domaine

domaine

n.m. [ lat. dominium, propriété ]
1. Propriété foncière : Un domaine viticole bien, terre
2. Champ d'activité d'une personne : Dans quel domaine s'est-elle spécialisée ? discipline, matière, secteur compétence, ressort
3. Ensemble de ce qui constitue l'objet d'un art, d'une science, etc. : Il est célèbre dans le domaine du cinéma monde, univers
4. En informatique, partie d'une adresse de l'Internet qui identifie, par pays, par activité ou par organisation, un des niveaux de la hiérarchie de ce réseau : « fr » et « com » sont des noms de domaines signifiant respectivement « France » et « commerce ».
Le Domaine,
dans le langage juridique, ensemble des biens appartenant à l'État ; administration de ces biens.
Tomber dans le domaine public,
pour une invention, une œuvre d'art, ne plus être soumise aux droits d'auteur.

DOMAINE

(do-mè-n') s. m.
Terme de jurisprudence. Possession d'un bien ; propriété. Il y a plusieurs manières d'acquérir le domaine d'une chose. Domaine direct ou éminent, appartenant au seigneur et donnant droit à l'hommage ou à une redevance ; domaine utile, comprenant la perception des fruits.
Pepin n'avait pas eu le domaine direct de tous les États que posséda Charlemagne [VOLT., Mœurs, 15]
Bien foncier possédé. Avoir un petit domaine. Domaine congéable, en Bretagne, tenure avec faculté, pour le propriétaire, de congédier à toute époque. Propriété foncière destinée à l'exercice de l'industrie agricole, composée de terres arables, forêts, prairies, pâturages, etc. pourvue de bâtiments d'habitation et d'exploitation. Un beau domaine. Engager son domaine. Cela fait partie de son domaine.
Qui n'a vu d'autre mer que la Marne ou la Seine Et croit que tout finit où finit son domaine [RACAN, dans RICHELET]
Ensemble de biens ruraux où se trouve un château ou une maison d'habitation pour le maître. Domaine royal, au moyen âge, territoire possédé directement par le roi, à l'exclusion des grands feudataires. Par extension et poétiquement, les terres que possède un souverain.
J'y souscris ; de Tournai les trop sanglantes plaines Avec les champs de Reims rentrent dans nos domaines [LEMERC., Frédég. Bruneh. IV, 2]
Le domaine public, ou domaine de l'État, ou domaine national, et, absolument, le domaine ou les domaines, l'ensemble des biens qui appartiennent à l'État. Terme de jurisprudence. Domaine public, objets consacrés à un service public et administrés par l'État, tels que les routes, les rivières navigables, les fortifications ; et domaine de l'État, objets possédés par l'État de la même manière que par les particuliers et dont le produit est versé au trésor. Le domaine public est inaliénable. Le domaine de la couronne, biens qui font partie de la liste civile du souverain. Le domaine privé, les biens particuliers du prince. Domaine extraordinaire, sous le premier empire français, ensemble des biens acquis par la conquête ou par les traités et qui étaient à la disposition de l'empereur. Domaines nationaux, biens qui, à l'époque de la première révolution, furent enlevés soit au clergé et aux corporations soit aux émigrés, et vendus aux particuliers. Domaine fixe, ancien domaine des rois de France, composé de seigneuries, terres, possessions, et droits spécialement consacrés à la couronne. Anciennement, domaine forain, domaine du roi, qui était une imposition, pour les nécessités de la guerre, sur les marchandises entrant dans le royaume ou en sortant.
Domaine public, ce qui n'est pas susceptible d'appropriation privée, dont la jouissance est laissée à tous. Fig. Être, tomber dans le domaine public, se dit des productions des auteurs, des artistes, des inventeurs, dont le produit a cessé de leur appartenir.
Le domaine, l'administration des domaines de l'État, ou l'administration des domaines de la couronne. Plaider contre le domaine. Directeur de l'enregistrement et des domaines.
Terme d'économie politique. Domaine agricole, nom donné à la totalité des terres mises en culture dans un pays. L'étendue du domaine agricole de la France était, en 1840, de 50614973 hectares ou 25623 lieues carrées.
Fig. Possession comparée métaphoriquement à celle d'un domaine.
Ce temps [de la mort], hélas ! embrasse tous les temps : Qu'on le partage en jours, en heures, en moments, Il n'en est point qu'il ne comprenne Dans le fatal tribut ; tous sont de son domaine [LA FONT., Fabl. VIII, 1]
Toutes nos pensées qui n'ont pas Dieu pour objet sont du domaine de la mort [BOSSUET, Duch. d'Orl.]
Tous les aînés étaient du domaine de Dieu [ID., II, Purif. 2]
Le meilleur de tous les biens, s'il y a des biens, c'est le repos, la retraite et un endroit qui soit son domaine [LA BRUY., VIII]
Elle [Alecton] jura par Pluton Que toute l'engeance humaine Serait bientôt du domaine Des déités de là-bas [LA FONT., Fabl. VIII, 20]
Être, n'être pas du domaine de, être, n'être pas de la compétence de.
La partie des sciences qui tombait sous les sens et qui, pour le public, pouvait être un objet de curiosité, était aussi de son domaine [MARMONTEL, Mém. VI]
Tout ce qu'embrasse un art, une science. Agrandir le domaine d'un art. Le domaine de l'éloquence.
Puissance, autorité, souveraineté.
Il a voulu nous laisser un certain domaine sur nos actions [BOSSUET, IV, Prof. 2]
Dieu qui a un domaine supérieur et absolu sur nous [BOURDAL., Dim. de la Septuag. Dominic. t. I, p. 346]
Dans le choix que Dieu fait pour produire le plus ou le moins parfait, il ne faut point chercher d'autre raison que sa supériorité infinie et son domaine souverain sur tout ce qu'il peut faire [FÉN., t. III, p. 59]

HISTORIQUE

  • XIe s.
    E por le dener que li seignurs durrad [donnera], si erent quites ceuls [ceux] qui meinent [habitent] en soun demaine [, Lois de Guill. 18]
  • XIIIe s.
    Cil tint en son demaine tout jusqu'en Jersalem [, Ch. d'Ant. V, 979]
    Vinz livrées de terre qu'il [Thibaut de Champagne] tient en som demoyne [DU CANGE, dominium.]
    Fief que je tenoie en pur demainne [BEAUMANOIR, XLVII, 8]
    Vous avez en vo garde et en vostre demoine Les biens du crucefix et le saint patrimoine [J. DE MEUNG, Test. 651]
  • XVe s.
    Ou [au] vieil temps, grant renom couroit De Creseide, Yseud, Elaine, Et mainte autre, qu'on nommoit Parfaictes en beaulté haultaine ; Mais, au derrain, en son demaine La mort les prist piteusement [CH. D'ORL., Bal. 61]

ÉTYMOLOGIE

  • Bas-lat. domanium ; provenc. domaine ; espagn. et ital. dominio ; du latin dominium, de dominus, seigneur (voy. DOM).

domaine

DOMAINE. n. m. Propriété d'une assez vaste étendue et contenant des biens-fonds de diverse nature. Cela fait partie de son domaine. Voilà où finit son domaine. Un beau domaine. De vastes domaines. La vente d'un domaine.

Le domaine public, le domaine de l'État, et absolument Le domaine ou Les domaines, Les biens qui appartiennent collectivement à la nation, à l'État, et qui sont inaliénables et imprescriptibles. Les chemins, les rues, les ports, les fleuves, et en général toutes les choses qui ne sont pas susceptibles d'une possession privée, appartiennent au domaine public. Direction ou administration générale de l'enregistrement et des domaines. Receveur des domaines.

Le Domaine signifie aussi quelquefois l'Administration des domaines, Plaider contre le Domaine. Les causes qui intéressent le Domaine.

Par analogie, Être dans le domaine public, tomber dans le domaine public, se disent particulièrement des Ouvrages littéraires et des autres productions de l'esprit ou de l'art, qui, après un certain temps déterminé par les lois et par les traités internationaux, cessent d'être la propriété des auteurs ou de leurs héritiers. Les oeuvres de cet auteur sont dans le domaine public.

Le domaine de la couronne, Les biens qui faisaient partie de la liste civile et dont les revenus se versaient au trésor de la couronne.

Le domaine privé, Les biens qui étaient la propriété privée du souverain, à quelque titre que ce fût.

Le domaine privé de l'État, Les biens appartenant à la nation, mais qui, n'étant pas affectés à un usage public, sont à la disposition de l'État et peuvent, en de certains cas, être aliénés.

DOMAINE se dit aussi de Vastes territoires coloniaux faisant partie des possessions coloniales d'un pays. Le domaine africain de la France.

Il se dit figurément de Tout ce qu'embrasse un art, une science, une faculté de l'intelligence, etc., de tout ce qui s'y rapporte ou en dépend. Agrandir, étendre le domaine d'un art, d'une science. Cette question est du domaine de la politique. Ce sujet est du domaine de l'imagination.

Fig. et fam., Cela n'est point de mon domaine, Cela n'est pas de ma compétence.

domaine

Domaine, m. penac. Est ce qu'aucun possede en proprieté et hereditalement. Quod iure proprietatis ab aliquo possidetur, cuiusque se quis vere proprieque dominum profiteri potest.

le domaine d'aucun, soit pour le total, ou pour un membre d'iceluy, Patrimonium alicuius. Mais quand on dit, le Domaine de la Couronne de France, ou simplement le Domaine (car tel nom a il, kat'éxokhên) on entend le patrimoine de la Couronne qui est inalienable, et possedé par les Roys usufructiairement, Regiae dignitatis, coronae, Regnique, Car le Domaine particulier et propre du Prince qu'il apporte de son chef venant aux Dignitez souveraines Imperiale, Royale ou autres, se rend par autre nom par adjection du Prince, et non de la dignité d'iceluy, mais cela est souvent confondu.

domaine


DOMAINE, s. m. DOMANIAL, ALE, adj. [Domène, è moy. domani-al, ale.] Domaine: bien, fonds, héritage, propriété. "Mon domaine finit où le votre comence. Domaine utile, se dit de celui qui paye le cens au Seigneur, et à qui le domaine apartient et qui en recueille les fruits, pour le distinguer du Domaine Direct qu'a le Seigneur, à qui l'on paye le cens. On dit absolument le Domaine, pour signifier le domaine du Roi. Fermiers, Receveurs du Domaine. "Cette terre a été réunie au Domaine: cette aûtre est reversible au Domaine, à défaut d'hoirs mâles.
   DOMANIAL, qui est du domaine. Droit Domanial. Biens Domaniaux. Rentes domaniales.

Synonymes et Contraires

domaine

nom masculin domaine
1.  Propriété foncière.
2.  Lieu qu'on se réserve.
3.  Champ couvert par une science.
branche, matière, secteur -littéraire: région.
4.  Champ d'activité de quelqu'un.
Traductions

domaine

Abteilung, Bauernhof, Besitzung, Fach, Gut, Landgut, Bereich, Bauerngut, Domain, Domänedomain, estate, farm, realm, branch, compartment, department, pigeonhole, property, section, field, ranch, speciality, territory, division, land, specialization, square, wardbranche, landgoed, afdeling, bezitting, boerderij, goed, tak, vak, domein, terrein, (mentaal) gebied, staatsbezit, gebied, rijkאחוזה (נ), נחלה (נ), תחום (ז), נַחֲלָה, אֲחֻזָּהafdeling, boereplaas, plaas, vakdepartament, especialitat, hisenda, seccióafdeling, bondegård, fag, gårdbieno, fakocasilla, departamento, finca, hacienda, propriedad, rama, secciónlokero, maatilagazdaságbú, búgarður, stórbýlifattoria, bene, dominio, proprietà, settorevicus, villaavdeling, gårdbens de raiz, compartimento, domínio, especialidade, fazenda, granja, propriedade, roça, secção, terrasферма, областьbondgård, fack, gård, säteri, yrkeτομέας도메인โดเมน (dɔmɛn)
nom masculin
1. terre que possède qqn faire visiter son domaine
2. connaissances, compétences de qqn s'y connaître dans son domaine
3. matière, secteur Il travaille dans le domaine de l'art.

domaine

[dɔmɛn] nm
(= demeure et terrains) → estate, property
Il possède un immense domaine en Normandie → He owns a huge estate in Normandy.
le domaine réservé de qn (fig) → the preserve of sb
voir aussi domaine public, domaine skiable, domaine viticole
(de connaissance, scientifique)field
La chimie n'est pas mon domaine → Chemistry's not my field.
le domaine de prédilection de qn → sb's special field
un domaine sensible → a sensitive area
dans le domaine social → in the social domain
dans le domaine de qch → in the field of sth
dans le domaine de l'environnement → in the environmental field
dans tous les domaines → in every field, in all areas
dans différents domaines → in different fields
dans de nombreux domaines → in several fields
dans les autres domaines → in other fields, in other areas
voir aussi domaine public
dans ce domaine comme dans d'autres, ... → here as elsewhere, ...