dépense

dépense

n.f. [ lat. dispensa, ce qui est partagé ]
1. Action de dépenser de l'argent ; somme dépensée : La période des soldes pousse à la dépense. Faire des dépenses inutiles.
2. Montant d'une somme à payer : Nous essayons de réduire les dépenses d'électricité facture, frais
3. Action d'utiliser qqch, de l'employer : Ce travail a demandé une grande dépense d'énergie.
4. Quantité de matière, de produit consommés : La dépense en eau d'un lave-linge consommation
Dépenses publiques,
dépenses de l'État, des collectivités et des établissements publics.

DÉPENSE

(dé-pan-s') s. f.
Argent employé à toutes choses, privées ou publiques, qu'on se procure, qu'on fait ou fait faire.
Il ne faut pas que tu penses Trouver de l'éternité En ces pompeuses dépenses Qu'invente la vanité [MALH., II, 2]
L'aumône ne se fait pas sans dépense, mais le profit surpasse la perte [MAUCROIX, Hom. 15, dans RICHELET]
Gens de grosse dépense [LA FONT., Berc.]
Cela empêche que l'on ne fasse la dépense d'une corde pour se pendre [SÉV., 221]
La grande dépense que vous faites à Aix [ID., 404]
Dépense sourde, dépense secrète et qui ne paraît pas. Cet homme se ruine en dépenses sourdes. Dépenses secrètes d'un gouvernement, s'est dit quelquefois comme fonds secrets. Faire de la dépense, dépenser de l'argent.
Je n'entends pas que vous fassiez de dépense [MOL., Pourc. I, 10]
Ils avaient de l'esprit et faisaient de la dépense [HAMILT., Gramm. 4]
Il ne trouve plus à propos d'y faire de la dépense [SÉV., 507]
Faisant de la dépense dans Jérusalem [MASS., Car. Riche.]
Se mettre en dépense, faire une dépense qui n'est pas ordinaire. Fig.
Vous eûtes de la complaisance, Mais vous en deviez moins avoir, Et ne vous pas mettre en dépense, Pour ne me donner que l'espoir [MOL., Mis. I, 2]
Mettre quelqu'un en dépense, être pour lui cause de dépenses. Faire la dépense, être chargé du détail des frais. Forcer la dépense, les dépenses, augmenter la dépense, ou l'évaluer, la compter plus grande qu'elle n'est. En termes de jurisprudence, dépenses nécessaires, celles qui sont faites par celui qui n'est pas propriétaire d'une chose, pour la conserver ; utiles, pour l'améliorer ; voluptuaires, de pur agrément.
Compte où se trouve relatée chaque somme déboursée. Porter en dépense. Chapitre de dépense. La dépense se monte chaque mois à tant.
Nos pères comptaient en toutes choses avec eux-mêmes : leur dépense était proportionnée à leur recette [LA BRUY., VII]
Terme de ménage. Écrire la dépense, écrire chaque jour ce qui a été dépensé dans la journée.
Qu'une autre écrive la dépense.... Je veux que mon maître de danse... [BÉRANG., Éduc.]
Fig. Emploi d'une chose quelconque.
Il avait coutume de dire.... que la plus forte dépense que l'on puisse faire est celle du temps [LA BRUY., Disc. sur Théophr.]
En cet emploi, dépense se dit quelquefois avec une nuance d'ironie et comme pour signifier que la dépense ne servira à rien. Il a fait une grande dépense d'érudition, d'esprit.
Dans un château, dans une maison royale, dans une communauté, lieu où l'on reçoit et où l'on distribue les objets en nature. Dans les maisons particulières, lieu où l'on serre les provisions et différents objets destinés à la table.
Ces pommes étaient au fond d'une dépense [J. J. ROUSS., Conf. I]
Dans les vaisseaux, lieu où l'on distribue les vivres, aujourd'hui cambuse.
Terme d'hydraulique. Quartité de liquide fournie, dans un temps donné, par un orifice d'écoulement.

PROVERBE

    Le gain n'en vaut pas la dépense, c'est-à-dire la chose coûte plus qu'elle ne rapporte.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Li philosophe apeloient l'estomac despense du cors ; car ausi com vous veés que de le [la] despense de l'ostel sont aministré li norrissement à ciaus [ceux] de l'ostel.... [ALEBRANT, f° 38]
    Ses cors meïsmes ira avec vous en la terre d'outre mer, ou envoiera, se vos cuidiés que ce soit miels [mieux], à tous dis mil homes de sa despense [à ses frais] [VILLEH., LI]
    Renart l'a moult bien esgardée ; Com il la vit et si s'apense Que il en fera sa despense [, Ren. 22844]
    Foulz est qui contre mort cuide trover deffense ; Des biaux, des fors, des sages fait la mort sa despanse ; La mors mort Absalon et Salomon et Sance [Samson] [RUTEB., 141]
    Au chief du cloistre d'autre part estoient les cuisines, les panneteries, les bouteilleries et les despenses [JOINV., 206]
  • XIVe s.
    Nous posons et mettons que despense soit donacion [ORESME, Eth. 108]
  • XVe s.
    Mais quant ce vint au fait de la despence, Il restraingnit eufs, chandelle et moustarde, Et oublia pain, vin, char et finance : Tout se detruit, et par default de garde [E. DESCH., Admin. de l'hôtel du prince.]
    Ils trouvent les façons de dissimuler à ouyr les parties et les tesmoings, pour tenir la personne et destruire en despense, et attendent tousjours si nul ne se veult plaindre de celluy qui est detenu [COMM., V, 18]
  • XVIe s.
    Allez-vous-en à la despense [office] demander à desjeuner [DESPER., Contes, LXXV]
    Les oreilles [oreillettes] du cœur ont esté faites de telle capacité, à fin qu'elles peussent (comme une despense) recevoir le sang ou air qui durant le temps du diastole pourroit estre introduit au cœur.... [PARÉ, II, 11]
    Outre lequel rapport, la vigne donne du vin de despence pour le mesnage, qu'on fait avec de l'eau sur le marc des raisins [O. DE SERRES, 145]
    Dans deux ou trois jours le premier trempé ou despence sera tiré de la cuve et entonné comme le vin [ID., 220]
    Selon l'entrée la despense ; sage n'est qui bien n'y pense [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 414]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. despensa, despessa ; portug. despesa, despeza ; ital. dispensa ; du supin depensum, de dependere, dépenser (voy. DÉPENDRE 3).

dépense

DÉPENSE. n. f. L'argent qu'on emploie à quelque chose que ce puisse être. De folles dépenses. Inscrire ses dépenses sur son livre de comptes. Dépense réglée. Dépense de table. Sa dépense excède ses revenus. Fournir à la dépense. Ne pas regarder à la dépense.

Faire de la dépense, Faire beaucoup de dépense.

Se mettre en dépense, Faire une dépense qui n'est pas ordinaire.

Faire la dépense, Être chargé du détail de ce qui se dépense dans un ménage, dans une maison.

Il se dit, par extension, d'un Compte où se trouve porté ce qui a été dépensé, déboursé. La dépense se monte à tant. Passer en dépense. Porter une somme, un article en dépense. Chapitre de dépense. La dépense excède la recette. Livre de dépense.

Il se dit figurément de l'Emploi que l'on fait de son temps, de ses efforts pour obtenir quelque chose. Dépense physique. Une grande dépense de forces. On dit, par extension, Une dépense de munitions, de charbon, d'essence, etc. Il a fait inutilement une grande dépense d'esprit, d'érudition.

Il se dit en outre, dans une communauté, dans un internat scolaire, du Lieu où l'on reçoit et où l'on distribue les objets en nature, où se fait le paiement des gens de service et des fournisseurs, etc.

dépense


DÉPENSE, s. f. DÉPENSER, v. act. DÉPENSIER, IèRE, adj. [Dépanse, pansé, sié, siè-re; 1re é fer. 2e lon. 3e e muet au 1er, é fer. au 2d. et 3e, è moyen et long au dern.] Dépense, est l'argent qu'on emploie à quoi que ce puisse être. Dépenser, c'est employer cet argent. Dépensier, qui aime à dépenser de l'argent, qui en dépense excessivement. "Il fait grande dépense; il dépense beaucoup, il est fort dépensier; c'est une femme fort dépensière. Le subst. et le verbe s'emploient au figuré. "Elle n'est point la dupe de la sorte de tendresse et d'amitié qu'on y dépense (à la Cour) Sév. "J'ai cru qu'en dépensant moins en science, on gagneroit des Lecteurs. Coyer.
   Rem. 1°. Faire la dépense d' une maison, c'est être chargé du détail de tout ce qui se dépense dans une maison. Faire de la dépense, dépenser beaucoup. Se mettre en dépense, faire une dépense, qui n'est pas ordinaire. Faire une dépense sourde, secrète et qui ne parait point.
   DÉPENSE est aussi, dans les maisons bourgeoises, ce qu'on apèle office dans les grandes maisons, le lieu où l'on serre le fruit, la vaisselle et le linge qui servent pour la table. Il serait aussi ridicule de dire l'ofice chez un Bourgeois, que la dépense chez un Duc et Pair.
   2°. DÉPENSER est souvent neutre. "Il aime à dépenser: "Il dépense en habits, en bijous, en chevaux, etc. — On dit, proverbialement, d'un homme qui est mal informé de ce qu'il devrait savoir, qu' il ne dépense guère en espions.
   3°. DÉPENSIER se dit substantivement de celui qui fait la dépense dans une maison religieuse ou dans un vaisseau. On dit de même, la Soeur dépensière, ou, la dépensière, dans les Couvents de filles. — Dépensier, ière est aussi substantif dans son sens ordinaire. "C'est un dépensier, une dépensière.

Synonymes et Contraires

dépense

nom féminin dépense
1.  Action de dépenser de l'argent.
2.  Action d'utiliser quelque chose.
Traductions

dépense

Aufwand, Ausgabe, Auslage, Kostenexpenditure, expense, outlay, expenses, chargebesteding, uitgaaf, vertering, uitgave, gebruik, verbruik, kostenהוצאה (נ), התבזבזות (נ), הִתְבַּזְבְּזוּת, הוֹצָאָה, בִּזְבּוּזbestedingudgift, forbrugelspezobelanja, pengeluaranomkostning, utgiftdespesas, gastos, despesa花费έξοδο, δαπάνηspesaإِنْفَاقvýdajgastokuluttroškovi支出지출wydatekзатратыutläggการใช้จ่ายเงินharcamalarchi tiêuразходи (depɑ̃s)
nom féminin
1. utilisation d'argent faire une grosse dépense
2. consommation Notre dépense d'énergie augmente.

dépense

[depɑ̃s] nf
(= le fait de dépenser de l'argent) → spending no pl, expenditure no pl
pousser qn à la dépense → to lead sb to spend money
regarder à la dépense → to watch what one spends
ne pas regarder à la dépense → to spare no expense
(= somme dépensée) → expense, outlay
C'est une dépense inutile → It's an unnecessary expense.
dépenses de fonctionnement → operating costs
dépenses d'investissement → capital expenditure
dépenses publiques → public spending, public expenditure
(fig) (en huile, en carburant)consumption; [temps, forces] → expenditure
Ceci permet une dépense réduite en carburant → This gives reduced fuel consumption.
dépense physique → exertion, physical exertion