culbuté

culbute

CULBUTE. n. f. Tour qu'on fait en mettant la tête en bas et les jambes en haut, pour retomber de l'autre côté. Faire la culbute.

Il se prend par extension pour Chute. Dans sa précipitation à descendre les marches, il a fait une horrible culbute.

Fig. et fam., Faire la culbute, Tomber d'une situation prospère dans la ruine, par suite d'une faute ou d'une malchance. Ce financier a fait la culbute.

Prov. et fig., Au bout du fossé la culbute se dit à propos de Quelqu'un qui, se conduisant avec imprudence, s'expose par sa faute à quelque malheur.

Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

culbute

Culbute, Qui font la culbute, Cybisteteres, Arneuteres.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

culbute


CULBUTE, s. f. CULBUTER, v. act. et neut. [Plusieurs écrivent culebute, culebuter, mais mal. Trév. met les deux.] culbute est un saut, qu'on fait en mettant la tête en bâs, les piés en haut. = Il se dit aussi d'une chute dangereûse; et figurément, déchéance de la fortune au malheur. "Il a fait une grande culbute: d'une haute fortune il est tombé dans la pauvreté. = Culbuter, actif, au propre, renverser quelqu'un la tête en bâs, les pieds en haut; au figuré, le ruiner, détruire sa fortune. — Neutre: tomber en faisant la culbute. — Être ruiné, perdre sa fortune.
   Rem. Mariv. emploie singulièrement ce verbe, au figuré. Il dit, d'un bredouilleur, qu'il avait la parole si rapide, que de quatre mots qu'il disait, il en culbutoit la moitié. L'expression est comique, mais elle n'est pas fort propre.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788