décrépit, ite

DÉCRÉPIT, ITE

(dé-kré-pi, pi-t') adj.
Qui est dans la décrépitude. Vieillard décrépit. Vieillesse décrépite.
Un lion décrépit, goutteux, n'en pouvant plus, Voulait que l'on trouvât remède à la vieillesse [LA FONT., Fabl. VIII, 3]
Les enfants [peu après le déluge], indociles ou mal appris, n'en voulaient plus croire leurs grands-pères décrépits, qu'ils ne connaissaient qu'à peine après tant de générations [BOSSUET, Hist. II, 2]
Voyez-vous pas de tous côtés De très décrépites beautés ? [VOLT., Ép. XXX]
Âge décrépit, âge de la décrépitude.
Il faut convenir que la plupart de ceux mêmes [des vers] qu'il fit dans un âge décrépit, devaient le faire trouver jeune dans sa façon de penser [OLIVET, Hist. Acad. t. II, p. 142, dans POUGENS]
Substantivement. Un décrépit. Une décrépite.
L'objet de la terre le plus hideux est une décrépite [VOLT., Dict. phil. Homme.]

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Les gens d'armes mouroient de fain, Et estoit chascun descrepy, Car ilz ne mengoient que le grain De blé qui croissoit en l'espy [MARTIAL DE PARIS, Vig. de Ch. VII, t. I, p. 104, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Joinct qu'il n'est homme si decrepite, qui ne pense.... [MONT., I, 73]
    Cesar, regardant son maintien decrepite, respondit.... [MONT., I, 82]
    Des vieillards decrepitez qui de longtemps ne quittoient plus le lict [D'AUB., Hist. I, 146]
    Quant à l'aage caduque et decrepitée, qui dure jusques à 80 ans.... [PARÉ, Introd. 5]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. decrepit ; espagn. et ital. decrepito ; du latin decrepitus, sur l'origine duquel les étymologistes latins n'ont que des conjectures sans fondement.