dépensier, ière

DÉPENSIER, IÈRE

(dé-pan-sié, siê-r') adj.
Qui aime la dépense, qui dépense excessivement.
Vous êtes dépensière [MOL., Tart. I, 1]
Il y a une autre sorte de curiosité qui est une curiosité dépensière : on ne saurait avoir trop de raretés, trop de bijoux, trop de pierreries.... [BOSSUET, Concupisc. 8]
Il était extrêmement dépensier, surtout quand il s'agissait de ses plaisirs [MARIVAUX, Paysan parv. 1re part. p. 30, dans POUGENS]
Substantivement. C'est un grand dépensier. C'est une dépensière.
S. f. Dépensière, la religieuse qui, dans un couvent de femmes, a soin de la cave et de toute la dépense.
S. m. Celui qui, dans une communauté, dans un établissement public, est chargé de la dépense. Le dépensier d'un vaisseau, celui qui distribue les vivres, aujourd'hui cambusier. Dans les lycées, homme chargé de faire les achats pour la cuisine sous la surveillance de l'économe.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Les napes metent sergant et despencier ; Au dois [dais, table] s'asient li vaillant chevalier [, Raoul de C. 76]
    Ceste meslée fust jà vendue chier, Quant là acorent sergant et despencier [, ib. 190]
  • XVIe s.
    Ayant espousé une femme jeune et despensiere [AMYOT, Péric. 68]
    Les despensiers emboufis de bonbance [RONS., 941]
    Les bourdons ou frelons sont au reste grands despensiers, devorans le miel [O. DE SERRES, 445]
    Plusieurs mesprisent ce mesnage, comme fantasque, penible, despensier [coûteux] [ID., 460]
    Une humeur vaine et despensiere [MONT., III, 290]
    Despensiers et fille de chambre ont bien volontiers grand langue [LEROUX DE LINCY, Prov. t. II, p. 165]
    Despensiers et marmitons sont souvent grands compaignons [ID., ib.]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. dispensare, qui signifie administrer et partager de l'argent, et qui est du même radical que dependere, d'où dépense ; provenç. despecier, despessier, despenser ; anc. catal. despensier, despenser, dispenser ; espagn. despensero ; ital. dispensiere. Dans l'ancien français, despensier signifiait celui qui administre la dépense d'une maison ; avec le sens de celui qui dépense, on disait despendere, despendeor.