croix


Recherches associées à croix: Croix Rouge

croix

n.f. [ lat. crux ]
1. Instrument de supplice formé d'un poteau et d'une traverse de bois, où l'on attachait et clouait les condamnés à mort ; ce supplice : Spartacus mourut sur la croix.
2. (Avec une majuscule) Cet instrument, sur lequel Jésus-Christ fut crucifié, selon l'Évangile.
3. Représentation de la Croix, symbole du christianisme ; objet de piété, bijou figurant la Croix : Une croix de granit sur un calvaire breton. Une croix d'or.
4. Insigne, décoration en forme de croix, d'un ordre de mérite ou honorifique : Croix de guerre.
5. Signe graphique formé de deux traits croisés : Faire une croix dans la marge.
Croix de Lorraine,
à deux croisillons.
Croix-Rouge,
organisation internationale à vocation humanitaire, dont l'emblème est une croix rouge.
En croix,
à angle droit ou presque droit : Les bras en croix.
Faire une croix sur qqch,
y renoncer définitivement : Il a fait une croix sur ce voyage.
Porter sa croix,
supporter, endurer des épreuves.

CROIX

(kroî ; l'x se lie : une croî-z argentée) s. f.
Sorte de gibet où l'on attachait, dans l'antiquité, certains criminels. Le supplice de la croix.
Il le fit attacher en croix au pied du rocher [VAUGEL., Q. C. liv. VII]
Les haches et les croix sont lasses de trépas [ROTR., St Gen. II, 8]
Un soldat qui gardait les croix vit de la lumière dans le monument [SAINT-ÉVREMOND, Matrone d'Éphèse.]
Ils l'attachèrent à une croix qui était un supplice ordinaire chez les Carthaginois, et l'y firent périr [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 330, dans POUGENS]
La colère du roi n'étant pas encore assouvie, il fit voir un spectacle horrible aux yeux même des vainqueurs ; ces deux mille hommes étant restés du massacre, après qu'on fut las de tuer, il les fit attacher en croix le long du rivage [ID., ib. t. VI, p. 289]
À la croix, il [Jésus] regarde dans les prophéties ce qui lui restait à faire, il l'achève, et dit enfin : Tout est consommé [BOSSUET, Hist. II, 6]
Aussitôt qu'il [Jésus] fut à la croix, le voile qui couvrait le sanctuaire fut déchiré de haut en bas, et le ciel fut ouvert aux âmes saintes ; c'est au sortir de la croix et des horreurs de son supplice qu'il parut à ses apôtres, glorieux et vainqueur de la mort, afin qu'ils comprissent que c'est par la croix qu'il devait entrer en la gloire et qu'il ne montrait point d'autre voie à ses enfants [ID., ib.]
La croix est la vraie épreuve de la foi, le vrai fondement de l'espérance, le parfait épurement de la charité, en un mot le chemin du ciel ; Jésus-Christ est mort à la croix, il a porté sa croix toute sa vie ; c'est à la croix qu'il veut qu'on le suive, et il met la vie éternelle à ce prix [ID., ib.]
Et, d'une infâme croix souffrant l'ignominie, Doit la mort aux ingrats qui lui devront la vie [DELILLE, Par. perdu, XI]
Le bois même où Jésus-Christ fut attaché. La vraie, la sainte croix. Invention de la sainte croix, Exaltation de la sainte croix, nom de deux fêtes que l'Église romaine célèbre : la première le 3 mai, en mémoire de ce que sainte Hélène, mère de Constantin, trouva la vraie croix ; la seconde le 14 septembre, en mémoire de ce que Héraclius rapporta sur le Calvaire la vraie croix enlevée quatorze ans auparavant par Cosroès roi de Perse. Fig. Mettre une injure, une disgrâce, son ressentiment au pied de la croix, se résigner, pardonner pour l'amour de Dieu.
Par extension, le christianisme. Faire triompher la croix. L'étendard de la croix.
La prédication du mystère de la croix est folie à ceux qui périssent et ne paraît un effet de la puissance de Dieu qu'à ceux qui se sauvent, c'est-à-dire à nous [BOSSUET, Hist. II, 11]
Un ouvrage [le monde] dont il [l'homme] entendait la sagesse ne l'a point touché ; un ouvrage lui est présenté où son raisonnement se perd, et où tout lui paraît folie, c'est la croix de Jésus-Christ [ID., ib.]
La conversion du monde ne devait être l'ouvrage ni des philosophes ni même des prophètes ; il était réservé au Christ, et c'était le fruit de sa croix [ID., ib.]
Constantin devenu la conquête de la croix [MASS., Pet. car. Drap.]
Paris va révérer le martyr de la croix [VOLT., Zaïre, II, 3]
Quand la croix, si honteuse et si dure aux pervers, N'aurait pas subjugué le perfide univers, à sa morale seule on la croirait divine [BERNIS, Relig. vengée, X]
Terme de dévotion. Affliction que Dieu envoie aux hommes pour les éprouver.
Aussi le corps se plaint, le corps gémit sans cesse, Accablé sous les moindres croix [CORN., Imit. I, 21]
La loi la plus propre à l'Évangile est celle de porter sa croix [BOSSUET, Hist. II, 6]
Jésus ne promet que des afflictions et des croix [ID., Serm. Sept.]
Les croix que Dieu nous envoie [ID., Souff. 2]
Leurs croix leur sont insupportables [FLÉCH., Serm. I, 95]
On a bien de la peine à se convaincre de la bonté avec laquelle Dieu accable de croix ceux qu'il aime [FÉN., XVIII, 430]
Les dégoûts du monde sont des croix forcées qui nous viennent sans nous consulter [MASS., Car. Dégoûts.]
Porter les croix que sa bonté nous ménage [ID., Av. Affl.]
Un lien mal assorti devient votre croix de tous les jours [ID., ib.]
Il faut trouver le secret de porter sa croix [ID., Car. Samar.]
Le monde nous fournit des croix et des afflictions [ID., ib. Mot. de conv.]
Chacun a sa croix, chacun a ses peines, ses souffrances.
Simulacre représentant la croix de Jésus-Christ. Élever, planter une croix. Porter une croix.
Tandis qu'il assiégeait Maxence dans Rome, une croix lumineuse lui parut en l'air devant tout le monde avec une inscription qui lui promettait la victoire.... Le lendemain il gagna cette célèbre bataille qui défit Rome d'un tyran et l'Église d'un persécuteur ; la croix fut étalée comme la défense du peuple romain et de tout l'empire [BOSSUET, Hist. I, 11]
Jusqu'au jour, où des morts perçant la voûte sombre, Une voix, dans le ciel les appelant sept fois, Ensemble éveillera ceux qui dorment à l'ombre De l'éternelle croix [LAMART., Méd. 22]
Il fallut de longs efforts pour arracher à la tour du Grand-Yvan [au Kremlin] sa gigantesque croix ; l'empereur voulait qu'à Paris le dôme des Invalides en fût orné [SÉGUR, Hist. de Nap. VIII, 10]
Aller, marcher avec la croix et la bannière, se dit d'une solennité ecclésiastique, quand, en procession et avec la croix et la bannière de l'église, on va recevoir un grand dignitaire de l'église, un évêque, un cardinal, etc. Fig. Aller au-devant de quelqu'un avec la croix et la bannière, aller à sa rencontre, le recevoir avec beaucoup d'appareil. Il faut aller le chercher avec la croix et la bannière, se dit de celui avec lequel on est obligé de faire de grandes cérémonies Terme de jurisprudence des temps barbares et aussi du moyen âge. Jugement de la croix, jugement qui se faisait par la croix, sans qu'on sache exactement en quoi l'épreuve consistait ; cependant les érudits pensent que celui qui subissait ce jugement était mis au pied d'une croix, les bras étendus en croix, et qu'il était condamné s'il ne pouvait garder cette position un temps déterminé ou aussi longtemps que son adversaire.
Charlemagne ordonna que, s'il survenait quelque différend entre ses enfants, il fût terminé par le jugement de la croix ; Louis le Débonnaire borna ce jugement aux affaires ecclésiastiques [MONTESQ., Esp. XXVIII, 18]
Croix qu'on élevait autrefois aux lieux où était arrivé un accident, où s'était commis un assassinat. Croix de Saint-André ou croix de Bourgogne, croix en forme d'X. Dans la charpente, croix de Saint-André se dit de l'assemblage de poteaux ou de pièces de bois qui se coupent diagonalement et qui arc-boutent les pièces d'un pan de charpente. Croix de Saint-André s'est dit de pièces de bois disposées en croix de Saint-André sur lesquelles le bourreau étendait le criminel qu'il allait rouer. Croix de Saint-André se dit du pavage d'une place à laquelle aboutissent quatre rues. Dans la marine, croix de Saint-André se dit d'une forte sangle placée quelquefois en sautoir sur l'avant de la misaine pour la fortifier. Croix grecque, croix dont les quatre branches sont d'égale longueur. Croix latine, croix dont la branche inférieure est plus longue que les trois autres. Une église est bâtie en croix grecque, en croix latine, quand elle représente une croix grecque, une croix latine : le plan de l'église de Sainte-Geneviève à Paris est une croix grecque ; celui de l'église Notre-Dame est une croix latine.
Petit ornement, en forme de croix.
Cette croix dont cent fois mes soins vous ont parée, Peut-être entre vos mains est-elle demeurée Comme un gage sacré de la fidélité Que vous deviez au Dieu que vous avez quitté [VOLT., Zaïre, I, 1]
Croix pectorale, croix d'or, d'argent ou de diamants que les archevêques, évêques, etc. portent suspendue au cou. Prendre la croix, s'enrôler dans une croisade contre les Mahométans ou les hérétiques ; locution qui vient de ce que les croisés portaient sur leurs vêtements la figure d'une croix.
Tout le monde prit donc la croix et les armes [MONTESQ., Rom. 23]
Adémar de Monteil, évêque du Puy, demanda le premier à entrer dans la voie de Dieu et prit la croix des mains du pape ; plusieurs évêques suivirent son exemple.... tous les fidèles promirent de respecter les décisions du concile, et décorèrent leurs vêtements d'une croix rouge, de drap ou de soie ; ils prirent dès lors le nom de croisés [MICHAUD, Hist. des crois. I, an 1095]
Privilège de la croix, privilége qu'avaient les croisés de n'être pas poursuivis pour dettes, de ne pas payer d'intérêt des sommes à eux prêtées, de ne payer ni collectes ni tailles. Filles de la Croix, filles vivant en communauté dont l'occupation était de tenir des écoles chrétiennes et d'instruire les personnes de leur sexe ; l'institut est de 1265. Chanoines de la Sainte-Croix, chanoines réguliers fondés par Théodore de Celles en 1211, qui suivaient la règle de saint Augustin, qui étaient vêtus de blanc avec un scapulaire noir et une croix blanche et rouge par-dessus et qui, en chantant l'office au chœur, portaient l'aumusse noire.
Le signe de la croix, signe que les chrétiens font en portant la main au front, à la poitrine, puis à l'une et à l'autre épaule. Fig. Quand je le vis entrer, je fis un grand signe de croix, j'éprouvai de la surprise, de la peur.
Croix de par Dieu, croix de par Jésus, alphabet où l'on apprenait à lire aux enfants, ainsi dit parce que le titre est orné d'une croix, qui se nommait croix de par Dieu, c'est-à-dire croix faite au nom de Dieu.
C'est un homme qui sait la médecine à fond, comme je sais ma croix de par Dieu [MOL., Pourc. I, 7]
Ce siècle-là [de Louis XIV] est en tout supérieur au vôtre depuis l'astronomie jusqu'à la croix de par Dieu [P. L. COUR., Lett. II, 210]
Fig. Les commencements tout à fait élémentaires. Prétend-il nous renvoyer à la croix de par Dieu ? En être encore à la croix de par Dieu, être obligé de recommencer une affaire, quelque procédure mal faite. isposition en forme de croix. Les pétales des crucifères sont disposés en croix. Avoir, mettre les jambes en croix.
Il met ses bras en croix [PASC., Proph. 28]
Baiser les pouces en croix, faire les vœux les plus ardents pour le succès d'une affaire. La croix de l'épée, sorte de croix que formait la poignée des épées des chevaliers et que forme encore la poignée de l'épée quand on n'en considère que la partie horizontale et la partie perpendiculaire. Mariage sur la croix de l'épée, sorte de promesse militaire de mariage.
Il entre avec un homme à lui dans ce couvent, trouve Mlle de Vaubrun qui l'attendait, la prend, la met dans un carrosse, la mène chez M. de Gesvres, fait un mariage sur la croix de l'épée, couche avec elle, et, ce matin, dès la pointe du jour, ils ont disparu tous deux, et on ne les a pas encore trouvés [SÉV., t. IX, Lett. 871, p. 3, dans POUGENS]
Terme de botanique. Croix de Calatrava ou de Saint-Jacques, espèce d'amaryllis. Croix de chevalier de Jérusalem ou de Malte, ou, simplement, croix de Jérusalem, plante d'ornement. Croix de Saint-André, croisette velue. Croix de Lorraine, espèce de cactus.
Marque formée de deux traits croisés. Faire une croix au bas d'un acte quand on ne sait pas signer. Marquer quelque chose d'une croix. Fig. Il faut faire la croix, faire une croix à la cheminée, se dit quand quelqu'un fait quelque chose de singulier, qui ne lui est pas habituel, quand il commet une grosse sottise.
Quand nous serons à dix, nous ferons une croix [MOL., l'Étour. I, 11]
Faire une croix, se dit surtout quand on voit une personne entrer dans une maison où elle n'était pas venue depuis longtemps. Terme de musique. Signe qui marquait un trille. La croix ne s'emploie plus que dans la basse chiffrée pour indiquer les intervalles augmentés, etc.
10° Décoration de divers ordres de chevalerie. La croix de Malte, du Saint-Esprit, de Saint-Louis, de la Légion d'honneur.
Souvent ce lâche effronté Porte l'habit militaire Avec la croix au côté [BÉRANG., Judas.]
Mon fils le baron, Quoiqu'un peu poltron, Veut avoir des croix ; Il en aura trois [ID., Carabas.]
....Ailleurs de vieux guerriers, Échangeant pour du pain, en les baignant de larmes, Ces croix prix de leur sang et l'honneur de leurs armes [DELILLE, Homme des champs, IV, Var et add.]
Absolument, la croix, celle de la Légion d'honneur. Il a eu la croix pour une action d'éclat. S. m. Grand-croix, celui qui a le grade le plus élevé dans la plupart des ordres de chevalerie dont une croix est l'insigne.
Le corps du grand maître d'Aubusson fut porté à l'église Saint-Jean sur les épaules des principaux grand-croix [BOUHOURS, Hist. d'Aubusson, liv. VI]
Il [Renau] fut fait conseiller du conseil de marine et grand-croix de l'ordre de Saint-Louis [FONTEN., Renau.]
S. f. Grand'croix, la décoration même que portent les grand-croix. On assure qu'il va recevoir la grand' croix de la Légion d'honneur.
11° Le côté d'une pièce de monnaie opposé à la face et marqué autrefois d'une croix. Croix ou pile.
Sans croix ne pile et n'ayant rien en somme Qu'un vieil habit.... [LA FONT., Mazet.]
Croix ou pile, croix et pile, croix-pile, sorte de jeu de hasard où l'un des joueurs jette une pièce de monnaie en l'air, l'autre nommant le côté qu'il veut de la pièce et gagnant si la pièce tombée présente ce côté.
AEeas, en tout fort habile, Voulut qu'on jouât à croix-pile [SCARRON, Virg. trav. V]
Pesons le gain et la perte, en prenant croix que Dieu est [PASC., Moyens, 1]
Il y a un chaos infini qui nous sépare ; il se joue un jeu à cette distance infinie où il arrivera croix ou pile ; que gagnerez-vous ? Par raison, vous ne pouvez affirmer ni l'un ni l'autre ; par raison, vous ne pouvez nier aucun des deux [ID., Pensées, part. II, art. 3]
Supposons que l'on projette en l'air une pièce large et très mince dont les deux grandes faces opposées que nous nommerons croix et pile soient parfaitement semblables ; cherchons la probabilité d'amener croix une fois au moins en deux coups [LAPLACE, Essai philos. sur les probabilités, au commencement]
Je les jetterais à croix ou à pile, à croix et à pile, à croix-pile, se dit de deux choses dont le choix est indifférent.
12° Terme d'astronomie. Croix australe, croix du Sud, nom d'une constellation de l'hémisphère austral. Grande Croix, le carré de Pégase.
13° Latte croisée que les maçons et couvreurs suspendent au bout d'une corde quand ils font une réparation au haut de la maison.
Là je trouve une croix de funeste présage ; Et des couvreurs grimpés au toit d'une maison En font pleuvoir l'ardoise et la tuile à foison [BOILEAU, Sat. VI]
Croix géométrique ou bâton de Jacob, instrument composé d'un long bâton et d'un autre plus court mis en croix, dont les pilotes se servaient pour prendre les hauteurs. Terme de vénerie. Croix de cerf, petit cartilage en forme de croix, qui se trouve dans le cœur du cerf. Morceau de bois portant les têtes de chardon à carder.
14° Croix de mer, l'huître appelée manteau. Pierre de croix, nom d'une sorte de pierre.
M. Bucquet a donné à l'Académie un mémoire sur la pierre à qui sa configuration singulière a fait donner le nom de pierre de croix [CONDORCET, Bucquet.]
15° Terme de manége. Faire la croix à courbettes ou à ballottades, faire exécuter à un cheval des sauts, tels qu'ils simulent la figure d'une croix.
16° Terme de blason. La réunion du pal et de la fasce. La croix est une des douze pièces honorables de l'écu. Croix à degrés, celle dont le pied est posé sur une sorte d'escalier. Croix de Toulouse, croix vidée, tréflée et pommelée d'or, qui se met sur les armoiries qu'on prétend être descendues du ciel. Croix de Lorraine, croix qui a deux traverses ou croisillons.
17° Terme de marine. Forme que prennent les deux câbles d'un bâtiment affourché, lorsqu'en évitant il passe par-dessous le câble qui ne travaille pas. Être en croix, se dit des vergues brassées perpendiculairement à leurs mâts.

SYNONYME

  • CROIX, AFFLICTIONS. Croix est du langage de la dévotion et exprime les peines que Dieu envoie aux hommes pour les éprouver. Afflictions n'implique rien de pareil ; c'est le terme général qui indique les souffrances morales, sans se rapporter ni à une religion particulière ni à une dispensation de la Providence.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    [La lance] Dont nostre sire fut en la cruiz navret [, Ch. de Rol. CLXXIX]
  • XIIe s.
    Monnayers [nous] ferons querre, lues que [dès que] pourrons ainçois ; D'acier leur ferons faire angevins et mansois [monnaies] ; Du quint de nostre terre aurons piles et crois [, Sax. XXXIII]
  • XIIIe s.
    Et par la grace de Dieu si advint que li quens Thiebaus de Champaigne et de Brie prist la crois [VILLEH., II]
    Sachiez que la renommée de cil saint homme alla tant qu'ele vint à l'apostoille de Rome, Innocent, et l'apostoille envoya en France et manda al prodome que il empreschast des croiz [croisades] par s'autorité [ID., I]
    L'espieu jusqu'à la croi [il] lui fait au corps couler [, Berte, III]
    Dame Dieu, qui en croi fu pour nous estendus [, ib. XXIV]
    En croi sur l'herbe drue doucement [elle] se couchoit [, ib. XXVIII]
    Piteusement [elle] fait croi de ses bras sur son pis [, ib. XX]
    Ens en la sainte crois pour ton peuple sauver [, ib. XLIII]
    Li trahitres a pris à dire, Rist et fist crois en mi sa chiere [visage] [, Lai d'Ignaur]
    Coustume est en moult de liex qu'on fet crois de pierre ou de fust es quarrefors des quemins ou en autres liex [BEAUMANOIR, XXV, 24]
    Et lors frere Remon ala dire au roy, qui estoit en croiz sur le pont de la nef, tout deschaus, en pure cote.... [JOINV., 283]
    Et ont renoncié au privilege de croix prise ou à prendre [DU CANGE, crux.]
    Alors fu une croiserie [croisade] Dont on portoit la crois partie ; Les crois furent, si come semble, De blanc et de vermeil ensemble [ID., ib.]
    Et lors fist l'en un croisement, Dont on portoit la croix devant [ID., ib.]
  • XIVe s.
    [Que] Jehan, la vigile de l'ascension nostre Seigneur y portast un confanon ou baniere de l'eglise de Landricourt aux processions et crois, en la compaignie du curé et des gens d'icelle ville [DU CANGE, crux.]
    Le quel Jehan lui respondi qu'il renioit Dieu et la croix de Beleen, s'il mouroit jà par autres mains que par les siennes [ID., ib.]
    La premiere letanie en trois manieres est appelée, au premier letanie gregnour ; au secont est dite procession de sept fourmes, au tierz est dite croix noires [ID., ib.]
    Car la table estoit d'or ; en croix aloit ployant Par charnieres d'or fin qui bien furent seant [, Guesclin. 9095]
    Et dois savoir que si croix [barres faites en croix sur une écriture] y a.... [BOUTEILLER, Somme rural, p. 186, titre 30, dans LACURNE]
    Le moulin à vent et tout ce qui se meut et tourne à celuy moulin, est meuble ; et tout ce qui ne se tourne, c'est à sçavoir l'estache du moulin, l'estanfique et croix qui le porte, tout ce est heritage [ID., ib. titre 74, p. 431]
  • XVe s.
    Si se refroida grandement de cette croix [croisade] emprise et preschée, et contremanda ses officiers [FROISS., I, I, 63]
    Par despit [l'hôtelier] m'a dit : est-ce maniere De delivrer trois chevaulx la sepmaine Sans croix avoir ; vuidez, allez arriere ; Vous n'arez plus de moy ne foing n'aveine [E. DESCH., Poésies mss. f° 208, LACURNE]
    Là comptent hault, et ne leur chault du pris, Tant qu'il ne m'est demeuré croix ne pille [ID., ib. f° 275]
    À la porte de mon logis et de ma chambre me firent plus de cent croix blanches et des rymes contenant que.... [COMM., III, 6]
    Il lui fit bailler cinquante mil florins à la croix sainct André [COMM., III, 6]
    Le roy eut nouvelles de l'empereur qu'il avoit fait rafreschir ceulx de la dicte ville de Nuz.... et partant mist le dit duc de Bourgogne [qui l'assiégeait] à sa croix de par Dieu [le mit au même point qu'il était au commencement du siége] [, Chr. scandal. de Louis XI, p. 228, dans LACURNE]
    Quant à moi, je croy qu'on va plus à la court pour la croix d'or et d'argent [pièces de monnaie] que pour l'amour de celle de cedre et de cyprès où Dieu souffri mort [, le Jouvencel, f° 25, dans LACURNE]
    Se aucun damné [condamné] ou fuitif s'enfuit à l'eglise ou en cymitiere ou en lieu saint, ou si il s'aert [s'attache] à une croix qui soit fichée en terre, la justice laye le doit laisser en paix par le privilege de l'eglise, si qu'elle ne mette la main à luy [DU CANGE, crux.]
  • XVIe s.
    Le numbre de nos croix c'est à dire afflictions, ennuiz, fascheryes est selon le numbre de noz varletz [RAB., Pant. V, 17]
    Qu'un chacun porte sa croix [CALV., Instit. 548]
    Toute sa vie n'a esté qu'une espece de croix perpetuelle [ID., ib.]
    Mon frere, marquez-moi ceux qui ne sont pas bons, et y faites une croix [DESPER., Contes, I]
    Parquoy Caesar le feit mettre en croix [AMYOT, Anton. 104]
    Mettre un pied en croix par dessus l'autre [croiser les jambes] [ID., Que la vertu se peut apprendre, 4]
    Elle commanda aux bourreaux qu'ilz crucifiassent et attachassent son corps à trois croix [ID., Artax. 21]
    Ce muscle s'en va obliquement, croisant le premier en croix bourguignonne [PARÉ, IV, 15]
    Chacune maison a sa croix et passion [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 270]

ÉTYMOLOGIE

  • Wallon, creûs ; rouchi, cro ; Berry, queroix, queroué ; picard, cros ; provenç crotz ; espagn. cruz ; ital. croce ; du latin crux, crucem.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

    CROIX.
    13° Ajoutez :
  • La Croix ou le Cygne, constellation de l'hémisphère boréal.
  • 19° Barre de fer transversale, portée par la douille de l'ancien épieu ; elle lui est réunie par une chaînette.

croix

CROIX. n. f. Sorte de gibet qui se compose d'un poteau et d'une traverse et où l'on attachait anciennement les criminels pour les faire mourir. Le supplice de la croix. L'empereur Constantin défendit qu'on punît les criminels par le supplice de la croix. Les bras de la croix. Le pied de la croix. Quand Notre- Seigneur JÉSUS-CHRIST était en croix, quand il fut élevé en croix, étendu sur la croix, attaché sur la croix, mis en croix, cloué sur la croix.

Le mystère de la Croix, le sacrifice de la Croix, Le mystère de notre rédemption par la mort que JÉSUS-CHRIST souffrit sur la croix.

Le chemin de la Croix. Voyez CHEMIN.

La vraie Croix, la sainte Croix, ou absolument La Croix, Le bois de la croix où Notre- Seigneur fut attaché. Du bois de la vraie Croix. Adorer la vraie Croix. L'invention de la Croix. Voyez INVENTION. L'exaltation de la Croix. Voyez EXALTATION.

Fig. et absol., La Croix, se dit, en poésie et dans le style soutenu, pour désigner la Religion chrétienne. L'étendard de la Croix. Faire triompher la Croix.

Il se dit aussi des Figures de bois, d'or, d'argent, d'étoffe, de broderie, etc., faites pour représenter la croix de JÉSUS-CHRIST. On porte la croix à la procession. Le bâton de la croix. Mettre une croix, élever, planter une croix en quelque endroit. Croix d'or. Croix d'argent. Croix dorée. Croix de diamants. Croix d'évêque. Croix archiépiscopale. Croix pectorale.

Il désigne aussi des Bijoux en forme de croix que les femmes portent au cou. Croix d'or. Croix d'argent.

Croix de mission, Croix érigée dans une ville, dans un village en souvenir d'une mission qui a été prêchée à l'église.

Fig., Aller au-devant de quelqu'un avec la croix et la bannière. Il faut l'aller chercher avec la croix et la bannière. Voyez BANNIÈRE.

Prendre la croix, se disait de Ceux qui s'engageaient, par un voeu solennel, dans une croisade contre les infidèles ou les hérétiques, et qui, pour marque de ce voeu, portaient une croix sur leurs habits

Le signe de la croix ou le signe de croix, Le signe que les chrétiens font ordinairement en portant la main au front, à la poitrine, puis à l'épaule gauche et à l'épaule droite, et en disant : " Au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit. " Faire le signe de la croix en se levant, en se couchant, etc.

Il désigne au figuré une Affliction que Dieu nous envoie. Il faut que chacun porte sa croix en ce monde. C'est une croix, une grande croix que des enfants ingrats. Il a eu bien des croix dans sa vie.

Il se dit par analogie en parlant de Choses qui sont mises en travers l'une sur l'autre, ou dont l'assemblage présente une figure à quatre branches. Des bâtons disposés en croix. Les pétales de cette fleur sont disposés en croix.

Croix de Saint-André, Croix faite en forme d'X. Croix de Saint-Antoine, Croix faite en forme de T. Croix d'Anjou ou de Lorraine, Croix qui a deux traverses ou croisillons.

Croix grecque, Celle dont les branches sont toutes les quatre d'égale longueur. Croix latine, Celle dont la branche inférieure est plus longue que les trois autres. On emploie surtout ces locutions en parlant des Églises formées de quatre nefs disposées en croix. Cette église est bâtie en croix grecque, en croix latine, forme la croix grecque, la croix latine.

Il se dit particulièrement de la Décoration, à peu près en forme de croix, que portent les membres de plusieurs ordres de chevalerie. La croix de la Légion d'honneur, la croix d'honneur, ou simplement La croix. Donner. accorder la croix à quelqu'un. Il a reçu la croix. Distribuer des croix.

Par extension, Grand-croix, Celui qui a le grade le plus élevé dans la plupart des ordres de chevalerie dont la décoration a la forme d'une croix ou d'une étoffe. Les grands-croix de l'ordre de la Légion d'honneur.

Croix de Guerre, Décoration accordée à ceux qui se sont distingués par leur bravoure dans la Grande Guerre.

La Croix Rouge, Emblème adopté par les sociétés de secours aux blessés militaires. Le brassard de la Croix Rouge. Le pavillon de la Croix Rouge. Il se dit aussi de l'Ensemble de ces sociétés de secours.

Il se dit encore d'une Marque formée de deux traits croisés, que l'on fait avec la plume, avec le crayon, ou autrement sur du papier, sur un mur, etc. Faire une croix au bas d'un acte, quand on ne sait pas signer. Marquer quelque chose d'une croix.

Fig. et fam., Faire une croix, se dit en parlant d'une Chose singulière qui mérite d'être notée. Quand nous serons à dix, nous ferons une croix.

croix


CROIX ou CROIS, s. f. [Kroâ, monos. long. devant une voyelle croâz; l'x ou l's se prononce en z: le Rich port. met les deux. L'Acad ne met que le premier, et Trévoux également] 1°. Espèce de gibet où l'on atachait les criminels pour les faire mourir. "La croix a été sanctifiée par la mort de N. S. J. C. = On dit en parlant de la mort du Sauveur, qu'il est mort en croix ou sur la croix. * Bossuet dit à la croix: "J. C. est mort à la croix. "Tel est l'acte de Religion qu'il exerce à la croix. Cela n'est pas de l'usage actuel. = Mettre ses injûres, son ressentiment aux pieds de la croix; les oublier, les pardonner pour l'amour de J. C. crucifié. = 2°. Figûre, qui représente la croix du Sauveur. "Croix d'or, d'argent; croix d'Evêque ou pectorale; croix de Saint-Louis, de St. Lazare, du St. Esprit etc. = 3°. Figurément, affliction de corps ou d' esprit. "Il faut porter notre croix à la suite du Sauveur. "Les croix et les afflictions sont des moyens de salut: "il est la croix de sa famille; elle est la croix de son mari, etc.
   On dit familièrement, avoir les jambes en croix, l'une sur l'aûtre; les bras en croix, élevés et étendus comme ceux du Sauveur.
   La Croix et la Banière, sont, en stile proverbial, les marques d'une réception honorable. "Pour avoir cet homme-là, il faut envoyer la Croix et la Banière. On a de la peine à l'avoir. "On est allé au devant de lui avec la Croix et la banière: on l'a reçu avec de grands honeurs.
   Jouer à croix ou pile, jeter une pièce de monoie, et nomer un des deux côtés. — On dit, figurement, (st. fam.) Jeter à croix ou pile, en parlant d'une chôse, dont on se soucie fort peu,: "Il jète à croix ou pile, qu'on le sache, ou qu'on ne le sache pas. Sév.Croix ou pile, remonte, pour son origine, au temps de St. Louis, qui, en sa monoie, avait d'un côté une croix, et de l'aûtre des piliers. Hénault.
   Croix de par Dieu: l'Alphabet.
   Moi, devine! on se moque: eh! Messieurs, sais-je lire?
   Je n'ai jamais apris que ma croix de par Dieu.
       La Fontaine.
L'origine de cette expression, c'est qu'à la tête de l'alphabet, il y avait la figûre d'une croix, qu'on faisait invoquer aux enfans avant que de comencer à épeler les lettres.

Synonymes et Contraires

croix

nom féminin croix
Littéraire. Souffrance morale.
Traductions

croix

Kreuz, Crux, Kreuzkastencross, mark, daggerkruisצלב (ז), צְלָבkruiscreukors, krydsσταυρός, σβάστικαkrucocruzristicrocebifurcum, cruxcruzcrucekorsmsalabaкрест, плюсصَلِيبkřížkriž十字形십자가korskrzyżไม้กางเขนçaprazchữ thập十字架кръст (kʀwa)
nom féminin
1. deux traits qui se coupent faire une croix dans les cases
2. objet fait de deux parties qui se coupent porter une croix en pendentif

croix

[kʀwa] nf
(symbole)cross
le signe de croix → the sign of the cross
(figure, marque)cross
faire une croix → to put a cross
pouvoir faire une croix sur qch (fig) (= devoir s'en passer)
Le club peut faire une croix sur le titre de champion → The club can kiss goodbye to the championship title.
en croix, les bras en croix → with one's arms stretched out wide
croix de Malte nfMaltese cross
croix gammée nfswastika