dissimulé, ée

DISSIMULÉ, ÉE

(di-ssi-mu-lé, lée) part. passé.
Caché par dissimulation. Ses vrais sentiments longtemps dissimulés.
Recours des impuissants, haine dissimulée [CORN., Rodog. II, 1]
Qui est accoutumé à dissimuler. C'est un homme dissimulé.
Un homme dissimulé.... loue ouvertement et en leur présence ceux à qui il dresse de secrètes embûches, et il s'afflige avec eux, s'il leur est arrivé quelque disgrâce [LA BRUY., Théophr. I]
Inquiète, troublée, Je ne me sentais pas assez dissimulée ; De mon front effrayé je craignais la pâleur [RAC., Brit. III, 7]
Substantivement. Un dissimulé.
Vous n'êtes qu'une dissimulée [DUFRESNY, Espr. contrad. 3]
Il se dit aussi des choses dans le même sens. Un caractère dissimulé.
Il [Callisthène] n'était pas né pour la cour, où il faut avoir un esprit souple, pliant, accommodant, quelquefois même fourbe et perfide, mais au moins dissimulé et flatteur [ROLLIN, Hist. anc. Œuvres, t. VI, p. 477, dans POUGENS]
Un extérieur plus dissimulé que modeste [MARIVAUX, Paysan parv. 2e part.]