défection

défection

n.f.
1. Fait d'abandonner un allié, une cause, un parti : Nombre de nos partisans ont fait défection. Sa défection compromet le projet abandon, désertion, retrait
2. Fait d'être absent d'un lieu où l'on était attendu : Les intempéries ont entraîné de nombreuses défections lors du concert.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

DÉFECTION

(dé-fè-ksion ; en poésie, de quatre syllabes) s. f.
Action d'abandonner un parti auquel on appartient. La défection est générale. La défection des alliés était à craindre.
La défection des Caraïbes rouges qui ne voulurent donner contre leurs rivaux aucun des secours qu'ils avaient promis à des alliés trop dangereux.... [RAYNAL, Hist. phil. XIV, 37]
Quand Napoléon apprit cette nouvelle [la capitulation du général Partouneaux], saisi de douleur, il s'écria : Faut-il donc, lorsque tout semblait sauvé comme par miracle, que cette défection vienne tout gâter ? L'expression était impropre, mais la douleur la lui arracha [SÉGUR, Hist. de Napol. XI, 7]
Par extension.
Hélas ! que l'âme s'est trompée et que sa chute a été funeste ! elle est tombée de Dieu sur soi-même ; que fera Dieu pour la punir de sa défection ? [BOSSUET, la Vallière]
Terme d'astrologie. Éclipse.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Pur ço voleit li reis, e il e si barun, Que, se nuls ordenez [prêtre] fust pris à mesprisun, Cumme de larrecin u murdre u traïsun, Dunc fust desordenez par itele raisun, E puis livré à mort e à desfactiun [, Th. le mart. 26]
  • XVe s.
    Ilz estoient en dangier d'estre prins par force, veu la deffection de leur seigneur [la défaite et la mort de Charles de Bourgogne] [COMM., V, 11]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. defectionem, de deficere (voy. DÉFECTIF).
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

défection

DÉFECTION. n. f. Action d'abandonner un parti auquel on est lié. La défection des alliés.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

défection


DÉFECTION, s. f. [Défèk-cion; en vers, ci-on; 1re é fer. 2e è moy.] Abandonement d'un parti auquel on est lié. Désertion. — Ce mot a eu de la peine à s'établir. Plusieurs le trouvaient trop latin: mais les meilleurs Auteurs s'en sont servis sans dificulté. Réflex. — Selon l'Acad. il ne se dit guère que des troupes, lorsqu'elles se mutinent et abandonent le service. — Dans la dern. édit. elle le dit aussi des sujets qui abandonent leur Prince. — * M. Moreau le dit d'un simple manque de parole. "Cette espèce de défection (de Louis VII, qui manqua de se trouver à l'entrevûe projetée et arrêtée entre lui et l'Empereur Frédéric) sembloit donner au parti de Victor (Antipape) une supériorité, dont l'Empereur ne profita point. — Ce mot est impropre dans cette ocasion.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

défection

nom féminin défection
Action d'abandonner une cause.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

défection

defection, desertion(het) niet opdagen, afvalligheid, desertie, afvalfrafald탈당 (defɛksjɔ̃)
nom féminin
fait de ne pas venir là où on était attendu Il y a eu de nombreuses défections.
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

défection

[defɛksjɔ̃] nf
(non-soutien)defection
faire défection (d'un parti) → to defect
(non-présence)failure to appear
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005