détourné, ée

DÉTOURNÉ, ÉE

(dé-tour-né, née) part. passé.
Qui ne suit plus son chemin direct. Une fois détourné de sa route, il n'hésita pas à aller plus loin. Fig. À qui on a fait perdre la droite conduite. Détourné de son devoir par de mauvais conseils. Absolument. Une mineure détournée, une jeune fille soustraite par fraude à ses parents.
Qui fait une sinuosité. Un fleuve détourné de son cours. Chemin, sentier détourné, chemin écarté et peu fréquenté.
Il vous mènera de là dans une rue détournée [BERN. DE ST-P., Mort de Socrate.]
Je reçois votre paquet par une voie détournée [SÉV., 391]
On imagina, dans des temps de guerre, cette route détournée pour éviter les croisières ennemies [RAYNAL, Hist. phil. II, 25]
Fig. Voie détournée, moyen indirect, biais pour arriver à un but.
Ce n'est que par faiblesse et faute de connaître le droit chemin qu'on prend des chemins détournés et qu'on a recours à la ruse [FÉNEL., Dial. des morts mod. Richel. Mazar.]
Il y a, pour arriver aux dignités, ce qu'on appelle la grande voie ou le chemin battu ; il y a le chemin détourné ou de traverse qui est le plus court [LA BRUY., VIII]
Terme de grammaire. Sens détourné, toute signification qui n'est pas la signification propre du mot, et spécialement celles qui semblent le plus s'en éloigner. Demeure signifiant d'abord retard, délai, le sens d'habitation, de domicile est un sens détourné. Louange détournée, louange délicate, qui ne s'adresse pas directement à la personne qu'on veut louer. On dit de la même façon, reproche détourné, pour reproche indirect.
Tourné d'un autre côté. Il avait la tête détournée. J'étais détourné, je ne le voyais pas venir.
Qui est à l'écart.
Qu'il [l'homme] e regarde comme égaré dans ce canton détourné de la nature, et que, de ce petit cachot où il se trouve logé, j'entends l'univers, il apprenne à estimer la terre, les royaumes, les villes et soi-même à son juste prix [PASC., Pensées, I, 1, édit. Lahure, 1860]
Dont on est préservé. L'orage détourné, on n'y pensa plus. Des malheurs détournés à grand'peine.
Dont l'emploi est changé, en parlant d'argent et choses semblables. Un fonds détourné de sa destination.
Soustrait frauduleusement. De l'argent détourné par cet employé.
À qui l'on cause un dérangement.
Ma mère en ce devoir craint d'être détournée [RAC., Athal. III, 2]
Détorqué. Un texte détourné de son vrai sens.
10° Dissuadé. Détourné de la dangereuse entreprise qu'il avait eu le dessein de tenter.