déparler

(Mot repris de déparlent)

déparler

v.i.
Aux Antilles et dans certaines régions de France, parler inconsidérément ; dire n'importe quoi.
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

DÉPARLER

(dé-par-lé) v. n.
Discontinuer de parler. Il ne s'emploie qu'avec la négation.
Ah ! que je hais les gens qui sur les moindres cas Commencent de parler pour ne déparler pas ! [HAUTEROCHE, Crispin music. I, 7]
Ils ne déparlent pas, si j'ose ainsi parler, jusqu'à ce qu'ils aient épuisé la matière [SCARRON, Rom. com. II, ch. 17]
Il aurait bien été sans déparler un mois que j'aurais peu parlé [ID., Épître chagrine à M. Delbene.]
.... Ma joie est extrême D'y voir certaines gens, tout fiers de leur maintien, Qui ne déparlent pas et qui ne disent rien [REGNARD, Démocr. II, 5]
Il ne déparle point, quand il devrait cent fois lui répéter les mêmes choses [BARON, l'Homme à bonnes fortunes, III, 1]
Jusqu'au soir nous ne déparlâmes pas un moment [J. J. ROUSS., Conf. III]
Point ne manquait du don de la parole L'oiseau disert ; hormis dans les repas, Tel qu'une nonne, il ne déparlait pas [GRESSET, Ver-vert, ch. II]
On pourrait dire aussi avec l'interrogation : Quand déparlerez-vous ?

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Et dist li rois : tot ce laissiés ester ; Li dons est faiz ; ne m'en puis desparler [dédire] [, Raoul de C. 12]
  • XVe s.
    Iceluy seigneur de l'Isle Adam fut moult deparlé et blasmé, pour ce qu'ainsi negligemment par faute de guet, il avoit laissé perdre la dicte ville de Ponthoise [MONSTRELET, t. I, f° 279, dans LACURNE]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et parler ; desparler ou déparoler signifiait dans l'ancien français médire, blâmer, se dédire.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

déparler

DÉPARLER. v. intr. Cesser de parler. Il ne s'emploie guère qu'avec la négation. Il ne déparle pas, il n'a pas déparlé.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

déparler


DÉPARLER, v. n. [1re et dern. é fer.] Il n'est que du style familier, et ne s'emploie qu'avec la négative. "Il ne déparle point, il n'a point déparlé: il ne cesse, il n'a pas cessé de parler.
   Point ne manquoit du don de la parole
   L'oiseau disert. Hormis dans les repas,
   Tel qu'une None, il ne déparloit pas.
       Ver-vert.
Sans déparler, sans cesser de parler.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788