dérivé, ée

DÉRIVÉ, ÉE

(dé-ri-vé, vée) part. passé de dériver 2
Détourné de son courant, de son lit. Une rivière dérivée dans des prés qu'elle fertilise.
Qui prend son origine.
C'est de cette source que la beauté et la grâce sont dérivées [BOSSUET, Démons, 1]
Notre ame est dérivée de celle de Dieu [BERN. DE ST-P., Mort de Socrate.]
Terme de grammaire. Qui se forme d'après un autre mot, par le changement de la désinence. Batteur, battage, battoir, sont des mots dérivés de battre. S. m. Mot formé d'un autre mot. Le verbe courir et ses dérivés.
Terme de mathématique. Fonction dérivée ou, substantivement, une dérivée, nom donné par Lagrange aux divers coefficients différentiels, parce qu'en effet ces fonctions se déduisent de la fonction primitive au moyen de procédés analytiques invariables. La méthode des dérivées, le calcul différentiel.

SYNONYME

  • DÉRIVÉS, CONJUGUÉS (en grammaire). 1° Le terme de conjugué est plus général, il peut comprendre même les composés ; 2° Il comprend les mots qui se rattachent à la même origine, sans venir directement l'un de l'autre : aimer, amour sont des conjugués, et ne sont pas des dérivés l'un de l'autre. 3° Le mot dérivé ne s'applique pas aux formes diverses d'un même mot. On ne dira pas que savants, savante sont des dérivés de savant, ni que j'aimais est un dérivé d'aimer ; mais ce sont des conjugués.