dépiteux, euse

DÉPITEUX, EUSE

(dé-pi-teû, teû-z') adj.
Qui est plein de dépit.
On a vu les élans de sa résistance [du roi] et de ses dépiteux regrets ; il ne put résister à ce qu'ils [le duc du Maine et Mme de Maintenon] en extorquèrent [SAINT-SIMON, 416, 237]
Mot tombé en désuétude. Terme de fauconnerie. Oiseau dépiteux, orseau dressé à la chasse qui ne revient pas, quand il a perdu sa proie.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Larmes ne sont pas despiteuses, Meïsmement as gens piteuses [, la Rose, 7501]
    Bien sembloit male creature Et despiteuse et orgueilleuse, Et mesdisant et ramponeuse [, ib. 161]
  • XIVe s.
    Et pour ce semble il à aucuns que les magnanimes soient despiseeurs ou despiteux [ORESME, Eth. 121]
  • XVe s.
    Portingalois sont chauds, bouillans, et mal souffrans ; et aussi sont les Anglois fols, despiteux et orgueilleux [FROISS., II, III, 82]
  • XVIe s.
    Mais ceste gent fut aspre et despiteuse, Blasmant les dieux, de meurdres convoiteuse [MAROT, IV, 20]

ÉTYMOLOGIE

  • Dépit.