dépréder

DÉPRÉDER

(dé-pré-dé. La syllabe pré prend un accent grave, quand la syllabe qui suit est muette : je déprède, excepté au futur et au conditionnel : je dépréderai, je dépréderais) v. a.
Piller avec dégât. Très peu usité.

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. depraedari, de la préposition de, et praeda, proie (voy. ce mot).

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • DÉPRÉDER. Ajoutez :
    À Caen, m'a été fait plainte que vers Cherbourg il y a des pirates français qui ont commission du roi d'Espagne, qui déprèdent leurs vaisseaux des marchandises, et sont soutenus par ceux dudit Cherbourg et gentilshommes voisins [, Rapport de Leroux d'Infreville à Richelieu, en 1629, ch. 3, cité dans J. CAILLET, l'Administration en France sous Richelieu, II, 30, Paris, 1860]