lui porter contraire [ID., I, I, 10]
    Et se complaignoit à lui [l'évêque de Cambrai au roi de France] trop amerement des Hainuyers [qui ravageaient le Cambrésis] ; et disoit que les Hainuyers lui avoient fait plus de contraire et de dommages que nul autre [ID., I, I, 100]
    Ne tu ne scez mettre frain en tes desirs, sinon de vouloir tousjours le contraire de ce que tu dois [A. CHARTIER, Quadriloge invectif.]
    Pour ce donnons estroit commandement Aux officiers de nostre parlement, Qu'ilz le traictent et aident doulcement En tout affaire à son besoing sans venir au contraire [CH. D'ORL., Lectre. de retenue.]
    Mais aujourd'hui tout le contraire [je] voy ; Car nul ne veult la verité retraire [E. DESCH., Ce qui est nécessaire aux rois.]
    À ces mots se partirent d'illec les deux chevaliers ; car ilz congneurent pleinement que le bon roy et tous ceulx qui là estoient leur portoient contraire [, Perceforest, t. IV, f° 46]
    Quand ce coup fust advenu, ne croyez pas le contraire, que la pucelle au cercle d'or ne fust pas trop dolente, quant elle veist le chevalier à la fumée gesir renversé sur l'herbe [, ib. t. VI, f° 75]
    En haine des Ursins dont [les Colonna] tousjours sont et ont esté contraires [COMM., VII, 10]
    Il n'avoit garde de dormir, tant estoient ses yeux empeschés de voir son contraire [LOUIS XI, Nouv. XXXVI]
  • XVIe s.
    N'a il pas fidelement executé sa charge ? nous ne pouvons pas dire du contraire [CALV., Instit. 198]
    En nature le contraire se verifie par son contraire [MONT., I, 70]
    Quand ces receptes ne peuvent servir, ils en essayent de contraires [ID., I, 129]
    Une fantaisie que j'ay, contraire au commun usage [ID., I, 159]
    Au contraire... [MONT., I, 273]
    La plus contraire humeur à la retraicte, c'est l'ambition [ID., I, 285]
    Leur sueur espandoit une odeur souefve ; mais la commune façon des corps est au contraire [ID., I, 391]
    Un souffle du vent contraire, le fauls pas d'un cheval, suffisent à le renverser [ID., II, 190]
    L'armée contraire se mist à sa queue [LANOUE, 622]
    Quand ils regardoient le desespoir de leurs contraires [ennemis], cela les retenoit un peu [ID., 622]
    Estant adverty que Flaccus, l'un de ses contraires, ayant esté esleu consul à Rome.... [AMYOT, Sylla, 44]
    Un M. Marius, qui estoit de la partie et faction contraire [ID., ib. 67]
    Ceste parole ne depleut point à Sylla, ains au contraire il donna à cognoistre qu'elle l'avoit chatouillé [ID., ib. 72]
    Il tourna bride tout court, et reprenant son chemin un peu à costé, au contraire de ceulx qui le chassoient, il les passa secrettement sans estre apperceu d'eulx [ID., Eumène, 17]
    Des monstres en nature, qui n'ont point de jambes, ou qui ont les bras tournés au contraire [ID., De la Curiosité, 17]
    Tout contraire en son contraire Prend vertu pour soy refaire [GÉNIN, Récréat. t. II, p. 250]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, contrâve ; provenç. contrari ; espagn. et ital. contrario ; du latin contrarius, dérivé de contra, contre.

contraire

CONTRAIRE. adj. des deux genres. Qui est opposé à quelqu'un ou à quelque chose. Le froid et le chaud sont contraires. Avoir le vent contraire. En sens contraire. Cela est contraire à ce que vous en avez dit. Contraire à la vérité. Cela est contraire à la loi de Dieu, à l'honneur, aux bonnes moeurs.

Il signifie aussi Qui est défavorable, hostile, nuisible. C'est un homme qui m'a toujours été contraire. Ce genre de vie est contraire à sa santé.

En termes de Logique, Propositions contraires, Celles qui énoncent des choses opposées, de manière cependant qu'elles peuvent être fausses toutes deux, quoiqu'elles ne puissent pas être toutes deux vraies, comme : Tout homme est vertueux, tout homme est vicieux.

En termes de Procédure, Les parties sont contraires en faits, Leurs allégations sont tout à fait contradictoires.

Il s'emploie aussi comme nom masculin et signifie Ce qui est opposé. Vous m'avez dit le contraire. Je vois tout le contraire de ce qu'on m'avait promis. Je soutiens le contraire. Je vous prouverai le contraire. Je ne dis pas le contraire. Deux contraires ne peuvent subsister ensemble. Concilier les contraires.

AU CONTRAIRE, loc. adv. Tout autrement, d'une manière opposée. Vous dites que cela arriva de la sorte, au contraire, il arriva que... Il pense que cela sera ainsi ; pour moi, je crois, au contraire, que... On dit aussi Bien au contraire, tout au contraire.

AU CONTRAIRE DE, loc. prép. À l'opposé de, d'une façon contraire à. Il s'est enrichi au contraire de son frère, qui a toujours été dans la gêne.

contraire

Contraire, Aduersus, Aduersator, Contrapositus, Contrarius, Dissimilis, Repugnans.

Contraire et nuysant, Sinister.

Contraire aux siens, Auersus a suis.

Contraire à la verité, Auersus a vero.

Qui est contraire à l'estude, ou qui n'en tient conte, Auersus a musis.

Fort contraire, Auersissimus animus.

Plus contraire, Auersior.

Estre contraire, Impugnare, Repugnare, Refragari, Stare contra aliquem.

Dieux contraires, et ne voulans garder ou sauver les Romains, Auersi dij a salute populi Romani.

Ils sont contraires l'un à l'autre, Inter se pugnant.

Il est du tout contraire à toy, A te totus diuersus est.

Cela n'est point contraire à nostre amour, Non est alienum ab amore nostro.

Qui est contraire en toutes choses, Repugnax.

Ces choses sont contraires l'une à l'autre, Repugnant inter se.

Venir au contraire, Contrauenire.

Quant est de moy je ne veux pas dire le contraire, Haud equidem abnuerim.

Je ne dy pas le contraire, Je ne refuse pas, Non recuso.

Je ne dy point le contraire qu'il ne soit ainsi, Causae nihil dico quin ita sit.

Monstre le contraire par tesmoings, Testibus aliquid refutare.

Au contraire, Contra, Econtrario, Ex contrario, E vel ex diuerso, In contrarium, Rursus, Enimuero, Vicissim, Contrarie.

Tout le contraire, Nihil minus.

Si au contraire il vient, etc. Id rursum si negant.

Laquelle chose il falloit faire au contraire, estre marri de la faute, etc. Quod contra oportebat, delicto dolere, obiurgatione gaudere.

Arrests divers et aucunesfois contraires, Authoritatum varia exempla, atque interdum pugnantia, B.

contraire


CONTRAIRE, adj. [Kontrère, 2eè moy. et long, 3e e muet.] 1°. Qui est oposé. Il se dit dans le physique et dans le moral. "Avoir le vent contraire la fortune contraire. "Le froid et le chaud, la vertu et le vice sont contraires. — Il régit souvent le datif (la prép. à.) "Cela est contraire à la Loi de Dieu, à l'honeur, à la vérité, aux bonnes moeurs. — Le pluriel suplée à ce régime. Deux arrêts, deux lois, deux passages contraires: on sous-entend l'un à l'aûtre. = 2°. Nuisible. Remède contraire à la poitrine. "Le vin vous est contraire. = 3°. S. m. "Vous m'aviez dit le contraire: cela prouve le contraire; ou, le contraire de ce que vous avez avancé. "La raison humaine est si foible, qu'elle croit également les deux contraires. = Aller au contraire d'une chôse, s'y oposer, ou y contredire. "Quand nous irons au contraire des autres hommes, et que nous nommerons mal ce qu'ils nomment bien, nous nous rencontrerons. Voiture.
   Rem. Contraire, aime à marcher après le nom qu'il modifie. Le contraire choix, comme dit Racine dans Britannicus, a quelque chose de sauvage. D'Olivet. L'Ab. des Fontaines troûve, au contraire, cette transposition agréable, élégante: il ne faut pas disputer des goûts, même en fait de langage. L'Acad. se l'est permise aûtrefois, même dans un ouvrage en prôse, dans les sentimens sur le Cid. "Nous tenons cette Scène (la 3e du IVe Acte), principalement répréhensible, en ce que Chimène y veut déguiser au Roi la passion qu'elle a pour Rodrigue, quoiqu'il n'y eût pas sujet de le faire, et qu'elle eût même témoigné avoir déjà auparavant une contraire intention. — Il est moins étonant que Brébeuf et Corneille, Poètes déjà anciens, aient usé de cette inversion.
   Et son frere, emporté par un contraire choix,
   Sorti du même sein, va chercher d' autres loix.
       Bréb.
  C'est en contraire sens qu'un songe s'interprète.
      Corn.
Tout cela est dur, même en vers, et serait encôre plus choquant dans la prôse.
   AU CONTRAIRE, adv. Tout aûtrement, d'une manière oposée. Il se met souvent à la tête de la phrâse: "Les hommes de ce pays vivent-ils plus long-temps? Sont-ils plus unis entr'eux? ...Au contraire; ils doivent être jaloux les uns des autres, rongés par une lâche et noire envie, toujours agités par la crainte, par l'ambition, etc. Télém. "Tant s'en faut que cela soit ainsi, qu'au contraire... Acad. Cette dernière phrâse n'est pas du beau style.

Synonymes et Contraires

contraire


contraire

nom masculin contraire
1.  Mot de sens contraire.
Traductions

contraire

(kɔ̃tʀɛʀ)
adjectif
1. opposé des avis contraires être contraire à la loi
2. à l'opposé, à l'inverse

contraire

Gegensatz, Gegenteil, entgegengesetzt, gegenteilig, engegengesetzttegendeel, tegengestelde, tegenpool, tegenovergestelde, tegenovergesteldcontrary, opposite, reverse, converseהופכי (ת), היפוך (ז), הפוך (ת), מנוגד (ת), נגדי (ת), נוגד (ת), ניגוד (ז), ניגודי (ת), שלילי (ת), שְׁלִילִי, הִפּוּךְ, הָפוּךְ, נֶגְדִּי, נִגּוּד, נוֹגֵד, מְנֻגָּדmalocontrario, opuesto, adversoprzeciwieństwo, przeciwstawnymotsats, motsattαντώνυμο, τουναντίον, αντίθετο, αντίθετοςcontrario, opposto, contrappostoمُعَاكِسopačný, opakmodsatvastakkainen, vastakohtanaprotiv, suprotan反対の, 正反対맞은편의, 반대motsatt, motsetningcontrário, opostoпротивоположность, противоположныйในทางตรงกันข้าม, ตรงกันข้ามaksi, karşıtđiều trái ngược, trái ngược反面, 相反的相反
nom masculin
ce qui est opposé dire le contraire

contraire

[kɔ̃tʀɛʀ]
adjopposite
contraire à → contrary to
nmopposite
Il a fait le contraire de ce que je lui avais demandé → He did the opposite of what I'd asked him to do.
au contraire → on the contrary