diablerie

diablerie

n.f.
1. Action inspirée par la malice ; espièglerie : Les diableries d'un enfant.
2. Litt. Machination diabolique ; sorcellerie.
3. Dans l'art chrétien, représentation d'une scène où figurent le diable ou ses suppôts.

diablerie

(djɑbləʀi)
nom féminin
action d'une personne qui s'amuse à contrarier les autres les diableries des enfants

DIABLERIE

(dia-ble-rie) s. f.
Opération magique dans laquelle le diable intervient, ou est supposé intervenir. Ces diableries n'abusent plus personne.
Quoi ! te mêlerais-tu d'un peu de diablerie ? [MOL., l'Étour. I, 4]
J'acquis de toute diablerie La pratique et la théorie [SCARRON, Virg. trav. VI]
M. de Richelieu attaque la personne de M. de Luxembourg par sa prison pour les poisons et les diableries, par la sellette sur laquelle il avait été interrogé [SAINT-SIMON, 19, 223]
Les livres qui contiennent quelque espèce de diablerie, exécrables selon la plupart des gens, pitoyables selon moi [MONTESQ., Lett. pers. 135]
Possession, c'est-à-dire introduction d'un diable dans le corps d'une personne. Les diableries de Loudun.
Ancien spectacle, pièce populaire, conte où le diable joue le principal rôle.
Si nous étions des sylphes, nous pourrions vous conter quelque diablerie [SÉV., 95]
Machination secrète. Il y a quelque diablerie là-dessous.
Méchanceté de diable.
....Avec toute sa diablerie Il faut que je l'appelle et mon cœur et m'amie [MOL., F. sav. II, 9]
Ils ne sont pas capables d'une telle diablerie [VOLT., Lett. d'Argental, 19 juin 1772]
Conduite mauvaise et déréglée.
Un et un font deux, C'est le nombre heureux En galanterie ; Mais quand une fois Un et un font trois, C'est la diablerie, [, Chanson, dans RICHELET]
Il a une comédienne, il paye les soupers ; enfin c'est une vraie diablerie [SÉV., 36]
Petit dessin noir représentant le diable. Petits dessins en couleurs transparentes, représentant des diables sur des verres pour la lanterne magique.

HISTORIQUE

  • XIIe s.
    Perseverer el mal est diaulie [ST BERN., p. 525]
  • XIIIe s.
    Car plus faisoit la serve outrage et dyablie [, Berte, LX]
    Diex ! fait-ele, dont vient si faite deablie ? [, ib. LXXII]
    Mès dire les choses à taire, C'est trop grant deablie à faire [, la Rose, 7068]
  • XVe s.
    Or regardez la grande diablerie qui se commenceoit à eslever en France [FROISS., II, II, 128]
    Qui telz erreurs veult soustenir, C'est droite diablie, c'est rage, Martyre de S. Ét. Quelles diableries [injures] il me disoit [, Lancelot du lac, t. III, f° 16, dans LACURNE]
  • XVIe s.
    Il fut le premier qui enseigna aux Venitiens l'usage de ceste diablerie [l'artillerie] [PARÉ, IX, Préf.]
    Si ainsi estoit, depuis que les demons sont creés, qu'ils eussent peu en engendrer d'autres, il y auroit bien de la diablerie sur les champs [ID., XIX, 29]
    En l'autre avoit provision de fil et d'eguilles dont il faisoit mille petites diableries [méchancetés] [RAB., Pant. II, 16]

ÉTYMOLOGIE

  • Diable ; provenç. diablia ; espagn. diablura ; portug. diabrura ; ital. diavoleria. Diablerie ne commence qu'au XIVe ou XVe siècle ; auparavant on disait diablie.

diablerie

DIABLERIE. n. f. Maléfice qui vient du diable ou qu'on lui attribue. Il se mêlait de diablerie.

Il se dit aussi des Prétendues possessions, des ensorcellements. Ces diableries n'abusent plus personne.

Il se dit, figurément et familièrement, en parlant de Tout mauvais effet dont on ne peut découvrir la cause, et surtout des Machinations secrètes qui nuisent au succès d'une affaire. Il y a quelque diablerie là-dessous, là-dedans.

Il s'est dit autrefois de Certaines pièces populaires où le diable jouait ordinairement le principal rôle. Une diablerie à quatre personnages.

Synonymes et Contraires

diablerie

nom féminin diablerie
Action malfaisante.
Traductions

diablerie

מעשה שטן (ז), שדיות (נ)

diablerie

diablura