dédain

(Mot repris de dédains)
Recherches associées à dédains: dédaigneux, mépris

dédain

n.m.
Mépris mêlé d'orgueil : Il nous regarde avec dédain arrogance, hauteur ; déférence, estime, respect
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

DÉDAIN

(dé-din) s. m.
Sorte de mépris qu'on exprime par l'air, le ton et les manières....
Et par moi Don Rodrigue a vaincu son dédain [CORN., Cid. I, 3]
Ah ! seigneur, je n'ai pas eu ce dédain qui empêche de jeter les yeux sur les mortels trop rampants et qui fait dire à l'âme arrogante : il n'y a que moi sur la terre [BOSSUET, Marie-Thér.]
Ils regardèrent les gentils avec un insupportable dédain [ID., Hist. II, 5]
L'orgueil et le dédain sont peints sur son visage [RAC., Esth. III, 3]
Je vois que mon silence irrite vos dédains [ID., Brit. III, 3]
Le dédain et le rengorgement dans la société attirent précisément le contraire de ce qu'on cherche, si c'est à se faire estimer [LA BRUY., V]
Ils avaient ce dédain fastueux qui, chez un peuple comme dans un particulier, marque ordinairement peu de lumière [RAYNAL, Hist. phil. I, Introd.]
Prendre en dédain, concevoir du dédain pour quelqu'un ou pour quelque chose.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Mès cis [Narcisse] fu por sa grant biauté Pleins de desdaing et de fierté [, la Rose, 1458]
    Vous ne devez mie avoir en desdaing ce que Dieu fist pour nostre enseignement [JOINV., 194]
  • XVe s.
    Si ne fut mie courroucé quand il ouit dire et recorder le grand deplaisir que on avoit fait à son neveu, et aussi en quel desdaing [déplaisir] il l'avoit pris [FROISS., I, I, 100]
    Il ne sçavoit si le seigneur de Lescandelour rassembloit sa gent pour lui revenir courir sus par grand ire et desdaing [, Bouciq. II, ch. 17]
  • XVIe s.
    Dequoy les gentilshommes françois qui vous accompagnoient, avoient depit et desdain [, Sat. Mén. p. 153]
    toutesfois ma curiosité me fit passer mon desdain [honte] [, ib. p. 193]
    À fin que plus longuement et sans dedain [dégoût] ils puissent estre tenus en la bouche [PARÉ, XXV, 36]

ÉTYMOLOGIE

  • Dédaigner ; provenç. desdaing, desdenh ; catal. desdeny ; espagn. desdeño ; portug. desdem ; ital. disdegno.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

dédain

DÉDAIN. n. m. Mépris exprimé par l'air, le ton, le maintien. Recevoir avec dédain. Il lui témoigna beaucoup de dédain. Essuyer les dédains de quelqu'un.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5
Synonymes et Contraires

dédain

Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

dédain

disdain, condescension, contempt, scornאי-התחשבות (נ), בוז (ז), ביזיון (ז), הגסה (נ), זלזול (ז), עקימת חוטם (נ), שאט נפש (ז), בּוּז, בִּזָּיוֹן, זִלְזוּלminachting, geringschattingπεριφρόνησηsdegnoVerachtungпрезрение鄙視foragt경멸förakt (dedɛ̃)
nom masculin
fait de considérer qqch ou qqn sansintérêt avoir du dédain pour qqn
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

dédain

[dedɛ̃] nmdisdain, scorn
avec dédain → with disdain
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005