contre-mine

CONTRE-MINE

(kon-tre-mi-n') s. f.
Ouvrage souterrain fait pour éventer la mine de l'ennemi ou en empêcher l'effet. Il y avait des mines sous le glacis de la demi-lune, mais nos contre-mines parvinrent à les éventer. L'assiégeant poussait une mine vers le bastion, mais nous fîmes une contre-mine qui réussit à l'arrêter. Mine pratiquée sous les défenses d'une place pour faire sauter les assaillants. Fig. Manœuvres pour déjouer une entreprise, une intrigue. Au plur. Des contre-mines.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Françoys adonc feirent leur contre-mine [J. MAROT, V, 23]
    Nicocles se sauva et s'en fouit hors de la ville par des contremines secrettes [AMYOT, Arat. 10]

ÉTYMOLOGIE

  • Contre, et mine.

contre-mine

CONTRE-MINE. n. f. T. d'Art militaire. Ouvrage souterrain que l'on fait pour éventer la mine de l'ennemi et pour en empêcher l'effet.

Il se dit aussi d'une Mine pratiquée sous les bastions et sous les dehors d'une place pour faire sauter les ennemis s'ils venaient à s'y loger.

Il se dit figurément de Manoeuvres pour déjouer une entreprise, une intrigue. Des contre-mines.

contre-mine


CONTRE-MINE, s. f. CONTREMINER, v. a. La Contre-mine, est une mine faite pour éventer celle de l'énemi. Contreminer, c'est faire des contre mines. — Ils se disent aussi, des mines pratiquées sous le bastion et les dehors d'une place de guerre, pour faire sauter les énemis, en câs qu'ils viènent à s'y loger. "On avait fait une contre-mine sous chaque bastion. "Tous les dehors de la place avoient été contre-minés.