couperose

couperose

n.f. [ du lat. cupri rosa, rose de cuivre ]
Coloration rouge du visage, due à une dilatation des vaisseaux capillaires.

COUPEROSE1

(kou-pe-ro-z') s. f.
Nom ancien de divers sulfates : couperose verte, sulfate de fer ; couperose blanche, sulfate de zinc ; couperose bleue, sulfate de cuivre.

REMARQUE

  • Dans une Déclaration du roi, nov. 1640, il est masculin : couperose blanc, couperose vert. Et un peu plus loin il est écrit : compros vert, compros blanc.

HISTORIQUE

  • XIVe s.
    Lors le convient oster du feu et mettre la couperose et gomme [, Ménagier, II, 5]
  • XVIe s.
    Matthiole conseille de donner de la coupperose dissoute en eau rose, parce qu'elle fait vomir et suer et asseller [PARÉ, XXIV, 27]
    La cataracte ou taie des yeux se fond par la subtile poudre de sucre candi, de tuthie, de couperoze blanche [O. DE SERRES, 897]

ÉTYMOLOGIE

  • Espagn. caparrosa ; ital. copparosa ; angl. copperas. La forme anglaise paraît indiquer que ce mot, d'origine allemande, représente Kupfer-asche, cendre de cuivre, chaux de cuivre, de Kupfer, cuivre, et Asche, cendre ; bien qu'on ne trouve pas dans les dictionnaires Kupferasche (on y trouve Bleiasche, chaux de plomb), le mot a pu venir en France d'un dialecte allemand des pays limitrophes.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    1. COUPEROSE. - ÉTYM. Ajoutez : Diefenbach (Glossarium latino-germanicum mediae et infimae aetatis) rapporte trois formes germaniques, coperock, kupfferrauch, copperrait, et l'anc. angl. coporouse. Diez, au mot copparosa, le dérive de cupri rosa. Néanmoins le mot reste obscur ; car, sans parler des formes germaniques citées par Diefenbach, on ne voit pas jusqu'à présent comment rosa aurait été appliqué à une substance qui n'est ni rouge ni rose.

COUPEROSE2

(kou-pe-ro-z') s. f.
Terme de médecine. Inflammation chronique et non contagieuse des glandes cutanées de la face, caractérisée par des pustules peu étendues, séparées, environnées d'une aréole rosée.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Parquoy, pour guarir sa couperose, on luy appliqueroit un vesicatoire fait de cantharides, sur toute la face, à fin d'attirer la matiere des boutons [PARÉ, XXIII, 36]
    Contre la couperoze, autrement ditte goutte-roze, ces remedes seront emploiés [O. DE SERRES, 966]

ÉTYMOLOGIE

  • La couperose médicale est rouge ; comment a-t-elle pris son nom de la couperose minérale, qui est bleue ou verte ? Est-ce par une méprise sur la finale rose et par l'idée de cuivré qui est dans couperose ? Est-ce par une corruption de goutte-rose en couperose ? Couperose, au sens médical, tient-il à coprose (voy. ce mot), un des noms vulgaires du coquelicot ? Ces questions restent non résolues.

couperose

COUPEROSE. n. f. Ancien terme de Chimie. Nom donné à différents sulfates métalliques. Couperose verte, Sulfate de fer. Couperose blanche, Sulfate de zinc. Couperose bleue, Sulfate de cuivre.

Il signifie, en termes de Médecine, Maladie dont le siège principal est le visage, et qui est caractérisée par des pustules peu étendues, plus ou moins dures, et entourées d'une aréole rose.

couperosé

COUPEROSÉ, ÉE. adj. T. de Médecine. Qui est atteint de couperose. Il a le visage couperosé. Cette femme est toute couperosée.

couperose

Couperose, Chalcanthum.

couperosé

Visage couperosé, Facies rubicunda, Colore Bacchico tincta.

couperôse


COUPERôSE, s. f. COUPEROSÉ, ÉE, adj. [Kou-perôze, rozé, zé-e: 2e e muet au 1er, 3e lon. au 1er: 4e e muet au 1er, é fer. aux deux aûtres, long au dern.] La Couperôse est la même chôse que le vitriol martial. — Couperosé, se dit du visage gâté de bourgeons et de rougeurs, et des persones qui ont le visage ainsi enflamé; elle a le visage couperosé; elle est toute couperosée.

Traductions

couperose

rosacea