dépourvoir

DÉPOURVOIR

(dé-pour-voir. Bien que l'Académie dise qu'il n'est guère usité qu'au prétérit et à l'infinitif, il n'y a aucune raison pour ne pas le conjuguer à tous ses temps comme pourvoir : je dépourvois ; je dépourvoyais ; je dépourvus ; je dépourvoirai ; je dépourvoirais ; dépourvois, dépourvoyons ; que je dépourvoie, que nous dépourvoyions, que vous dépourvoyiez ; que je dépourvusse ; dépourvoyant, dépourvu) v. a.
Dégarnir de ce qui est nécessaire. Il le dépourvut de tout. Il ne faut pas dépourvoir de munitions une place de guerre.
Se dépourvoir, v. réfl. Se dégarnir, se dessaisir. Il s'est dépourvu de tout pour ses enfants.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Tost porrions avoir contrere, Se nos, issi desporveü, Estions sor eus embatu [, Ren. 5771]
    Moult refu certes deceüs Bel acueil li desporveüs [, la Rose, 15096]
  • XVe s.
    Lesdits Bourguignons cuidans prendre à despourveu les habitans vindrent à grand fureur [J. DE TROYES, Chron. 1465]
  • XVIe s.
    Le Seigneur n'apparoist point aux preceptes de la loy remunerateur sinon de parfaite justice, de laquelle nous sommes tous desprouveus [CALV., Instit. 262]
    .... Et ne pouvant la [Vénus] frauder de sa pomme, [Pallas] La veut par vous despourvoir de tout homme [S. GEL., 52]
    Ils prindrent port en Angleterre au depourvu d'un chacun [YVER, p. 618]
    Encores qu'il les ait surpris à la despourveue [M. DU BELL., 348]
    Ilz allerent surprendre leurs ennemis au despourveu, de maniere qu'ilz les desfeirent [AMYOT, Rom. 49]
    Il se tourna tout court vers la poincte droitte des ennemis, esperant la surprendre despourvue de chef qui commandast [ID., Sylla, 52]
    L'homme, sans secours estrangier, armé seulement de ses armes, et despourveu de la grace et congnoissance divine, qui est tout son honneur, sa force et le fondement de son estre [MONT., II, 152]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et pourvoir ; provenç. desprovezir.

dépourvoir

DÉPOURVOIR. v. tr. Dégarnir de ce qui est nécessaire. Il n'est guère usité qu'à l'infinitif. Il ne faut pas dépourvoir de munitions une place de guerre, et surtout au participe passé qui s'emploie adjectivement et signifie Qui manque de quelque chose. Être dépourvu de bon sens, d'esprit, de raison. Il est dépourvu des connaissances les plus élémentaires.

AU DÉPOURVU, loc. adv. Sans être pourvu des choses nécessaires, sans être préparé. Si vous me prenez au dépourvu, vous risquez de faire mauvaise chère. Pris ainsi au dépourvu, il m'est impossible de vous répondre.

dépourvoir


DÉPOURVOIR, v. a. [Dépour-voar, 1re é fer.] Dégarnir de ce qui est nécessaire. Il n'est en usage qu'au prétérit et à l'infinitif. "Il ne faut pas dépourvoir une place de munitions. Se dépourvoir d'argent: Il s'est dépourvu de tout pour avancer sa famille. Il est dépourvu de sens, d' esprit, de raison; il en manque, il n'en a pas.
   Au dépourvu, adv. "Il l'a pris au dépourvu; il ne le prendra jamais au dépourvu, sans être pourvu des chôses nécessaires, ou sans être préparé à ce qu'on peut lui demander, aux ataques qu'on peut lui faire.

Traductions

dépourvoir

unprepar