convent

convent

[ kɔ̃vɑ̃] n.m. [ mot angl., du lat. conventus, convention ]
Assemblée générale de francs-maçons.

CONVENT

(kon-van) s. m.
Ancienne forme pour couvent.
Quelques femmes galantes donnent aux convents et à leurs amants, galantes et bienfaitrices [LA BRUY., III]
(Walckenaer remarque en note que les éditions modernes ont corrigé en couvent).
Il lui expliqua fort au long ce que c'était qu'un couvent ou un convent ; que ce mot venait du latin conventus, qui signifie assemblée [VOLT., l'Ingénu, ch. VI]
En franc-maçonnerie, réunion de délégués de toutes les loges du pays. Ce convent-ci a été tiré directement de l'anglais convent (par les loges du rite écossais), qui signifie réunion, et qui d'ailleurs est le mot français.

convent

CONVENT. n. m. Assemblée générale de francs-maçons.

convent

Convent, Coenobium.

Convent de vierges, Parthenones. B.

convent


*CONVENT, Écrivez et prononcez Couvent. L'étymologie autorisait le premier, Conventus, et Voiture décide que c'est ainsi qu'il faut dire. L'Acad. l'avait décidé de la sorte, dans la première édit. de son Dictionaire. Dans les suivantes, elle se contente de dire que quelques-uns écrivent Couvent. Enfin, dans la dernière, elle ne dit que celui-ci. — M. De la Monnoie trouvait qu'il y avait lieu d'être étoné que tout le monde, sans exception, prononçant Couvent, d'habiles Professeurs de la Langue aimassent mieux écrire Convent, quoiqu'ils demeurassent d'acord qu'on doit prononcer Couvent. C'était un éfet de la vieille habitude, dont les Savans, plus que les aûtres, ont peine à se défaire. Il n' y en a plus aujourd'hui qui luttent contre l'usage.
   Cependant, quoiqu'on dise Couvent, on écrit et on prononce Conventualité, Conventuel, et non pas, Couventualité, Couventuel.