copiste

(Mot repris de copistes)

copiste

n.
1. Personne qui copiait des manuscrits avant l'invention de l'imprimerie : Les copistes du Moyen Âge étaient des moines.
2. Personne qui copie de la musique.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

COPISTE

(ko-pi-st') s. m.
Celui qui copie. Un bon copiste.
Et le copiste [de musique] Jean-Jacques, prenant dix sous par page de son travail pour s'aider à vivre, est un Juif que son avidité fait universellement mépriser [J. J. ROUSS., Dial.]
Ceux qui écrivaient les livres dans l'antiquité et au moyen âge.
En parlant des littérateurs et des artistes, celui qui imite, qui n'a point d'originalité. Ce n'est qu'un copiste.
Nous ne sommes déjà que les traducteurs de leurs romans [des Anglais] ; n'avons-nous pas assez baissé pavillon devant l'Angleterre ? C'est peu d'être vaincus, faut-il être copistes ? [VOLT., Lett. Mme d'Argental, 18 oct. 1760]
Les élèves de Raphaël et des Caraches n'en ont pas été les copistes ; mais, dans leurs tableaux, on reconnaît le génie de leur école, la touche, le dessin, la couleur de leur maître, la manière de composer [MARMONT., Élém. litt. Œuvres, t. VIII, p. 199, dans POUGENS]
Par extension, celui qui imite une autre personne.
L'assemblée des animaux se moqua de ces deux mauvais copistes [le singe et le perroquet] de l'homme [FÉN., XIX, 75]
Il a, dit-on, choisi Cléon pour son modèle ; Il est son complaisant, son copiste fidèle [GRESSET, Méchant, I, 1]
Titre que prenaient les chanceliers des abbayes.

ÉTYMOLOGIE

  • Copier.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

copiste

COPISTE. n. des deux genres. Celui, celle qui copie en quelque genre que ce soit. Un bon, un excellent copiste. Un mauvais copiste. Copiste de musique. C'est une faute de copiste. Dépourvu d'invention, il s'est fait le copiste de cet auteur, de ce peintre, etc. Un froid, Un insipide copiste.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

copiste

Copiste, Antigrapharius.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

copiste


COPISTE, s. m. Celui qui copie, en quelque genre que ce soit. On le dit d'un Écrivain, d'un Peintre, etc. au propre, et au figuré. Voyez COPIE, et COPIER.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Traductions

copiste

כותב (ז), מעתיק (ז), כּוֹתֵב

copiste

copier

copiste

抄写员

copiste

抄寫員

copiste

[kɔpist] nmfcopyist, transcriber
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005