donnant


Recherches associées à donnant: donner

donnant

DONNANT, ANTE. adj. Qui aime à donner. On l'emploie surtout avec la négation. Il n'est pas donnant. La bonne femme n'est guère donnante. Il est familier.

donnant


DONNANT, ANTE, adj. DONNER, ou DONER, v. a. DONEUR, EûSE, s. m. et f. [Donan, nante, doné, neur, neû-ze; 2e é fer. au 3e, lon. aux 2 1ers et au der. Les mots donataire, donateur, donation, font voir qu'on devrait écrire doner avec une seule n, sans compter l'étymologie donare. Wailly, Rich. Port.] I. Donant, qui done, qui aime à doner. Il ne se dit qu'avec la négative. L'Acad. se contente de dire que c'est son plus grand usage. "Il n'est pas donant; elle n'est pas donante.
   II. DONER, est 1°. Faire don de... "Il done tout ce qu'il a: il done tout son bien aux paûvres. "Doner une bague, des rubans; un bénéfice, une pension. Doner l'aumône. Doner un festin, une fête, une collation. Doner le bal. = 2°. Livrer, mettre entre les mains. Doner en dépôt, en garde, à crédit, à l'essai, à l'épreuve. Donez-moi ce paquet, ces lettres, ces papiers. Doner des assurances, des suretés, une caution, un répondant. = 3°. V. neut. Aporter, présenter. Donez des sièges, donez-moi mes habits. Doner un bouillon. — Il régit à devant les verbes. "Doner à laver, à boire. Donez-nous à manger. = 4°. Payer. "Je n'en veux doner que tant. "Je vous en done deux louis. Doner des gages, des apointemens. = 5°. Causer, procurer. "Cela lui a doné la fièvre, de grandes douleurs. Doner du chagrin, de la joie, du plaisir, etc. = 6°. Acorder, octroyer. "Doner permission, congé de faire. "Doner du temps, du délai, du répit; doner la liberté du choix, doner le choix, etc. — Et neutralement, doner à choisir; doner beaucoup à son plaisir; ne rien doner à la recomendation, à la faveur. Doner sa voix, son sufrage. Doner gain de caûse, doner gâgné, etc. = 7°. Atribuer. Doner tort à... À~ qui done-t-on la faûte. On lui en done tout le blâme, l'honeur, la gloire. "On done cet ouvrage à un tel. "Quel âge lui donez-vous? etc. etc.
   Rem. * 1°. DONER, régit plusieurs noms sans article. Doner avis, assurance, assignation, atention, audience. Doner conseil, caution, chasse, carrière, cours; doner heure, jour; doner parole, part, prise; doner quittance, raison, rendez-vous, tort, etc. On trouvera ces expressions à la place respective de ces noms, et de plusieurs aûtres avec lesquels doner s'associe. = Il se combine aussi avec une foule de noms employés avec l'article. Doner le branle; doner un bon tour à... Doner un démenti. Doner l' absolution, la bénédiction, l'exclusion. Doner des louanges, des preuves, des marques, des conseils, des avis. Doner la loi, le ton: l'exemple. Doner la chasse, la main, le bon jour, le bon soir, etc. = Il régit aussi plusieurs verbes à l'infinitif. Doner à penser, à songer, à discourir, à parler, à entendre, à conaitre, à deviner, etc. = Il s'unit, dans plusieurs expressions, avec la prép. dans: Doner tête baissée dans quelque afaire; doner dans les bâtimens et les tableaux, dépenser en bâtisse, en tableaux, etc. Doner dans le piège, dans le paneau, dans le ridicule. Doner dans le sens de quelqu'un, etc. En un mot, doner, avoir et faire, entrent dans la moitié des phrâses de la Langue.
   SE DONER, se dit aussi avec plusieurs noms employés sans article, ou avec l'article. "Se doner carrière, se doner garde, ou, de garde. Se doner la peine, le soin, la patience, l'honeur de faire, etc. etc.
   2°. On emploie élégamment doner la vie, dans le sens d'acorder, mais seulement dans le discours relevé. "Les Grands ne pouvoient pardonner à César la vie qu'il leur avoit donée dans les plaines de Pharsale. — Mais on ne dit point, doner que pour acorder que. "Donnons que Benoît XIII ait pensé à les publier: Donnons même que la doctrine en soit exacte, je soutiens qu'il n'en résulte pas même l'ombre de preuve, etc. Anon.
   3°. Doner, dans le sens de sacrifier, avec le mot ressentiment, est un latinisme qui a été quelquefois employé par ceux qui ont travaillé sur l'Histoire Romaine. "Quintius conjûre les Tribuns de donner leurs ressentimens au bien public. Vertot. Ce célèbre Historien emploie ailleurs sacrifier, qui est plus français. "Il leur répartit, qu'il leur conseilloit de sacrifier ce ressentiment particulier au bien public. Mde. de Sévigné a dit comme Vertot, dans le 1er exemple. "Il revient de Paris, après s'être réconcilié avec... Il a donné tous ses ressentimens à M. de Turenne, c'est-à-dire, à la prière de M. de Turenne.
   4°. * Anciènement les Poètes disaient, je don'rai, je don'rois.
   Marmet, ta femme est si jolie,
   Et de tant de graces remplie,
   Que si le puissant Jupiter
   M'en avoit donné trois de même,
   J'en don'rois deux à Lucifier,
   Afin qu'il m'ôtât la troisième.
       Guy de Tours.
  5°. DONER, impersonel, parait vieillir. Il serait pourtant bon à conserver. Il régit le datif des noms et la prép. de, devant les verbes. "Il ne lui fut pas donné alors de prévaloir contre le Sacrifice perpétuel. "Il n'a jamais été donné à Philosophe qui ait vécu, de pouvoir trouver le moindre grain de cette matière première. Pluche. Ce tour est noble: il n'est que du style relevé. Il serait fâcheux qu'on le laissât perdre.
   6°. DONER un homme à une femme. Expression nouvelle, suposer que cet homme est son amant. "On m'a donné le premier homme qui a eu l'imprudence de laisser croire qu'il étoit bien reçu de moi. Voy. AVOIR, Rem. n. 5°.
   7°. Ménage condamne l'expression doner des deux, apuyer les deux éperons dans le flanc du cheval; mais l'Acad. l'aproûve.
   On dit proverbialement, doner de la gabatine, ou du galbanum, tromper par de fausses promesses. L'on dit aussi, à-peu-près dans le même sens, en doner d'une, en doner à garder. On dit encôre de celui qui ne sait que devenir, qu'il ne sait où doner de la tête; et de celui qui a des prétentions à quelque chôse, qu' il n'en donerait pas sa part aux chiens, ou aux chats. — S'en doner à coeur joie, prendre du plaisir autant qu'on peut. S'en doner par les joûes, dépenser son bien en débaûches.
   DONNEUR, DONNEûSE, celui ou celle qui donne. Il n'est en usage que dans le st. fam. Doneur, Doneûse d'avis. Doneur de galbanum; doneur d'eau bénite de Cour. — Le Rich. Port. met aussi: il n'est pas doneur, elle n'est pas doneûse: mais il avertit que ces expressions sont trop familières. Il me semble que Doneur, en ce sens, vaut bien Donant. Voyez plus haut. I.

Traductions

donnant

dando

donnant

geben

donnant

dando

donnant

geven

donnant

dando

donnant

إعطاء

donnant

δίνοντας

donnant

giver

donnant

ge

donnant

[dɔnɑ̃] participe présent de donner
donnant droit à → giving the right to
donnant accès à → providing access to
donnant donnant, donnant, donnant → I'll scratch your back, you scratch mine