couvert

1. couvert, e

adj. [ p. passé de couvrir ]
1. Qui est abrité : Piscine couverte.
2. Qui porte un vêtement pour se protéger du froid, de la pluie : Tu n'es pas assez couvert habillé
À mots couverts,
de manière allusive, en termes voilés : Elle m'a fait comprendre la situation à mots couverts clairement, explicitement
Ciel couvert, temps couvert,
ciel nuageux, temps caractérisé par un tel ciel.

2. couvert

n.m. [ de couvrir ]
1. Ensemble des accessoires de table, mis sur la table à la disposition de chaque convive : Mets un couvert de plus. Un lave-vaisselle de douze couverts.
2. (Souvent au pl.) Chacun des ustensiles (couteau, fourchette, cuillère) dont on se sert pour manger ; ensemble formé par la combinaison de ces ustensiles : Les couverts sont dans le tiroir.
3. Litt. Massif d'arbres qui donne de l'ombre et un abri : Se réfugier sous le couvert.
À couvert, à couvert de,
en sécurité, à l'abri de : Le capitaine ordonna à ses hommes de rester à couvert. Se mettre à couvert du vent.
Mettre le couvert,
mettre sur la table la vaisselle nécessaire au repas.
Remettre le couvert,
Fam. recommencer ce qu'on vient de faire.
Sous le couvert de,
Litt. sous la responsabilité de qqn ; sous l'apparence de qqch : Agir sous le couvert de ses supérieurs. Sous le couvert de la plaisanterie, elle lui a dit quelques vérités.

COUVERT2

(kou-vêr ; le t ne se lie pas ; un couvêr épais ; au pluriel, l's ne se lie pas : des cou-vêr épais ; cependant plusieurs lient : des kou-vêr-z épais) s. m.
Logis où l'on est couvert des intempéries.
Qu'en peu de jours il eut au fond de l'ermitage Le vivre et le couvert : que faut-il davantage ? [LA FONT., Fab. VII, 3]
Des hommes ayant souvent à peine le couvert et la pâture [VOLT., Mœurs, 144]
On donne le couvert à des passants embarrassés de leur gîte [J. J. ROUSS., Ém. V]
La solitude a préparé à l'oiseau le vivre et le couvert [CHATEAUB., Génie, I, V, 7]
À Dieu ne plaise, dit le lévite, que je loge chez un peuple infidèle, et qu'un Cananéen donne le couvert à un ministre du Seigneur [J. J. ROUSS., Lév. d'Éphr. ch. II]
Terme de blason. Château ou tour avec un comble.
Terme de fortification. Ouvrage défendu par un autre. Glacis qui sert de parapet au grand chemin des rondes.
Ombrage que donne un massif d'arbres. Ce jeune bois donne un beau couvert.
Ces boutures de peupliers et des épines qui, après avoir pris racine, ont fait un peu de couvert [BUFFON, Exp. sur les végét. 2e mém.]
Sous le couvert, avec une enveloppe qui porte l'adresse d'un tiers.
Je supplie V. A. R. d'adresser les ordres sous le couvert de M. du Breuil [VOLT., Lett. Prusse, 12]
On m'a déjà adressé quelques volumes sous le couvert du général Miollis [P. L. COUR., Lett. II, 16]
Fig. Sous le couvert de l'amitié, en prenant les dehors de l'amitié. Sous le couvert des formes judiciaires, en usant loyalement ou déloyalement des formes qu'imposent les lois.
À couvert, loc. adv.
Les troupeaux ne pouvaient trouver d'étables pour être mis à couvert [FÉN., Tél. I]
Fig.
Ma fourbe est à couvert, l'autre a tout avoué [MAIR., Soliman, III, 9]
Il n'est pas de ces rois qui, loin du bruit des armes, Sous des lambris dorés donnent ordre aux alarmes, Et, traçant en repos d'ambitieux projets, Prodiguent à couvert le sang de leurs sujets [CORN., Victoires du roi.]
Mettre à couvert son honneur [LA FONT., Contr.]
Pour savoir, dites-vous, si Jansénius est à couvert, il faut savoir s'il défend la grâce efficace à la manière de Calvin [PASC., Prov. 18]
Afin de vous mettre par là à couvert du côté des juges [ID., ib. 13]
Voilà tout ce qu'on peut souhaiter pour mettre l'honneur à couvert [ID., ib. 7]
Cette définition vous met fort à couvert [SÉV., 442]
Pour mettre la conscience à couvert [BOSSUET, Var. 7]
On mettait à couvert la faiblesse et l'innocence [MASS., Prière, 2]
Mettre son bien, sa fortune à couvert, les garantir contre les dangers de les perdre, contre des répétitions qui pourraient les compromettre. Voyant ses affaires embarrassées, il a mis la dot de sa femme à couvert.
On leur permet de mettre une partie de leur bien à couvert [PASC., Prov. 8]
Mazarin prit ses mesures pour mettre à couvert ses richesses [VOLT., Louis XIV, 6]
Terme de commerce. Être à couvert, avoir des garanties sûres pour les avances faites à quelqu'un.
À couvert de, loc. prépos. Dans une situation où l'on est couvert, et défendu contre quelque chose. Être à couvert du canon.
Une tente où l'on pourra se mettre à couvert de tout [SÉV., 435]
Vous qui mettez sa tête à couvert de la foudre [CORN., Hor. V, 3]
C'est attendre l'issue à couvert de l'orage [ID., Pulch. III, 1]
La vengeance dont Dieu avait voulu les mettre à couvert [BOSSUET, Hist. II, 9]
Fig.
Je veux me voir en vous renaître de ma cendre, Et, par vous à couvert des outrages du temps, Commencer à mon âge un règne de cent ans [ROTR., Vencesl. I, 1]
....Nous, à couvert de toutes ses poursuites, De ce coup hasardeux ne craindrons point les suites [MOL., l'Étour. III, 7]
Quand on est faite comme vous, on doit être à couvert de toutes ces sortes de craintes [ID., Festin de P. II, 2]
Il entre [dans la rivière], et son cheval le met à couvert des voleurs, mais non de l'onde noire [LA FONT., Fabl. VIII, 23]
Je me crois à couvert des rhumatismes [SÉV., 282]
Dans ces refuges où la pudicité est à couvert des tentations du désespoir et de l'indigence [FLÉCH., Panég. II, p. 321]
Étant seul à couvert des traits de la satire [BOILEAU, Sat. IX]
Votre vertu vous met à couvert du trépas [RAC., Théb. II, 2]
On y est [dans la vertu] du moins à couvert des dégoûts du monde et des passions [MASS., Car. Dégoûts.]
La vertu la plus entière n'est plus à couvert de la contradiction des langues [ID., ib. Pet. nombre des Élus.]
Que n'opposez-vous pas pour vous mettre à couvert de ce devoir ? [ID., ib. Mot. de conv.]
Elle mit à couvert de la contagion le trésor de la grâce [ID., Av. Conc.]
Pour mettre son héros à couvert de surprise [VOLT., Catil. II, 1]
Dans un tout autre sens, à couvert de, protégé par. Le régiment était à couvert d'un bois.
À couvert de sa mauvaise mine [SÉV., 498]
Il n'a songé qu'à se mettre à couvert de Rome [BOSSUET, Lett. quiét. 464]

SYNONYME

  • À COUVERT, à L'ABRI. À l'abri ajoute une idée de protection qui n'est pas dans la locution à couvert. Celui qui est à couvert est simplement couvert ; celui qui est à l'abri est protégé, défendu, garanti.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Il deit jurer sur sains que il n'a, ne autre por lui, dou sien à covert ne à descovert, de quei il li puisse fere que plege.... [, Ass. de J. I, 192]
    Meson en laquele ele doit avoir le covert por son cors garder et garantir [BEAUMANOIR, XXX, 100]
  • XVIe s.
    S'estant jecté hors du couvert d'un moulin à vent [MONT., I, 49]
    Il ne change, pour hyver et temps qu'il face, le mesme bonnet qu'il porte au couvert [ID., I, 260]
    Nul moyen de loger à couvert ses blecez [ID., I, 356]
    Il le fit lever, lui priant de lui donner le couvert pour cette nuit. - Endurez que je demeure ici à couvert, attendant qu'il soit jour [DESPER., Contes. XLIII]
    Un grand couvert [hangar] comme hale de marché, y sera dressé [O. DE SERRES, 21]
    Ce que les veneurs en leurs termes appellent couvert, l'opposans à la campagne [PITHOU, Coust. de Troyes, p. 535, dans LACURNE]
    Ô combien de biens faits obmis, et de mechancetez se commettent sous le couvert des formes, lesquelles l'on ne sent pas [CHARRON, Sagesse, p. 43, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Couvert 1 ; provenç. cubert ; portug. coberta ; ital. coperto.

COUVERT3

(kou-vêr ; le t ne se lie pas ; un couvert élégant ; dites : un kou-vêr élégant ; au pluriel, l's ne se lie pas : des kou-vêr élégants ; cependant plusieurs lient : des kou-vêr-z élégants) s. m.
Ce dont on couvre une table, nappe, assiettes, cuillers, fourchettes, etc. avant de servir les mets.
On apporte la nappe et l'on met le couvert [RÉGNIER, Sat. X]
La vieille.... met le couvert [LA FONT., Fauc.]
Sur un tapis de Turquie Le couvert se trouva mis ; Je laisse à penser la vie Que firent ces deux amis [LA FONT., Fabl. I, 9]
Mais, que vois-je ! de bons amis Que rassemble un couvert bien mis [BÉRANG., Acad. et Cav.]
Grand couvert, repas qu'un monarque fait en public avec un certain cérémonial.
Mais je vois en pitié le Crésus imbécile Qui jusque dans les champs me transporte la ville ; Avec pompe on le couche, on l'habille, on le sert, Et Mondor au village est à son grand couvert [DELILLE, Homme des ch. I]
Petit couvert, repas sans cérémonie des rois et princes.
Elles [les princesses] mangèrent à leur petit couvert [VOLT., Babyl. 4]
L'assiette, la serviette, la cuiller, la fourchette, le couteau et le verre de chaque convive. Mettez un couvert pour Monsieur.
Il y avait dans un coin cinq ou six couverts où se mettaient tantôt les unes [des princesses] tantôt les autres, mais qui n'étaient tenus par personne [SAINT-SIMON, 32, 121]
Alexandre dressa pour le festin une tente qui contenait cent tables, où par conséquent il pouvait y avoir neuf cents couverts [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 191, dans POUGENS]
On lui apporta un couvert ; il se jeta d'abord sur l'omelette avec tant d'avidité qu'il semblait n'avoir mangé de trois jours [LESAGE, Gil Blas, I, 2]
Avoir toujours son couvert mis chez quelqu'un, être certain qu'on y sera toujours reçu à dîner.
La cuiller et la fourchette réunies. Une douzaine de couverts d'argent à filet.
Étui garni d'un couvert et du couteau. Couvert de vermeil. Il porte toujours son couvert en voyage.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Messire Gautier de Passac et messire Guillaume de Lignac demourerent avec les chevaliers et les menerent en une belle chambre où on avoit couvert pour disner [FROISS., II, III, 85]
    Madame ma mère vit que l'on servait madame la Dauphine à couvert, et madame la duchesse de Bourgogne point [DE LABORDE, Émaux, p. 232]
    Quand madame la duchesse mangeoit là où monsieur le Dauphin estoit, l'on ne la servoit point à couvert, et ne faisoit on pas d'essay devant elle, mais beuvoit en sa coupe sans couvrir [DE LABORDE, ib.]
  • XVIe s.
    Puis furent amenez en la grande sale, qu'ils trouverent si riche parée, et le couvert de quatre longues tables si bien ordonné que.... [CARL., V, 12]

ÉTYMOLOGIE

  • Couvert 1 ; bourguig. couvar. Mettre le couvert se disait ainsi parce que, aux tables des rois et des princes, les plats, hanaps, salières avaient un couvercle, sorte de garantie extérieure contre l'empoisonnement ; de là couvert a pris le sens des assiettes, fourchette, cuiller, couteau, qu'on met devant un convive, et plus particulièrement encore, de la fourchette et de la cuiller.

couvert

COUVERT. n. m. La nappe avec les serviettes, les couteaux, les cuillers, etc. dont on garnit une table pour un repas. Mettre le couvert. Ranger le couvert. Ôter le couvert.

Il désigne plus particulièrement l'Assiette, la serviette, etc., qu'on sert pour chaque personne. Donnez-moi mon couvert. Une table de vingt-quatre couverts.

Avoir toujours son couvert mis dans une maison, chez quelqu'un, Être certain qu'on y sera toujours reçu à table comme un ami de la maison.

Il se dit aussi d'un Étui garni d'une Cuiller, d'une fourchette et d'un couteau. Il emporte toujours son couvert à la campagne, en voyage.

Il se dit encore d'une Cuiller et d'une fourchette réunies. Une douzaine de couverts d'argent, de ruolz. Couvert de vermeil.

Il signifie, de plus, Logement, abri, et, dans cette acception, il s'emploie seulement avec l'article défini le. Donner le couvert à quelqu'un Il n'y est pas nourri, il n'a que le couvert. Il y a le vivre et le couvert.

Il se dit aussi d'un Lieu planté d'arbres qui donnent de l'ombre. Il y a un couvert dans ce jardin. Mettons-nous sous ce couvert.

Il signifie en outre Enveloppe adresse d'un paquet. Cela est arrivé franc de port sous le couvert du ministre.

Fig., Sous le couvert de, En prenant l'enveloppe, les dehors de... Il accomplit toutes ces trahisons sous le couvert de l'amitié, sous le couvert de l'intérêt qu'il prétend nous porter. Ces odieuses persécutions eurent lieu sous le couvert de la justice.

À COUVERT DE, loc. prép., et absolument À COUVERT, loc. adv., se disent en parlant d'un Lieu où l'on peut se garantir des intempéries ou de tout danger. Être à couvert de l'orage, de la pluie. Il ne craint point le mauvais temps, il est à couvert. Il s'est mis à couvert. Être à couvert du danger, à couvert des obus. Être à couvert d'un bois, d'un marais d'une rivière, etc., Être protégé, garanti par un bois, un marais, etc. Fig., Être à couvert de ses ennemis. Être à couvert de la nécessité. Mettre sa réputation à couvert de tout soupçon. Son honneur est à couvert.

En termes de Commerce, Être à couvert, Avoir des garanties sûres pour les prêts ou les avances que l'on a faits à quelqu'un.

couvert

Couvert, m. Tantost est participe, Coopertus, Tantost est nom substantif et signifie ores une contrée pleine d'arbres et buissons dont l'opposite est ce mot Campagne, qui est rase et descouverte: et ores l'appareil de la table du Roy, et des Princes pour leur disner ou souper, voyez Champagne.

couvert


COUVERT, ERTE, adj. COUVERT, s. masc. [2e ê ouv. 3e e muet au 2d.] I. Couvert, adj. se dit au figuré en plusieurs sens. Enemi couvert, dissimulé. — Mots couverts, ou paroles couvertes, (le 1er est le meilleur) ambigus. — Vin couvert, d'une couleur chargée. — Pays couvert, rempli de bois, d'arbres, etc. Chemin couvert. Voy. CHEMIN. = Servir quelqu'un à plats couverts, lui rendre de mauvais ofices en secret. * M. Retif dit, un air couvert, pour, un air sombre. "Il entra d'un air un peu couvert. L'usage n'a point admis ce sens là.
   II. COUVERT, subst. est 1°. La nape avec les serviètes, assiètes, couteaux, fourchettes, cuillers, salières, etc. dont on coûvre la table et le bufet. "Mettre le couvert, * et non pas mettre la table, comme on dit en certaines Provinces. = 2°. Il se prend plus particulièrement pour l'assiète qu'on met pour chaque persone. "Une table à dix, à vingt couverts. = 3°. Retraite, logement. Doner le couvert à quelqu'un. "Il n'est pas nourri dans cette maison; il n'y a que le couvert. = 4°. Lieu planté d'arbres, qui donent de l'ombre. "Il n'y a point de couvert dans ce jardin: alons chercher le couvert. = À~ couvert, adv Dans un lieu, où l'on peut se garantir des injures du temps. Il régit le génitif (la prép. de): à couvert de la pluie, du canon, de la mousqueterie, etc. ou il se dit sans régime: être à couvert, se mettre à couvert. Mettre son bien, ses éfets à couvert, les cacher. — On le dit figurément, pour dire, en sûreté. "À~ couvert de ses énemis, de la nécessité: Mettre son honeur à couvert, etc.
   5°. Couvert, envelope d'une lettre. "Je lui ai écrit sous le couvert de l'Ambassadeur. — L'Acad. ne met pas ce sens du mot Couvert. — À~ Marseille on dit, sous le pli, style mercantile.

Synonymes et Contraires

couvert

adjectif couvert
1.  Qui est protégé.
2.  Qui s'obscurcit.
Traductions

couvert

(kuvɛʀ)
nom masculin
1. ce que l'on met sur une table pour le repas mettre le couvert
2. fourchette, couteau, cuiller des couverts d'argent
3. objets de table pour une personne ajouter un couvert

couvert

(kuvɛʀ)

couverte

Gedeck, Service, Kuvert, bedecktovercast, forks, knivesandspoons, cutlery, forks, knives and spoons, cloudy, indoorbestek, tafelgerei, couvert, eetgerei, overdekt, bewolkt, bedekt, gedekt, gekleed, met een hoed op, dekmantelאביך (ת), בלוע (ת), חפוי (ת), כלי שולחן (ז״ר), כסוי (ת), לוט (ת), מחופה (ת), מכוסה (ת), מעולף (ת), מעונן (ת), מערכת כלי שולחן (נ), סכו״ם (ז), סכוך (ת), ספון (ת), עוטה (ת), עטוי (ת), כְּלֵי שֻׁלְחָן, לוּט, סַכּוּ״ם, סָכוּךְ, סָפוּןskottelgoedmanĝilarocubierto, encapotadospisebestikk, overskyetνεφοσκεπής, στέγηcoperto, soffuso, vestitoمُعْتِمoblačnýoverskyetpilvinenoblačan曇った잔뜩 흐린przygnębionynubladoзатянутый облакамиmulenมีเฆมมากbulutluu ám阴天的 (kuvɛʀt)
adjectif
1. qui a sur lui un pantalon couvert de boue
2. avoir des vêtements chauds
3. temps nuageux
4. piscine qui a un toit

couvert

[kuvɛʀ, ɛʀt]
pp de couvrir
adj
[ciel] → overcast
(= coiffé d'un chapeau) → wearing a hat
(= habillé) bien couvert → well wrapped up, warmly dressed
couvert de → covered with, covered in
Cet arbre est couvert de fleurs au printemps → This tree is covered with blossom in the spring.
Le chien est revenu couvert de boue → The dog came back covered with mud., The dog came back covered in mud.
nm
(pour le repas)place setting (= place à table) → place; (au restaurant: supplément)cover charge
mettre le couvert → to lay the table
(autres locutions) à couvert → under cover
sous le couvert de → under the shelter of (fig)under cover of couverts
nmpl (places)place settings; (couteaux et fourchettes)cutlery sg