dictum

DICTUM

(di-ktom') s. m.
Dispositif d'un jugement, d'un arrêt.

HISTORIQUE

  • XVe s.
    Duquel dictum et sentence il se trouva fort perpleux et non sans cause [J. DE TROYES, Chron. 1475]
  • XVIe s.
    Je prie ceux-là de se souvenir que les causes qu'on vient de prononcer en mon dicton ne sont pas celles pour lesquelles je meurs [D'AUB., Hist. II, 131]
    La sentence estant leue, un advocat de sa compagnie disputoit de bailler sa langue [au bourreau], pour ce que le dicton n'en faisoit pas mention ; mais elle [une protestante condamnée au supplice] resolut ses compagnons, disant : il est raisonnable que la langue qui a le privilege de louer Dieu ait celui de sauter la premiere sur l'autel du sacrifice [ID., ib. I, 80]
    Quand le greffier eust achevé de lire son dictum.... [CARLOIX, VI, 19]
    Lesquels prevosts des mareschaux.... sont tenus de representer les dictons ou extraits de leurs sentences [FROUMENTEAU, Finances, 3e livre, p. 408]

ÉTYMOLOGIE

  • Lat. dictum, dit, de dicere (voy. DIRE).

dictum

DICTUM. s. m. (On prononce Dictome.) Mot emprunté du latin. Dispositif d'un jugement, d'un arrêt; cette partie d'un jugement, d'un arrêt qui contient ce que le juge prononce et ordonne. Le dictum d'une sentence, d'un arrêt.