détrousser

(Mot repris de détroussâtes)

détrousser

v.t.
Litt. Voler ce que qqn porte sur lui en usant de violence : Un voyou l'a détroussé dans une ruelle dépouiller, dévaliser
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

DÉTROUSSER

(dé-trou-sé) v. a.
Laisser retomber ce qui était troussé. Détrousser sa robe.
Dépouiller sur la voie publique.
Voit-on les loups brigands.... Pour détrousser les loups courir les grands chemins ? [BOILEAU, Sat. VIII]
....Voilà peut-être de ces gens Qui vont par les forêts détrousser les passants [REGNARD, Démocr. I, 6]
On détrousse les passants, on fait le contraire aux filles ; on vole, on viole, on massacre [P. L. COUR., Lett. I, 185]
Absolument. On détrousse, on pille. Terme de fauconnerie. L'oiseau détrousse, quand il ôte la proie à un autre ; le chien, quand il l'ôte à l'oiseau.
Se détrousser, v. réfl. Détrousser son vêtement.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Uns escuiers as degrés de la sale, Est descendus, si destrosse sa male [, Romancero, p. 46]
    De detrusser ses hummes, de ses coffres cergier, De prendre tuz les briefs qu'il poüt purchacier à Rome.... [, Th. le mart. 122]
  • XIIIe s.
    ....Dist Renart : or i gardons ; Descendez et si destrossons [défaisons nos paquets] [, Ren. 21142]
    Et i puet l'en sa nef ariver, et ses cordes lier as arbres qui sont nés, et sechier sa raiz, et destroser sa nef et metre à terre seche [, Liv. de just. 64]
    Il font destorser les torsiaus [trousseaux, paquets], Puis establerent lor cevaus [, Fl. et Bl. 1429]
  • XVe s.
    Les compaignons se assemblerent et en tuerent grand planté et les destrusserent [FENIN, 1417]
    Qu'il ayderoit à destrousser le roy d'Angleterre et toute sa bande [armée] [COMM., IV, 11]
    Lesquelz Anglois ont prins et destroussé aucuns navires [DU CANGE, abotinare.]
  • XVIe s.
    Lysimachus, rencontrant en son chemin des vivres qu'on luy portoit [à Pyrrhus], chargea ceulx qui les conduisoient, et les destroussa [AMYOT, Pyrrh. 25]
    Et que puis après ilz iroient incontinent destrousser ce bagage de leurs ennemis [ID., Eum. 18]
    En passant, je feus destroussé des briguans [RAB., Pant. II, 32]

ÉTYMOLOGIE

  • Dé.... préfixe, et trousse ; provenç. destrossar, décharger. D'abord, dans l'historique, détrousser n'a le sens que de défaire ses paquets ; puis il prend celui d'enlever le bagage.
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

détrousser

DÉTROUSSER. v. tr. Dépouiller par la violence quelqu'un de ce qu'il porte sur lui ou avec lui. On l'a détroussé sur la grand-route. Détrousser les passants, les voyageurs.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

détrousser


DÉTROUSSER, v. act. [Détroucé; 1re et dern. é fer.] 1°. Détacher ce qui était troussé: détroussé une robe. Les Dames se détroussent, avant d'entrer dans les lieux qui demandent du respect. = 2°. Voler avec violence. Détrousser les passans. "Des voleurs le détroussèrent. — * On disait aûtrefois détrousseur pour voleur. Il est vieux.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

détrousser

verbe détrousser
Ôter à quelqu'un son bien.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

détrousser

rob

détrousser

[detʀuse] vt → to rob
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005