déconcerté, ée

Recherches associées à déconcerté, ée: déconcertement

DÉCONCERTÉ, ÉE

(dé-kon-sèr-té, tée) part. passé.
Dont le concert est troublé. Des voix déconcertées.
Le concert étant ainsi déconcerté, l'hôte fit ouvrir la porte [SCARR., Rom. com. ch. 15]
Dont le mécanisme est dérangé.
Montrez-moi que ce qui pense en l'homme n'est point le corps, et subsiste toujours après que cette machine grossière est déconcertée [FÉN., t. XIX, p. 145]
Ne priant plus, toute l'harmonie de la vie chrétienne est en moi déconcertée [BOURD., 5e dim. après Pâq. Dominic. t. II, p. 190]
Troublé, empêché, en parlant des personnes ou des choses. Des projets déconcertés par la fortune.
Ceux-ci, déconcertés par cet acte de vigueur inattendu, et ne doutant pas que tant de fierté ne fût soutenue par des forces plus nombreuses qu'elles ne l'étaient, évacuèrent l'île pour n'y plus revenir [RAYNAL, Hist. phil. XIII, 34]
Rome fut étonnée, mais non déconcertée [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. I, p. 451, dans POUGENS]
Qui a perdu contenance. Tout déconcerté par le mauvais accueil de sa proposition.
Il se lève déconcerté et chagrin, et va dire ailleurs qu'il veut se remarier [LA BRUY., V]
Le possédé, fort déconcerté de voir cela [une montre au lieu d'un reliquaire], faisant mine de se jeter sur lui, M. le prince, qui avait une canne à la main, lui dit.... [SEGRAIS, Mémoires, t. II, p. 113]
L'air déconcerté qu'elle avait en l'écoutant, acheva sans doute de lui confirmer ce mariage [MARIVAUX, Marianne, 9e part.]