diffamation

(Mot repris de diffamations)

diffamation

n.f.
Action de diffamer ; écrit ou parole diffamatoire : Ces diffamations ont failli briser sa carrière calomnie
Maxipoche 2014 © Larousse 2013

diffamation

(difamasjɔ̃)
nom féminin
fait de mentir pour attaquer la réputation de qqn porter plainte pour diffamation
Kernerman English Multilingual Dictionary © 2006-2013 K Dictionaries Ltd.

DIFFAMATION

(di-ffa-ma-sion ; en vers, de cinq syllabes) s. f.
Action de diffamer.
Il n'y a que votre seure société qui recevrait véritablement quelque plaisir de la diffamation d'un auteur [Jansenius] qui vous a fait quelque tort [PASC., Prov. 18]
Terme de jurisprudence. Allégation d'un fait précis qui porte atteinte à l'honneur et à la considération.

HISTORIQUE

  • XIIIe s.
    Car si nous saura atraper, Que ne li porrés eschaper Sans honte et sans diffamement, S'il n'a du vostre largement [, la Rose, 11347]
    Car se tu meffais ou mesdis, Ou par tes fais, ou par tes dis, Secréement t'en puis reprendre, Pour toi chastoier et aprendre, Sans blesme et sans diffamement, Ou vengier neïs [même] autrement [, ib. 7047]
  • XIVe s.
    La diffamation de honneur et mauvaise renommée mise sur un roi à tort et sans cause est vergoigne et deshonneur de tous les autres rois chrestiens du monde [, Lettre de Charles, roi de Navarre, dans Hist. litt. de la France, t. XXIV, p. 427]
  • XVIe s.
    Le roi, voyant leur obstination, Leur fier reffus et diffamation, Tout animé fait marcher son charioi [J. MAROT, V, 153]

ÉTYMOLOGIE

  • Provenç. difamacio ; espagn. difamacion, disfamacion ; ital. diffamazione ; du latin diffamationem, de diffamare, diffamer. Le mot usuel dans l'ancien français était diffamement, et surtout diffame, s. m.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • DIFFAMATION. Ajoutez :
    Ils [les chrétiens] crurent que l'intérêt de la religion les obligeait de le jeter [l'empereur Julien] dans la plus grande diffamation qui se pourrait [LA MOTHE LE VAYER, Vertu des païens, II, Julien]
Émile Littré's Dictionnaire de la langue française © 1872-1877

diffamation

DIFFAMATION. n. f. Action de diffamer ou Résultat de cette action. Il n'a pu souffrir une si cruelle diffamation. Se rendre coupable de diffamation. Être en butte à de lâches diffamations.
Dictionnaire de L'Académie française 8th Edition © 1932-5

diffamation

Diffamation, Sugillatio.

Jean Nicot's Thresor de la langue française © 1606

diffamation


DIFFAMATION, ou DIFAMATION, s. f. DIFFAMATOIRE, adj. DIFFAMER, v. act. [Difama-cion, ma-toâ-re, ; 4e lon. au 2d.] Diffamer, c'est déshonorer, calomnier, décrier, noircir la réputation. Difamation, est l' action par laquelle on difame. difamatoire, se dit sur-tout des écrits difamans. Libelle difamatoire. "C'est se difamer soi-même, que d'écrire pour difamer les aûtres. "La difamation du prochain est un très-grand péché, et souvent une odieûse lâcheté. — Difamer vient de fame, qu'on a dit aûtrefois pour réputation.
   Rem. Rousseau done à difamer le sens de déchirer, écorcher; mais c'est dans le style marotique.
   L'affligé Bucéphale,
   Qui, saccadé par la bride fatale,
   Se sent encor diffamer les côtés
   Par deux talons, de pointes ergotés.

Jean-François Féraud's Dictionaire critique de la langue française © 1787-1788
Synonymes et Contraires

diffamation

nom féminin diffamation
Action de diffamer.
accusation, calomnie, dénigrement, médisance -familier: éreintage, éreintement -littéraire: clabauderie.
Le Grand Dictionnaire des Synonymes et Contraires © Larousse 2004
Traductions

diffamation

דיבה (נ), הבאשה (נ), הוצאת שם רע (נ), הכפשה (נ), הלעזה (נ), השמצה (נ), לזות שפתיים (נ), רכיל (ז), רכלנות (נ), דִּבָּה, הַבְאָשָׁה, הַכְפָּשָׁה, הַשְׁמָצָה, רַכְלָנוּת

diffamation

laster, smaad

diffamation

defamation, libel, slander

diffamation

клевета

diffamation

誹謗

diffamation

förtal

diffamation

[difamasjɔ̃] nf (= article, remarque, écrits) → defamation (= propos) → slander (= accusation écrite) → libel
attaquer qn en diffamation → to sue sb for libel
Collins English/French Electronic Resource. © HarperCollins Publishers 2005