échauffement

(Mot repris de echauffement)

échauffement

n.m.
1. Action d'échauffer ; fait de s'échauffer, de devenir chaud : L'échauffement du moteur d'une voiture refroidissement
2. Entraînement léger destiné à échauffer les muscles pour les assouplir avant un effort physique.

ÉCHAUFFEMENT

(é-chô-fe-man) s. m.
Action d'échauffer. L'échauffement des terres par l'action solaire.
Augmentation de chaleur dans l'économie animale, caractérisée par un sentiment d'ardeur, par de la soif, par la constipation, par des ébullitions et des démangeaisons dans tout le corps, par un teint animé.
Dans le langage vulgaire, synonyme de constipation. Se dit quelquefois pour désigner une blennorrhagie légère. Terme de vétérinaire. Échauffement de la fourchette, maladie du pied des solipèdes.
État de grains, de farines qui ont subi un commencement de fermentation par la chaleur.

HISTORIQUE

  • XVIe s.
    Comment puis-je sentir eschauffement pareil à celuy qui est près de sa flamme divine ? [DU BELLAY, VI, 6, recto.]
    Et là attirer la garnison de Castel-Jaloux par divers eschauffements [provocations] [D'AUB., Hist. II, 285]

ÉTYMOLOGIE

  • Échauffer ; provenç. escalfament.

SUPPLÉMENT AU DICTIONNAIRE

  • ÉCHAUFFEMENT. - HIST. Ajoutez : XIIe s.
    Quant el tens de la juvente par aegre batailhe lassevent [lassoient] li eschalfement de la char [, li Dialoge Gregoire lo pape, 1876, p. 17]

échauffement

ÉCHAUFFEMENT. n. m. Action d'échauffer ou de s'échauffer, ou Résultat de cette action. L'échauffement d'un essieu. L'échauffement du sol, des eaux des fleuves, des rivières, de la mer. L'échauffement du blé, de la farine.

Il se dit particulièrement, en termes de Médecine, du Trouble intestinal qui se manifeste par la constipation.

échauffement


ÉCHAUFFEMENT, ou ÉCHAUFEMENT, s. m. ÉCHAUFFER, ou ÉCHAUFER, v. a. [Echôfeman, échofé; 1re é fer. L'au devant la syll. masc. est dout., devant l'e muet, il est long: il échaûfe; échaûfera, etc. Pron. échôfe, échôfera, etc.] Échaûfement, est l'action d'échaufer, ou l'éfet de cette action. Acad. Je crois qu'il n'a que ce dernier sens, un sens passif, et qu'il ne se dit point de l'action de ce qui échaufe, mais de l'état de celui, qui est échaufé. = Échaufer, doner de la chaleur. Échaufer la chambre. "Il avoit tant de froid, qu'on ne pouvoit l'échaufer. "Le vin, les épiceries échaufent le sang. — S'échaufer. "Il s'est échaufé à marcher: "Il a pris une pleurésie, pour s'être trop échaufé.
   REM. 1°. Échaûfement ne se dit que dans ce dernier sens. "À~ mesûre que l'échaûfement augmente, la fumée devient plus dense. Bernard, Mémoire sur le charbon de pierre.
   2°. Échaufer et s'échaufer se disent dans le propre et dans le figuré. "Ce feu échaufe la chambre: ce discours échaufe les esprits: ses mains s'échaufoient par le travail. "La dispute, la querelle, la conversation s'échaufa: la guerre s'échaufe, elle est fort échaufée. = Si ce verbe a un 2d régime, c'est la prép. par, et non pas la prép. de, du moins en prôse.
   À~ quoi bon d'une muse au carnage animée
   Échaufer ta valeur déja trop allumée.
       Boil.
En prôse, on dirait, par les accens d'une Mûse; car, par une Mûse ne vaudrait rien. = Dans l'Ann. Litt. On lui fait régir la prép. à, qui est le régime d'animer. "La Duchesse de Montpensier pouvoit bien échaufer à sa vengeance l'assassin du dernier des Valois, mais Palmire est-elle dans le même cas? (dans la Tragédie de Mahomet.) Ce régime n'est pas admis par l'usage.
   3°. On dit, figurément (st. fam.) qu' une chose échaûfe le sang, la bile à un homme, pour dire, qu'elle le met en colère, qu'elle l'impatiente. — Ne m'échauffez pas les oreilles: finissez un discours, qui comence à me mettre en colère. — Le jeu s'échaufe, comence à s'échaufer: on comence à jouer avec chaleur: — En st. proverbial et plaisant, on dit d'un homme qui se passione, qui s'anime trop, qu'il s'échaufe dans son harnois.
   4°. Se chaufer et s'échaufer, ont des sens diférens. Voy. CHAUFER.
   ÉCHAUFÉ, ÉE, adj. Il s'emploie ordinairement sans régime. Mde. de B... (Hist. d'Angl.) lui fait régir la prép. de. "Les convives étoient échaufés de vin et de joie. Ce régime ne fait point mal dans cette phrâse. = Il s'emploie quelquefois substantivement. Sentir l'échaufé, exhaler une odeur désagréable, ocasionée par une chaleur excessive.

Synonymes et Contraires

échauffement

nom masculin échauffement
1.  Action d'échauffer.
Traductions

échauffement

חימום (ז), חִמּוּםheating upζέσταμαHeizungverwarmingотопление加熱vytápěníopvarmningUppvärmning (eʃofmɑ̃)
nom masculin
préparation des muscles avant l'effort une séance d'échauffement

échauffement

[eʃofmɑ̃] nm
[métal, moteur] → overheating
(SPORT)warm-up