déjeter

(Mot repris de déjetions)

DÉJETER (SE)

(dé-je-té. Le t se double quand la syllabe qui suit est muette : se déjette ; se déjettera) v. réfl.
Se courber, se gauchir, en parlant du bois. S'écarter de sa direction naturelle, en parlant d'une partie du corps. La taille de cet enfant se déjette. Se déjeter, en parlant des arbres qui viennent mal.

HISTORIQUE

  • XIe s.
    Qui ce vous loe [conseille] que cest plait [proposition] degetuns [repoussions] [, Ch. de Rol. X]
  • XIIe s.
    Li fiz Israel à itant degeterent leur fals deus, e de quer [cœur] servirent lur creatur [, Rois, 24]
    Mahons chaï de passion [épilepsie] Devant la congregation ; Moult oriblement se dejete ; Li oel li torblent en la teste ; De sa bouche ist escume fors [, Roman de Mahomet, V. 790]
  • XVe s.
    Qui plus se fiche au vent de fortune, plus est dejetté [, Bouciq. IV, ch. 3]
    Tout bon conseil ilz ont dejecté [COMM., V, 3 (ou 9).]
  • XVIe s.
    L'histoire nous represente leurs deportemens, quand ils sont parvenus aux plus hauts, ou bien qu'ils ont esté dejettés aux plus bas degrez de la fortune [AMYOT, Préf. IV, 39]
    Il servit Dionysius après qu'il eut esté chassé et dejetté de Syracuse [ID., Timol. et P. Aem. comp. 2]
    Il substitua à son fils pour heritiers du royaume, premierement Marie qu'il avoit dejettée comme fille de Catherine repudiée, et après Elizabeth fille d'Anne de Boulen [D'AUB., Hist. I, 17]
    Christierne honteusement dejetté, son oncle Frideric fut establi roy de Dannemarc [ID., ib. I, 44]
    Partant les dits vesicatoires ne doivent estre dejettés [PARÉ, XXI, 20]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. desgitar, desgietar, degitar, dejetar ; du latin dejectare, de de, et jactare (voy. JETER).

déjeter

DÉJETER. (Il déjette; nous déjetons.) v. tr. Écarter de sa direction naturelle, déformer. Le bois de ce meuble s'est déjeté. L'humidité déjette cette porte. Sa colonne vertébrale s'est un peu déjetée. Par analogie, Cet homme est tout déjeté.

déjeter


DÉJETER, (SE) v. réc. [1re et dern. é fer. 2e e muet. Devant la syllabe fém. cet e devient moyen: il se déjette, ou déjète, se déjettera, ou déjètera.] Il se dit du bois qui se tourmente, se courbe, s'enfle et s'étend. Acad.Trév. ajoute, qui sort de ses jointûres, de ses rainûres. "Le bois verd se déjète plus que le sec.