demandeur, euse

DEMANDEUR, EUSE

(de-man-deur, deu-z') s. m. et f.
Celui, celle qui demande souvent, qui fait le métier de demander.
Il aime l'argent plus que réputation, qu'honneur et que vertu ; et la vue d'un demandeur lui donne des convulsions [MOL., l'Av. II, 5]
Qui fait une question.
Il demandait à son tour à ces superbes demandeurs à quoi servait que le Verbe se fût fait chair [BOSSUET, Var. II, § 30]
Terme de procédure. Celui qui intente une action, qui forme une demande en justice. Le défendeur devient demandeur dans les exceptions qu'il propose.
Les lois ordonnaient qu'avant le jugement définitif le demandeur ne pût troubler le défendeur dans sa possession [VERTOT, Rév. rom. V, p. 54]
Dans ce sens il fait au féminin demanderesse.
Que peut requérir la demanderesse ? mariage, à défaut de payement [BEAUMARCH., Mar. de Fig. III, 15]

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Li sires doit metre le demandeur en le [la] saizine de le [la] chose, en tel maniere que li demanderes baille seurté des levées [BEAUMANOIR, 48]
  • XIVe s.
    Li liberal n'est pas demandeur ne requereur [ORESME, Eth. 105]
  • XVIe s.
    Il avoit tousjours force demandeurs après luy [AMYOT, Nicias, 7]

ÉTYMOLOGIE

  • Demander ; provenç. demandaire, demandador ; au fém. demandairitz ; catal. demanador ; espagn. demandador ; ital. dimandatore. Le provençal et le vieux français font au nominatif demandaire, demandere, et au régime demandador, demandeor ou demandeur, suivant l'accent qu'aurait eu ce mot, s'il était latin. au nominatif et au régime.