désolé, ée

DÉSOLÉ, ÉE

(dé-zo-lé, lée) part. passé.
Où se fait la solitude, ravagé. Une ville désolée par la peste.
Préparez-vous à voir vos pays désolés [CORN., Nicom. III, 1]
Du Danube asservi les rives désolées [RAC., Baj. II, i.]
Éphraïm sera désolé au jour que j'ai marqué pour son châtiment [SACI, Bible, Osée, V, 9]
Vois du nord au midi l'univers désolé [VOLT., Fanat. II, 5]
Un lieu désolé, un lieu qui présente l'image d'une solitude, effet d'un ravage.
Neptune, qui secoue l'Etna et dont le trident entr'ouvre la terre jusqu'au centre et montre la rive désolée du Styx [DIDEROT, Salon de 1767, Œuvres, t. XV, p. 77, dans POUGENS]
Laissé seul, laissé dans la solitude.
On s'empresse à vous voir, on s'efforce à vous plaire ; Mon palais près du vôtre est un lieu désolé [CORN., Agésil. III, 1]
Que le monde voit peu de ces veuves dont parle saint Paul, qui, vraiment veuves et désolées, s'ensevelissent, pour ainsi dire, elles-mêmes dans le tombeau de leurs époux ! [BOSSUET, Ann. de Gonz.]
Car il n'est point d'auteur si désolé Qui dans Paris n'ait un parti zélé ; Rien n'est moins rare : un sot, dit la satire, Trouve toujours un plus sot qui l'admire [J. B. ROUSS., Épître, liv. I, 1, Aux muses.]
Plongé dans l'affliction.
De grâce montrez moins à mes sens désolés.... [CORN., Poly. II, 2]
.... Et de tous les mortels ce secret révélé Me rend le plus content ou le plus désolé [ID., Rodog. I, 2]
Le prince sera désolé, et les mains tomberont au peuple de douleur et d'étonnement [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Ainsi Dieu conforta cette âme désolée [CORN., Imit. J, 25]
Une femme désolée s'arrache les cheveux [MAUCROIX, Homélie 5, dans RICHELET]
Et redonnant le calme à vos sens désolés [RAC., Alex. IV, 2]
Sa présence a surpris mon âme désolée [ID., Baj. V, 1]
De quoi viens-tu flatter mon esprit désolé ? [ID., Phèd. III, 1]
À mes sens désolés, ombre à jamais présente [VOLT., Alz. III, 1]
Des vieillards massacrés, des mères désolées [LEMERC., Agam. III, 2]
Par exagération, contrarié, fâché. Je suis désolé de vous avoir fait attendre.