décampement

DÉCAMPEMENT

(dé-kan-pe-man) s. m.
Action de décamper, de lever le camp.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Ils tuerent sur le decampement plus de 400 hommes [D'AUB., Hist. I, 276]

ÉTYMOLOGIE

  • Décamper.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

décampement

DÉCAMPEMENT. n. m. Action de décamper. Le décampement se fit avec précipitation. Une heure après le décampement.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

décampement


DÉCAMPEMENT, s. m. DECAMPER, v. n. [Dékanpeman, dékanpé; 1re é fer 2e 2e lon. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d.] Décamper, c'est lever le camp. Figurément, s'enfuir. Décampement, est l'action de décamper. "L'armée décampa au point du jour. "Le décampement se fit avec précipitation. "Quand il sut qu'on le cherchait, il décampa bien vîte.
   REM. Décamper prend l'auxiliaire avoir: J' ai décampé~, il a décampé. Quelques Auteurs lui ont donné le verbe être pour auxiliaire. "Les Troupes sont décampées. Sév. "L'Armée qui étoit décampée, etc. D'Avr. "Il fit courir le bruit qu'il étoit decampé. P. Barre. "Il vint dire que Charles étoit décampe. Id. Ces Auteurs ne sont pas à imiter en cela. — L'Acad. ne met d'exemple que de l'auxil. avoir: dès que l'Armée eut décampé.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788