contre-point

CONTRE-POINT1

(kon-tre-poin) s. m.
L'art de composer la musique à plusieurs parties.
L'objet du contre-point est d'enseigner à disposer plusieurs parties secondaires autour d'une partie principale invariable, en ayant égard aux diverses valeurs et figures de notes admissibles dans les parties [CHORON et LAFAGE, Manuel de musique, liv. IV]
Cette question agitée depuis environ deux siècles au sujet de l'ancienne musique, et qui consiste à savoir si les Grecs et les Romains ont connu en ce genre ce qu'on appelle contre-point ou concert à plusieurs parties, a produit divers écrits pour et contre [ROLLIN, Hist. anc. t. XI, 1re partie, p. 251, dans POUGENS]
La musique même qui est écrite en contre-point. Contre-point simple, celui qui n'est fait que pour une seule position. Contre-point double, ou complexe, ou artificieux, celui où quelque partie est écrite de telle sorte qu'elle puisse être transposée ou renversée, etc. Contre-point de note pour note, celui où les notes entendues ensemble sont toutes d'égale valeur. Contre-point de deux, trois, quatre notes pour une ; ces mots n'ont pas besoin de définition. Contre-point fleuri, celui qui est formé de la réunion des précédents et qui permet au compositeur de jeter une grande variété dans les accompagnements. Composition à deux ou plusieurs voix, écrite sur un chant donné. Au plur. Des contrepoints.

SYNONYME

  • CONTRE-POINT, HARMONIE. L'harmonie étudie seulement les sons en tant qu'ils peuvent ou ne peuvent pas aller correctement ensemble. Le contre-point s'occupe en outre de la valeur des notes et du dessin qu'elles forment. Supposons une note telle que ut, accompagnée, en quatre notes égales, par ces quatre-ci ut mi sol mi ou par celles-ci ut sol mi sol, ce sera la même harmonie, parce que ce sont les mêmes notes qui entrent dans l'accord ; ce seront deux contre-points différents, parce que les notes ne sont pas dans le même ordre.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Je vous montreray la figure Du contre-point et la mesure Des semibreves accorder, De feindre la voix, de monter, Et deschanter à rebours [E. DESCH., Poésies mss. f° 311, dans LACURNE]
    Il estoit miste gent et sade, Il entendoit son contre-point [VILLON, Repues franches.]
  • XVIe s.
    L'artillerie adonc ne faillit point à dechanter un si hault contre-point Qu'on n'ouit onc musique de la sorte [J. MAROT, p. 32, dans LACURNE]
    Il voulut commencer par un certain prelude, Plein de beaucoup de grace et de beaucoup d'estude, D'excellents contrepoints simples et figurez, Des meslanges de sons vistes et moderez [, Amours de Tristan, p. 208, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. cantus contrapunctus ; ital. contrappunto ; de contre (voy. CONTRE), et point (voy. POINT), parce que, les notes étant figurées par des points sur la portée, ce sont réellement des points contre des points.

CONTRE-POINT2

(kon-tre-poin) s. m.
Terme de marine. Bout de ralingue ajouté aux points des voiles sur la ralingue même, pour la renforcer.